Catégorie : Lifestyle

PDB | J’ai lancé mon blog à 40 ans, Céline

J’ai croisé la route de Céline sur Instagram autour d’un hashtag commun. Après maints papotages autour de nos aventures respectives, nous nous sommes rencontrées il y a quelques mois lors de la soirée de lancement de Guadeloupe l’Essentiel à Paris. J’ai adoré sa fraîcheur, son dynamisme, son style. Céline fait partie de cette nouvelle génération de quadras qui ne renonce à rien. Féminité, job stimulant, famille… Elle est tout ce que j’aime: moderne, active, à l’esprit affûté. Une invitation dans Paroles de Blogueuses s’imposait. Céline s’est lancée dans le blogging à 40 ans. J’ai voulu qu’elle nous raconte d’où lui vient cette envie et qu’elle partage son regard neuf sur une blogosphère en pleine mutation.

Les blogueuses de 40 ans font souvent partie des pionnières de la blogosphère, à l’instar de Garance Doré ou de Marie-Julie Gagnon. Tu t’y es mise il n’y a pas si longtemps que cela. Comment est né ton désir de blog?

De la préparation de mon road trip en Californie ! J’ai trouvé tellement d’infos sur différents blogs en organisant mon voyage qu’il fallait que je partage tout ça aussi à mon (re)tour pour aider les suivants dans la préparation de leur périple.

Sinon, cela faisait un moment que certains me disaient d’ouvrir un blog, soit parce que cela me correspondait ou parce que cela apparaissait indispensable pour mon activité de freelance en communication. Mais cela ne me disait pas plus que cela, je n’avais simplement pas trouvé le vrai sujet de départ qui allait me donner cette impulsion et lever tous les doutes qui allaient avec 😉

Penses-tu que ton expérience te fasse bloguer différemment des blogueuses de  20 ans?

Probablement ! Après est-ce réellement une question d’âge, je ne sais pas… Mais je me suis posée beaucoup (trop) de questions avant de me lancer au lieu d’y aller tout simplement. Il a fallu que je fasse sauter beaucoup de blocages. « L’expérience » ne permet pas toujours de lever tous ses doutes en un clin d’œil 😉 Je me faisais aussi une montagne de la phase technique qui est pourtant tout à fait accessible pour peu que l’on prenne le temps de s’y intéresser !

La communication sur les réseaux sociaux n’était pas une seconde nature et il m’a fallu un moment d’adaptation pour être à l’aise avec cet aspect de ma vie désormais « public », même si je n’y montre rien de très perso dans l’absolu.

Pour le reste, je pense que j’aborde forcément les choses différemment puisque bloguer reste une activité très personnelle. Mes voyages, mon quotidien, mes interrogations, mes aspirations, ma vision de choses, mon ressenti, mes centres d’intérêt… ma vie à 40 ans est bien entendu différente de celle de quelqu’un qui a 20 ans et cela s’en ressent forcément mon approche.

Comment ton entourage appréhende-t-il le statut de blogueuse et les codes qui l’accompagnent?

En fait je ne sais pas exactement ce qu’ils en pensent. J’en parle finalement peu avec mon entourage parce que je ne ressens pas toujours un intérêt particulier de leur part sur ce sujet. C’est même plutôt une méconnaissance sur le sujet. La plupart des gens de mon entourage proche ne sont pas axés « blog ». Cela ne fait pas partie de leurs habitudes, au mieux cela s’intègre dans leur travail mais pour l’instant cela s’arrête là. En revanche, ceux qui voyagent ont davantage ce réflexe et viennent peu à peu voir les infos qui les concernent sur mon blog.

Quant au statut de « blogueuse » et aux codes qui l’accompagnent… cela reste sûrement un grand mystère pour eux ! Certains ont du mal à appréhender ma démarche personnelle et se demandent encore probablement pourquoi je le fais, pourquoi j’aime y consacrer autant de temps, pourquoi je sympathise avec des gens que je ne connais que virtuellement…

Je ne connais quasi personne d’autre de mon entourage qui ait un blog d’ailleurs !

Ceux qui m’accompagnent le mieux dans cette démarche restent mon mari, mes enfants (et ma mère aussi !) Et c’est bien le principal puisque ce sont les premiers à être impactés par cette activité chronophage !

