Catégorie : CINEMA

Bertrand Bonello dévoile Saint-Laurent côté ombre

Sélectionné au Festival de Cannes, le dernier film consacré à Yves Saint-Laurent écrit et réalisé par Bertrand Bonello est sorti dans les salles le 24 septembre dernier. Il s’est lancé depuis dans la course pour les Oscars, catégorie meilleur film étranger pour la France. Dans ce biopic sur Saint-Laurent, l’accent est mis sur une décennie à partir de 1967. Yves Saint-Laurent est déjà célèbre et le public est embarqué dans le tourbillon de sa vie rythmée par le travail, le sexe et la drogue.

Yves Saint-Laurent côté ombre

Connaître quelques éléments-clés de la vie d’Yves Saint-Laurent aide à comprendre quelques subtilités du film. Montré ici fragile, brutal, déboussolé, Yves Saint-Laurent semble prisonnier très tôt d’une vie qu’il aurait voulu vivre autrement. On assiste à sa rencontre avec Betty Catroux et Loulou de la Falaise, muse et amie fidèle qui l’accompagneront dans ses hauts et ses bas. On découvre un Pierre Bergé garde-fou dans la vie, essayant de le sauver de lui-même et visionnaire dans les affaires. Il le mènera au sommet de la Haute couture et dans les bas fonds de la dépression en éloignant de lui Jacques de Bascher, amant de Karl Lagerferld dont Saint-Laurent sera fortement épris. Les rôles masculins sont saisissants dans ce biopic. L’interprétation de Gaspard Ulliel dans cette longue transe étourdit quand celle d’Helmut Berger questionne sur la fin de vie de Saint-Laurent. Il nous font toucher du doigt l’immense solitude de l’homme. Le personnage omniprésent de Jacques interprété par Louis Garrel éclipse celui de Pierre Berger, son compagnon officiel joué très justement par Jérémie Renier. L’histoire est jalonnée d’images d’archives pour mieux s’imprégner de l’époque: la guerre du Vietnam, mai 68… Bonello nous fait avancer, reculer, prendre des tangentes, comme pour nous faire expérimenter l’ivresse de Saint-Laurent.

Bande-annonce


Sorti en salle le 24 septembre 2014

Xavier Dolan, le réalisateur prodige de Mommy

Plaire à la fois aux critiques, aux cinéphiles et à un public plus large est un exploit que Xavier Dolan est en passe de réaliser avec son dernier film Mommy. Succès critique et populaire promis à une belle vie dans les salles de cinéma depuis le Prix du jury reçu au Festival de Cannes, le film a conquis les spectateurs venus nombreux à l’avant-première du MK2 Bibliothèque mardi 30 septembre. Présent avec les trois acteurs phares du film, Xavier Dolan a donné la clé de son succès, son carburant: l’émotion. On ne peut pas se tromper lorsqu’on veut toucher les gens, a-t-il dit. Il ne s’est pas trompé.

« Je pense que tout est possible à qui rêve, ose, travaille et n’abandonne jamais », Xavier Dolan

Dolan, un cinéaste pop

Petit prodige québécois du cinéma, le nom Xavier Dolan est dans la bouche de tous ceux qui s’intéressent au cinéma de près ou de loin en cette rentrée. A seulement 25 ans, il s’est déjà illustré à la réalisation de quatre longs-métrages auparavant: J’ai tué ma mère, Les Amours imaginaires, Laurence Anyways et Tom Ferme, tous plébiscités dans des festivals prestigieux. Outre sa casquette de réalisateur, Xavier Dolan est également scénariste et acteur. Il a un avis très précis sur la direction artistique, la bande-son ou le montage, plus par vision me semble-t-il que parce qu’il ne saurait déléguer. Ce jeune homme sait très clairement où il veut aller et quels chemins prendre pour y parvenir. Entouré par la même équipe depuis ses débuts, il semble avoir trouvé les clés de sa revanche. Il s’adresse aux jeunes de sa génération et leur insuffle de l’énergie par rafales. Il veut changer le monde avec ses rêves et donne sacrément envie de le rejoindre dans cette noble course.