La blogosphère a amorcé une phase de transition. Certains lecteurs supposent qu’un blogueur ne peut être honnête s’il est rémunéré ou invité, de fait certains blogueurs ont du mal à assumer leur statut d’influenceur auprès de leur lectorat, certains partenaires ne trouvent pas justifié de rémunérer les blogueurs, les journalistes se sentent dépossédés de leur rôle… Quel regard poses-tu sur tout cela?

Ahhh vaste sujet !!! Pour l’instant je vois encore tout cela de loin, je ne suis pas concernée personnellement par ces problématiques de rémunération même si je commence à baigner un peu dans cette communauté.

Tous les codes ont changé, je le vois moi-même dans mes habitudes. J’ai tendance à lire beaucoup de blogs et de moins en moins de magazines, sauf certains qui sortent de l’ordinaire et qui traitent de thématiques spécifiques comme Flow, Socialter ou Traveler magazine par exemple.

Cela pose forcément de nouvelles interrogations, cela fait émerger de nouveaux statuts, métiers et cela révolutionne un peu forcément l’existant. Les lignes bougent mais maintenant, je pense que chacun a un rôle à jouer, un lectorat avec des attentes différentes et que tout le monde devrait pouvoir trouver sa place à condition de savoir s’adapter à ce nouveau schéma, inévitable, et de ne pas perdre de vue le bénéfice que cela doit apporter aux lecteurs !

Quant au fait de savoir s’il faut croire tout ce qu’on lit, si un blogueur peut rester honnête même en étant payé… c’est une problématique qui a toujours plus ou moins existé en presse également. Je pense que le lecteur est aujourd’hui très averti et fait très vite la différence. Il n’est pas dupe et sait reconnaître une opinion sincère et comprendre une démarche si on est transparent avec lui.

Ceux qui ne jouent pas le jeu sont souvent vite démasqués et risquent de perdre leur crédibilité et leur lectorat. De mon côté, je me suis, moi aussi, lassée de ces nombreux blogs vitrines vantant sans relâche les mêmes mérites de produits ou services.

Une chose cependant, bloguer demande énormément de travail et d’investissement et cela doit être reconnu. Je comprends parfaitement qu’un blogueur puisse en tirer une rémunération. Tout est une question d’équilibre. Le plus important étant, à mon avis, de rester sincère dans sa démarche. Maintenant, c’est facile d’en parler avec un peu de recul car je ne me suis pas encore retrouvée confrontée à cela. Et trouver sa place au milieu de tout ça n’est pas forcément évident.

Les changements d’année s’accompagnent souvent de remise en question, de nouveaux challenges… Quelles sont tes envies pour ton blog en 2017?

Chez moi, la remise en question c’est toute l’année (et c’est épuisant d’ailleurs !) 😉 Mais oui les débuts d’année sont souvent l’occasion de poser un peu tout ça et de mettre des projets et challenges en perspective !

Cette année, je souhaite développer davantage mon blog avec plus de régularité et la mise en place de nouvelles rubriques que j’ai en tête depuis un moment. Cela ne tournera pas seulement autour du voyage mais aussi autour d’autres sujets qui me tiennent à cœur, notamment sur des thèmes en lien avec les tendances et nouvelles habitudes de consommation au sens large.

J’espère également continuer à développer mon goût (et aussi ma technique) pour la photo, devenue un sujet également important pour mon blog.

Et sinon, je souhaite tout simplement que mon blog continue à m’ouvrir de nouvelles perspectives, provoquer des rencontres inspirantes, développer ma créativité et devienne un vrai lieu d’échange et de partage.

Oui tout ça 😉


Ton dernier voyage coup de coeur  

Ahhh je dirais Lisbonne l’été dernier. Nous y avons passé une semaine, cette ville a un charme fou !

Lisbonne

Ton prochain voyage

Une petite semaine en famille à Budapest cet été !

Ta plus belle rencontre

Mon mari, sans aucune hésitation! C’est mon âme sœur. Nous empruntons le même chemin depuis déjà si longtemps, nous construisons et évoluons ensemble !

Ton parfum

Je suis fan des parfums Jo Malone, avec une préférence pour Nectarine Blossom & Honey et Wild Fig & Cassis… à porter ensemble (ou pas !).

Ton livre de chevet du moment

En ce moment j’en ai plutôt plusieurs en attente… cela va de L’homme qui voulait être heureux de L. Gounelle au Plaidoyer pour l’altruisme, de M. Ricard en passant par La vie share d’Anne-Sophie Novel.


Céline | La vie en rose Flamant 

lavieenroseflamant.com


NEW VIDEO

1 photo 1 histoire | Contempler Paris dans ses yeux …

Ce week-end j’ai reçu un beau cadeau: une leçon de vie. Mon (grand) oncle José de 72 ans est à Paris pour la première fois de sa vie. Je le regarde découvrir la capitale et contempler Paris dans ses yeux lui confère un peu plus d’éclat aux miens. J’ai grandi au contact de la nature à ses côtés sans me douter qu’il pouvait en être autrement à l’époque. Il a accompagné mes premiers pas, mes premiers jours d’école, mes premiers rêves exaucés et aujourd’hui c’est mon tour. Aujourd’hui je l’ai accompagné avec émotion dans ses premiers pas à Paris. Aujourd’hui il m’a appris qu’il n’y avait pas d’âge pour les premières fois…

Retomber en enfance à Paris

Ce week-end rempli d’émotion ravive tout plein de souvenirs ces dernières heures. En rejoignant tonton José au Salon de l’Agriculture hier, j’ai réalisé que c’était lui, sa mère, son père, ses frères et ses soeurs qui avaient aiguisé mon appétit pour les produits du terroir. Chez Man’So, tous les fils ont marché dans les pas de leur père. Ils sont devenus agriculteurs. Vous avez peut être mangé des bananes en provenance de leur exploitation sans le savoir… Petite, j’ai mangé des fruits et légumes cultivés par leurs soins. J’ai eu la chance de connaître le vrai goût des choses. Les mangues, les bananes, les oranges de chez Man’So ont le goût de mon enfance. Je vous laisse imaginer combien ces saveurs me manquent depuis que j’ai quitté la Guadeloupe…

Charles, ma soeur, ma cousine et moi nous sommes réunis pour lui faire découvrir quelques sites phares de Paris. On a déjeuné du côté de Saint-michel après s’être promenés sur les quais de Seine, nous sommes allés admirer la Tour Eiffel, l’Arc de Triomphe, nous avons descendu les Champs Elysées pour rejoindre le pont Alexandre III. C’était une belle balade. A hauteur de la statue de Charles de Gaulle qui se dresse non loin du Grand Palais, mon oncle m’a raconté avoir serré la main du général. Il ne m’en avait jamais parlé! C’était lors d’une visite de de Gaulle en Guadeloupe non loin de Chemin Neuf. Il devait avoir 18 ans à l’époque. « Si seulement on pouvait faire des photos comme aujourd’hui », me dit-il le sourire aux lèvres. « J’aurais ma photo avec De Gaulle! ». Eh oui tonton José, sache en tout cas que je suis heureuse d’avoir pu immortaliser ta visite à Paris.

Tonton José c’est mon héros à moi. A l’image du clan de chez Man’So. Nous sommes pudiques dans la famille, on ne se dit pas ces choses là. Je les écris. Les épreuves dans sa vie, le courage dont il a fait preuve, sa bienveillance, sa simplicité, son altruisme au quotidien lui valent notre respect et notre profonde gratitude. Après une vie de dur labeur, je suis heureuse de voir qu’il prend enfin du temps pour lui, un peu de temps pour découvrir le monde. « Il ne faut pas être pressé dans la vie » me disait-il ce midi. La santé de fer héritée de Man’So partie à 98 ans lui promettent de belles années de voyage. Nous serons là pour le guider. Plus tard, lorsque je regarderai les photos de cette journée passée en famille, je me souviendrai qu’il n’y a pas d’âge pour être émerveillée. J’ai pris un peu d’avance côté voyages mais moi aussi je veux regarder le monde avec des yeux d’enfant à 72 ans…

Un dimanche en famille… (Tonton José, Michèle et moi – 26 fév 2017)

 