Mommy: un film fort sur l’espoir, l’amour, les femmes

Derrière le drame familial causé par l’hyperactivité de Steve, personnage incarné par l’excellent Antoine-Olivier Pilon, Xavier Dolan parle surtout d’espoir. Je l’ai ressenti comme cela en tout cas. En le visionnant, j’avais en mémoire son discours flamboyant prononcé à Cannes après avoir reçu le Prix du jury ex-aequo avec Jean-Luc Godard. En s’adressant à Jane Campion, la présidente du jury, il avait évoqué le film qui a changé sa vie: La leçon de piano et les beaux rôles qu’elle attribuait aux femmes. Il s’inscrit dans sa lignée et les femmes ne sont ni victimes ni objets dans ses films. Dye et Kyla en sont la parfaite illustration, deux beaux rôles campés par Anne Dorval et Suzanne Clément, toutes deux magistrales. Unies pour avancer, ces deux femmes lutteront ensemble pour apporter à Steve ce que le système a renoncé à lui offrir: de l’espoir en un avenir meilleur. J’ai souri, j’ai ri, j’ai été bousculée, j’ai pleuré… Merci pour ce moment et longue vie aux rêves de Dolan!

Je ne voudrais pas trop en dire pour ne pas déflorer votre premier visionnage. Un conseil: allez voir Mommy et suivez la carrière de Dolan. Thierry Frémaux, le délégué général du Festival de Cannes venu accompagner Dolan à Paris lors de cette avant-première ne s’y est pas trompé. MK2 non plus, que je remercie chaleureusement pour l’organisation de ce moment.


MK2: http://www.mk2.com/

Facebook


Crédits photos: Elle dit 8

5 films à voir à la rentrée

Cette rentrée, de nombreux films sont attendus. Parmi eux, je vous propose une sélection de 5 films qu’il me tarde de découvrir. Le premier a été primé à Sundance, le second nous fait voyager en Amérique du sud. James Brown renaîtra le temps d’un biopic produit par Mick Jagger himself. Le « prix du jury » de Cannes sera également à l’affiche en cette rentrée et pour finir, le duo gagnant Nakkache-Toledano sera de retour après le raz-de-marée Intouchables.

1. Obvious child (en salle depuis le 04/09)

Cette comédie romantique promet modernité et fraîcheur. Une jeune femme nous raconte ses déboires sur les planches de Brooklyn où elle s’adonne à sa passion: le stand-up. Echecs professionnels et  sentimentaux se succèdent et tout bascule une nuit trop arrosée où elle tombe enceinte.

2. La Paz (sortie le 17/09)

Primé dans la catégorie « Un certain regard à Cannes », La Paz est un film sud-américain qui met en scène la tentative de vie d’un jeune homme tout juste sorti d’un hôpital psychiatrique. Sa relation avec une domestique et sa grand-mère lui apporteront quelques clés. Y parviendra-t-il sur la durée?

3. Get on up (sortie le 24/09)

Le réalisateur de La couleur des sentiments Tate Taylor porte à l’écran la vie de James Brown dans un biopic d’exception produit entre autres par Mick Jagger. Les mélomanes apprécieront, les cinéphiles aussi. Il retrace les événements majeurs qui ont jalonné la vie extraordinaire de cet artiste hors-norme dans une Amérique ségrégationniste.

4. Mommy (sortie le 08/10)

Lorsqu’il est question de Xavier Dolan, on parle de petit prodige du cinéma. Prenez pour preuve ce cinquième long-métrage primé à Cannes, à seulement 25 ans. Mommy est une immersion au coeur d’un drame familial. On assiste à l’affrontement d’une mère et de son fils hyperactif.