Savourer un dîner romantique sur le Paris en Scène

Paris en Scène

Avez-vous déjà dîné en tête à tête sur la Seine? Les lumières de Paris en décor, ses monuments qui défilent … Le moment est digne d’un film de Woody Allen. So romantic! Lorsque le Paris en Scène m’a proposé de raconter leur univers, j’ai dit oui. Belle occasion de me remémorer les parenthèses parisiennes enchantées que je m’offrais à l’époque où je vivais aux Antilles. On omet à tort de profiter de ces instants quand on vit à Paris. Charles & moi nous sommes promis de savourer plus souvent ces petits bonheurs de la capitale. Embarquons ensemble pour un dîner croisière au coeur de Paris!

capture-decran-2016-12-05-a-17-26-37

Dîner en tête à tête sur la Seine

Paris en Scène

Paris en Scène a pensé ses dîners-croisières comme une pièce de théâtre: tous les fauteuils font face à la Seine pour profiter du spectacle. Petit +: à chaque rotation, un couple a le privilège de dîner au champagne dans la timonerie en présence du capitaine pour un petit moment privilégié… What else?!

Paris en Scène

Quatre formules concoctées à bord par le chef du Paris en Scène sont proposées pour le dîner:

Le Dîner Croisière sur la Seine (39€)

Navigation d’1h30 avec un menu entrée/ plat (au choix)/ dessert/ eau. Choix parmi les boissons à la carte en sus

Le Dîner Croisière avec Vin (47€)

Navigation d’1h30 avec un menu entrée/ plat (au choix)/ dessert/ eau + 1/2 bouteille de vin

Paris en scène

Le Dîner Croisière Champagne (49€)

Navigation d’1h30 avec un menu entrée/ plat (au choix)/ dessert/ eau + 1/2 bouteille de champagne Canard Duchêne

Dîner Croisière Champagne Supérieure (78,5€)

Navigation d’1h30 avec un menu entrée/ plat (au choix)/ dessert/ eau + 1/2 bouteille de champagne de la maison De Venage extra brut
 Les amoureux des pauses gourmandes dominicales seront heureux d’apprendre que 3 formules de brunch sont proposées le dimanche midi de 39 à 78,5€. L’occasion de savourer viennoiseries, assiettes sucrées, salées avec Paris qui défile.
Pour un moment en famille, le Paris en Scène a pensé aux enfants. Eux aussi peuvent profiter du spectacle avec leurs heureux parents autour d’un dîner au tarif de 35€ avec plat/dessert et boisson. Une jolie façon d’aiguiser leurs jeunes palais aux délices de la gastronomie de bistrot. Simple mais tellement savoureuse.
Paris en Scène
Et si vous faisiez de la Saint-Valentin un petit bonheur qui dure toute l’année? Que vous soyez Parisiens ou de passage, offrez-vous ce petit moment à deux à Paris en week-end ou en semaine. Vous m’en direz des nouvelles 😉 
Paris en Scène

Le Paris en Scène

http://www.paris-en-scene.com

01 41 41 90 70

Embarquement : île aux Cygnes, Milieu du Pont de Bir-Hakeim, Paris 15e

Retour: port de Grenelle

Hiver (1er novembre – 30 avril)


Crédit photos: Paris en Scène

PDB | Ma façon de voyager

Une fois n’est pas coutume, je me prête au jeu des questions/réponses pour un « Paroles de Blogueuses » un peu particulier. Irma alias @refashiongallery m’a conviée à un Travel Tag il y a quelques temps sur ma façon de voyager. Je prends (enfin) le temps d’y répondre. Si vous flânez souvent sur Instagram, vous avez dû la croiser. C’est là-bas que nous nous sommes rencontrées. Quelques échanges sous nos photos respectives puis une invitation à l’event organisé au pop-up store de Floriane Fosso l’an dernier et voilà, une jolie rencontre de plus à ajouter dans le carnet d’adresses du blog. Je suis heureuse de papoter voyage avec elle via les questions adressées.

Quel était ton premier voyage en avion ?

Premier voyage au Vénézuela. Je devais avoir 5 ans. 30 ans plus tard (oh my god! :D), j’ai encore des images et des sons de ce voyage dans la tête. Je crois bien que le virus m’a été inoculé à ce moment-là. L’effervescence avant le départ, le sourire de ma mère évoquant avec Marie-Line les bonnes affaires à faire côté maroquinerie, mon père organisant nos valises, la découverte de Caracas, les sonorités de l’espagnol…

Y a-t-il un endroit que tu revisiterais avec plaisir ?

Tellement! Je sais que je retournerai en  Suède. New York & moi c’est toute une histoire. J’ai adoré le Sénégal… Je ne vais pas dresser la liste de tous mes voyages. Si je ne devais en retenir qu’un à visiter de nouveau ce serait la Californie. J’ai adoré sillonner la côte ouest. C’est un voyage que je referais avec bonheur avec Charles! Un peu plus long, avec de nouvelles étapes.Un artiste que nous adorons tous les deux – Gregory Porter – m’a fait part de ses incontournables dans la Blue Room de Twitter. Je n’ai qu’une hâte: m’y rendre sur la bande son de ses albums soul & jazz.

Tu pars demain et l’argent n’est pas un problème, où pars-tu ?

Mon coeur balance entre 3 voyages: un long périple à Cuba côté Caraïbes, un voyage en Afrique du Sud ou un combiné Australie/ Nouvelle-Zélande en Océanie. Allez, soyons fous! Puisque l’argent n’est pas un problème, je demande un mi-temps annualisé et pars 6 mois avec Charles pour sillonner toutes ces destinations. Au programme: expériences gastronomiques et culturelles, rencontres inspirantes grâce aux recommandations d’amis passés par là ou installés sur place… Bonheur.

Quel est ton moyen de transport favori ?

J’ai décidément du mal à choisir… J’adore l’avion que je réserve désormais aux longs trajets. Je ne compte plus les vols mais je reste émerveillée par cette prouesse technologique. Depuis notre voyage à Barcelone en mode slow travel l’été dernier, le train talonne l’avion de près. Pour des escapades en France et en Europe, on renonce de plus en plus à l’avion pour apprécier les paysages qui défilent. Avec les transferts aux aéroports excentrés et le temps d’attente pour déposer et récupérer les bagages hors vols en business class, le train en position centrale peut être un gain de temps sur certains trajets. So…

Ton site de voyage préféré ?

Je suis une inconditionnelle de la plateforme lifestyle The Tig. Meghan Markle s’est entourée d’une formidable qui me fait voyager aux quatre coins du monde avec délectation. J’y retrouve des adresses d’hôtels premium comme j’aime, des focus gastronomiques pour mieux découvrir les lieux visités, des rencontres inspirantes. Une belle source d’inspiration! C’est sur ce site que j’avais découvert le Red Rooster à Harlem testé et adoré lors de notre voyage à New York avec Open Skies.

Comment trouves-tu tes bonnes adresses?  

Je relève de nombreuses bonnes adresses sur le Net: Yonder, The Tig, les posts sur Twitter des magazines Grazia et Elle. La presse papier à laquelle je reste attachée est également une belle source d’inspiration: je suis une fidèle des magazines Voyager Ici et Ailleurs, Ideat, Vacance. En fonction des destinations mentionnées en couverture, il n’est pas rare que j’achète des magazines que je lis de façon plus occasionnelle.

Où irais-tu juste par attrait pour la nourriture locale ?

Je pense spontanément à l’Italie dont j’adore la gastronomie. Il peut sembler étrange que j’aie déjà visité San Francisco et toujours pas l’Italie. Cela s’explique par un fonctionnement un peu particulier, je le concède. J’ai le tort de rêver de destinations lointaines, me disant que j’aurai toujours le temps de voyager tout près… Ce n’est pas la seule raison. Avant de visiter un pays, j’aime glaner en amont des adresses auprès d’insiders, j’aime lire sur la destination, rencontrer des personnes qui y ont vécu. Je fonctionne aux coups de coeur, aux déclics… Je pense pouvoir fournir davantage encore mon carnet de notes consacré à l’Italie avant de le mettre sur la liste des prochains voyages. La suite au prochain épisode.

Y a-t-il un endroit où tu voudrais ne jamais retourner ?

« Jamais » a quelque chose de définitif, toutefois je n’ai pas l’intention de retourner à Las Vegas. Je n’ai pas eu d’élan pour cette ville qui prend toute sa dimension une fois la nuit tombée. Le monde du jeu ne me fascine pas, je préfère les salles de spectacle confidentielles aux grandes arènes, j’ai trouvé les hôtels artificiels, le concept en plein désert gourmand en eau m’a laissée perplexe… Non. Las Vegas ne pas séduite.