5. Samba (sortie le 15/10)

Le duo de réalisateur d’Intouchables s’offre un casting de rêve pour un succès annoncé: Omar Sy, Charlotte Gainsbourg, Tahar Rahim, Izia Higelin… Rien de moins. Cette fois, le drame tourne autour d’un sujet d’actualité: l’immigration. Samba vit en France depuis 10 ans et est menacé d’expulsion lorsqu’il croise la route d’Alice, une jeune cadre qui se lance dans le bénévolat pour se retrouver.

Nos étoiles contraires: une ôde à la vie, ok? Ok…

Ce drame romantique réalisé par Josh Boone est tiré d’un roman américain à succès: The fault in our stars de Josh Green, paru en 2012. Le roman a été classé parmi les meilleures ventes en littérature de jeunesse, succès de bon augure pour une adaptation cinématographique. Pas d’erreur, le film est un véritable raz-de-marée aux Etats-Unis depuis sa sortie en juin dernier et est en passe de devenir LE film référence de toute une génération d’adolescents.

Un drame romantique fondamentalement positif

Hazel Grace et Augustus, deux adolescents de 17 et 18 ans se rencontrent au sein d’un groupe de parole. Lui est en phase de rémission, elle, souffre d’un cancer de la thyroïde étendu aux poumons. Tragique? Sans doute un peu, mais pas seulement.

Ces deux adolescents vont nous faire la démonstration que la vie vaut la peine d’être vécue, que les histoires d’amour valent la peine d’être vécues, que les peurs valent la peine d’être vécues et se surmontent. Une ôde à la vie, voilà à quoi pourrait se résumer ce film si tant est qu’il faille le résumer.

Plus ado depuis un certain temps, je me suis laissée embarquer par la positivité de Nos étoiles contraires. L’humour des personnages, le jeu juste des acteurs, leur fraîcheur vous entraînent dans leur tourbillon qui les mènera à Amsterdam. L’histoire d’amour est belle, douce et dure à la fois, enivre…

Retenez les noms de Shailene Woodley et d’Ansel Elgort. Mon petit doigt me dit qu’on n’a pas fini d’entendre parler d’eux. Le film est sorti en salle le mercredi 20 août, allez le voir et on en reparle, ok? Ok…

Le +: La bande originale du film jalonnée de chansons pop-rock, folk: Birdy, Tom O’Donell, Jake Bugg, Lykke Li…

Bande-annonce VOSTFR


Crédits photo: Elle dit 8

New-York Melody : une comédie sentimentale rafraîchissante

J’ai été voir New York Melody sans attente particulière et une jolie surprise s’est présentée. New York Melody intègre la liste des films légers et positifs que l’on a plaisir à voir en été. Sur fond musical pop/folk, Gretta nous emmène dans les coulisses d’une complicité sentimentale et artistique partagée avec Dave, son amoureux, puis Dan, son producteur.

Greta (Keira Knightley)  et Dave (Adam Levine) formaient un talentueux duo anglais d’auteur/compositeur. A la suite du succès d’un film pour lequel il aura effectué la bande-originale, Dave voit sa carrière décoller à New York. Il quitte sa muse pour son attachée de presse. Leur histoire d’amour et leur collaboration artistique  brutalement interrompue, Gretta saisit sa chance auprès de Dan (Mark Ruffalo), un producteur en échec rencontré dans un pub la veille de son départ, après un passage sur scène raté .

La rencontre de ces deux âmes écorchées verra naître un album improbable enregistré aux quatre coins de New York, avec l’ambiance de la ville en guise de mixage faute de moyens. Cette aventure mêlera histoires de famille et d’amitié, trahison et confiance, audace, le tout accompagné de chansons pop/folk teintées Maroon 5, ce qui ne gâche rien. Mark Ruffalo y est touchant, Keira Knightley pétillante… Une jolie distribution.

Je recommande ce film aux amoureux de New York, aux fans de Maroon 5, aux âmes fleurs bleues qui souhaitent voir un joli film cet été. On en sort le sourire aux lèvres…


(Sorti en salle le 30 juillet 2014)