Peux-tu réciter ton numéro de passeport ?

Hey! Puisque tu le demandes, presque. J’en connais les 4 premiers éléments par coeur. Je devrais voyager davantage dans les pays qui exigent des visas pour retenir  les éléments manquants 😀 J’ai une mémoire graphique.

Préfères-tu un siège fenêtre, milieu ou couloir ?

Fenêtre, what else? C’était déjà ma place favorite avant que Snapchat et les stories sur IG ne fassent leur apparition. Le regard qui se perd à l’horizon, les pensées qui se baladent dans les nuages, le hublot en appui-tête pour m’endormir… Je suis accro aux sièges fenêtre. Petit hic: Charles aussi!

Comment passes-tu le temps en avion ?

Je profite de ce temps pour écrire. J’écris en vrac les idées qui me viennent à l’esprit, je boucle des articles en cours, j’en entame d’autres… Tout dépend du temps de vol et de l’inspiration. J’ai toujours un magazine ou un bouquin au fond de mon sac; j’en profite. En fonction de la programmation il m’arrive aussi de regarder un film manqué au cinéma.


Ton dernier voyage coup de cœur

Dakar sans l’ombre d’une hésitation.

Ton prochain voyage

Jolie surprise de la semaine: un voyage à Cuba se dessine… We’ll see.

Ta plus belle rencontre

Je repense à ce que disait Mamzelle Lychee dans son interview PDB dernièrement. Au risque de paraître mièvre, ma plus belle rencontre c’est Charles. La jeune femme indépendante que j’étais et que je reste a trouvé en lui un partenaire qui m’élève. Il me pousse à aller toujours plus loin, toujours plus haut. Dans sa philosophie de vie, les rêves ne sont que des objectifs à atteindre, des moteurs pour une vie qui vaille la peine d’être vécue. Nos échanges nous aident à tirer le meilleur de nous pour avancer sereinement. La vie à ses côtés est juste passionnante!

Ton parfum

Parisienne, d’Yves Saint-Laurent

Ton livre de chevet du moment

300 raisons d’aimer Paris de Judith Ritchie. Nous nous sommes ratées de peu la semaine dernière. Je vous parle bientôt de son guide sur le blog!

Voilà. L’exercice touche à sa fin. Merci à Irma d’avoir songé à moi pour ce Travel Tag. J’espère ne pas avoir été trop bavarde… Je vous invite à découvrir l’univers photo d’Irma sur son blog et dans sa galerie Instagram. Rendez-vous la semaine prochaine avec une nouvelle invitée! 


(Re)Fashion Gallery

refashiongallery.com

 

Paroles de Blogueuses | Mon expatriation a révélé la femme que je suis, Fringinto

Astrid alias Fringinto est une jeune femme pétillante de Valence très attachée à l’Ardèche de son enfance. Derrière la frange de Fringinto se cache un petit bout de femme inspirant qui me fait sourire sur Snapchat et dans ses billets de blog. Elle aime la mode, elle aime les gens, elle aime la vie. J’aime sa spontanéité, j’aime sa vérité, j’aime son énergie. Astrid a goûté à l’expérience de l’expatriation à Toronto un peu par hasard. Le hasarda bien fait les choses. Elle y retourne bientôt et nous raconte ce que cette ville a changé en elle.

D’où te vient ton vif intérêt pour la ville de Toronto? 

C’est marrant parce qu’avant d’aller vivre à Toronto je n’avais jamais traversé l’Atlantique, j’ai choisi la ville sur Internet, je voulais une grande ville anglophone en restant sur la côte Est pour être plus près de la France. J’ai regardé les photos sur Internet. J’ai tout de suite adoré la ville, je m’y suis sentie chez moi immédiatement. Un parfait mélange de building, de grandes rues, de parcs, de cultures, de liberté, de respect.

Tu y as vécu une première fois. Qu’est-ce que cette expérience a changé en toi? 

Le plus gros changement c’est bien-sûr le blog qui est né la bas et qui a changé ma vie, mon job, mes perspectives d’avenir. Vivre à l’étranger était un rêve depuis mes 16 ans, je pensais que c’était trop compliqué et que je ne partirais jamais. Et puis j’ai sauté le pas. J’ai réalisé qu’en fait tout était possible du moment où on s’en donnait les moyens. Depuis j’ai l’impression que les limites n’existent plus, je suis qui j’ai envie d’être et je fais ce dont j’ai vraiment envie.

Tu repars t’installer à Toronto dans quelques semaines. Peux-tu nous en dire plus sur le contexte de cette seconde aventure là-bas? 

Quelques mois après mon retour en France j’ai eu la chance de pouvoir postuler de nouveau au Permis Vacances Travail. L’obtention du visa est basé sur un tirage au sort, je me suis dit que je n’avais rien à perdre. J’ai tenté. Quelques mois après le destin a parlé, j’étais supposée retourner à Toronto. Je suis plutôt sereine face au départ, je sais que quoi qu’il arrive tout ira bien.

J’imagine que tes attentes ne sont pas les mêmes que la première fois. Qu’attends-tu de cette seconde aventure à Toronto? 

Lors de ma première aventure je ne savais pas du tout à quoi m’attendre, je n’avais pas d’attente particulière mise à part découvrir une nouvelle culture, progresser en anglais et rencontrer de nouvelles personnes. Sauf que j’ai vraiment vécu une année de folie bien au-delà de mes espérances. J’ai participé au célèbre Dîner en Blanc en tant que chef de table, j’ai managé une équipe de volontaires lors de soirées de network pendant presque un an, j’ai assisté à 3 Fashion Week, j’ai rencontré des personnes très inspirantes, j’ai voyagé pour la première fois aux US. La liste est encore longue. Pour cette nouvelle aventure j’espère trouver un job où m’éclater étant donné que mon anglais est bien meilleur qu’en 2014. Pour le reste je veux être surprise, je veux surprendre et surtout toujours me sentir bien où je suis. M’y installer durablement ? Peut-être, cela dépendra des opportunités de la vie, rendez-vous dans 2 ans pour le verdict 😉

Avant de se quitter, j’aimerais que tu partages 3 de tes coups de coeur à Toronto. Si on part en voyage là-bas, quels sont les 3 éléments à ne surtout pas manquer?

Si vous venez à Toronto vous devrez obligatoirement traverser le lac Ontario en ferry pour vous retrouver sur les îles de Toronto, vous pourrez admirer la skyline de la ville et profiter des grands espaces.

Dîner au One Eighty au 51eme étage, de préférence le soir. Admirer l’immensité de la ville. Avoir une vision globale.

Kensington Market pour le street art, l’atmosphère décalée mais aussi parce que j’allais y faire mon marché toutes les semaines !


Ton dernier voyage coup de cœur

Dernièrement j’étais en Irlande, j’ai adoré les villages, les vieilles pierres grises et vertes et les grands espaces verts.

Ton prochain voyage

New York juste avant de m’installer à Toronto, première fois !  Du coup en ce moment je me prends à tour de rôles pour Carrie Bradshaw, Rachel de Friends ou Serena de Gossip Girl. Je suis aussi accro aux séries.

Ta plus belle rencontre

Ma réponse risque d’être un peu égoïste mais je dirais moi-même. J’ai longtemps essayé de trouver qui je voulais être, comment je pouvais l’être et où était ma place. Depuis quelques années je sais qui je suis, ce que je vaux et où je veux aller. Quand on sait qui on est on rencontre les bonnes personnes. J’ai pu le constater.

Ton parfum

Flower Bomb de Victor & Rolf mais j’en porte rarement depuis le printemps dernier.

Ton livre de chevet du moment

J’essaye tant bien que mal de finir Une vie de Simone Veil. Depuis que je ne suis plus salariée je n’ai plus le trajet jusqu’au boulot pour lire … Mais j’ai bientôt 8h d’avion 😉 Cette femme a un destin tellement incroyable!

Mes chaleureux remerciements à Astrid! Merci d’avoir dit oui pour partager ce retour d’expérience. « Sky is the limit ». J’adoore l’enseignement que lui a délivré la ville de Toronto. Quand j’entends parler d’îles depuis lesquelles on admire une skyline, de grands espaces… : + 1 sur la liste de mes envies. Fly away, jolie Astrid. I wish you the best 😉


Fringinto

www.fringinto.com