Catégorie : Histoires de voyage

CARNET DE VOYAGE | Cuba : Le vol inaugural Paris – La Havane de Corsair

C’est officiel: Corsair relie désormais Paris à Cuba à raison de deux vols par semaine vers La Havane + un à destination de Varadero. Quelle joie d’avoir été conviée sur leur vol inaugural! Je vous raconte? 11h25: décollage pour 10 heures dans les airs. Menu élaboré, ambiance salsa dans les allées de l’avion, cadeaux aux invités à bord… Corsair a mis les petits plats dans les grands pour nous faire vivre un joli moment en leur compagnie. Je savoure chaque minute de  ce moment privilégié!

Avant d’embarquer

9h30 : RV à Orly Sud. Direction la porte B pour enregistrer nos bagages. Sandrine que je revois avec plaisir et ses collègues de Corsair & TUI nous accueillent chaleureusement. Deux jolis totebags aux couleurs de Cuba nous sont tendus. A l’intérieur: un magazine sur la destination, un guide de voyage Le Petit Futé, notre programme, une clé USB, un adaptateur… Nous y sommes! Gérard (@superchinois801) nous attend au salon Grand Large. Mignardises, mojitos, viennoiseries… L’attente sera cette fois encore un plaisir au salon longe. Il règne un enthousiasme palpable. On part à Cuba… Pincez-nous!

It’s time! Une voiturette attend le groupe presse à la sortie des contrôles de sécurité pour nous emmener à notre porte d’embarquement. Elle fait la navette à titre exceptionnel. Tut tuut! Ce serait dommage de percuter les voyageurs en route pour d’autres destinations. A l’approche de la porte 27 on entend des notes de musique s’élever… Pas de doute, nous partons bien à Cuba! Sourires. Salsaaa! Un couple de danseurs et des musiciens enflamment la zone d’embarquement. On est transportés ailleurs! Quelques photos et vidéos pour partager le moment et nous embarquons.

A bord du vol inaugural Corsair International

Nous sommes décidément chouchoutés, sur ce vol inaugural Corsair. Sur nos sièges, une trousse nous attend avec un petit nécessaire pour voyageur. Quelle gentille attention! Nous découvrons le menu du jour avec appétit. Avocat/crevettes, langoustes, mignardises…  « Corsair est une fête » aurait dit Hemingway! J’ai l’intime conviction que ces 10 heures de vol passeront comme une lettre à la poste. Comment trouver le temps long en apprenant toujours plus sur La Havane dans la documentation à bord? Pour s’isoler du bruit ambiant, je vous recommande vivement la station de radio « Folk & Jazzy ». J’ai commencé par un film mais la musique m’a rattrapée comme à chaque fois… Bonheur! Je me suis plongé dans un dernier guide acheté la veille: Escale à La Havane, le meilleur pour un court séjour aux éditions Ulysse. J’ai relevé l’adresse où l’on mange les meilleurs glaces de La Havane paraît-il – chez Helad’oro près de Plaza Catedral -, j’ai relevé le nom d’un rue pour aller photographier du street art – Callejon de Hamel -. J’ai relevé une belle adresse pour admirer les bulbes de l’église orthodoxe et tellement plus encore… Je n’aurai pas le temps de tout voir, de tout faire. Je le sais déjà mais l’ébauche d’un prochain voyage se dessine déjà.

Une soirée chic chez Monsieur l’Ambassadeur de France

Ambassade de France, La Havane

Après une pause rafraîchissement à notre hôtel (quel hôtel! Le Melià Cohiba: 5* avec vue sur Malecon), nous rejoignons l’Ambassade de France où nous sommes attendus pour un cocktail. Quelle magnifique bâtisse! Posée dans un joli parc arboré avec une piscine à l’arrière, la résidence de l’ambassadeur nous ouvre ses portes le temps d’une soirée. Le président de Corsair nous fait part de sa vive émotion quant à cette nouvelle histoire qui commence. L’équipage est là, quelques cadres de Corsair et TUI aussi, des journalistes, quelques blogueurs… Gérard et nous mesurons la chance qui nous est offerte. Nous sommes à Cuba, chez l’ambassadeur de France, ensemble. What else? On se remémore le #kreyoltrip à l’origine de notre rencontre, un voyage qui a marqué nos esprits et ouvert un chapitre avec Corsair, on évoque nos futurs voyages ensemble, on se dit qu’un blogtrip à Cuba sera phénoménal en terme d’images. Vous imaginez Charlie nous suivant à la trace sur les routes de Cuba? Nous reviendrons. For sure! L’ambiance est festive, Charles et Gérard font honneur aux cocktails cubains: Mojito, Cuba Libre, Daïquiri… J’ai lu leur petite histoire dans le guide Ulysse, tiens! Le Daïquiri devrait son nom à un ingénieur américain venu visiter une usine à Daïquiri. Il aurait concocté une boisson avec ce qu’il avait sous la main : rhum, sucre et jus de citron. Hemingway a créé un dérivé: le Daïquiri Floridita en mixant la préparation avec de la glace pilée. So fresh! Le Mojito  – rhum, jus de lime, sucre, feuilles de menthe écrasées – serait le plus ancien des 3 avec une origine remontant au XVIIe siècle. Le Cuba libre a marqué quant à lui la libération de Cuba après la fin de la guerre d’indépendance. Un soldat américain aurait lancé : « Cuba libre » pour fêter ça avec rhum, cola, jus de lime. J’ai laissé ces messieurs honorer la tradition cubaine. Comme à mon habitude j’ai voulu garder les idées claires pour imprimer chaque instant à vous raconter. Quelle soirée! Une fort belle entrée en matière sur le sol cubain qui nous séduit déjà… La suite au prochain épisode!

Mojito, ambassade Cuba à Paris


Demain on ira explorer La Habana Vieja dont le centre historique est classé au patrimoine mondial de l’UNESCO. La journée s’annonce enchanteresse avec le programme proposé et celui que l’on s’est concocté. Je vais peut-être abandonner les garçons un temps pour aller voir la maison d’Hemingway. Il y a écrit tant de chefs-d’oeuvre…

RV demain même endroit avec des photos de Charles! 

Pour ne pas perdre une miette de ce voyage de rêve, deux hashtags à suivre sur Twitter et Instagram:

#cubaconcorsair + #VisitCubaWithTUI

Cuba


PARTIR EN VOYAGE À CUBA : 

La Havane

Corsair

2 vols Paris – La Havane par semaine

1 vol Paris – Varadero par semaine

A partir de 799 € (Payable en 3X par CB)


TUI

Séjours et circuits (19)

Autotours sur mesure à Cuba (2)

A partir de 1 111€

CARNET DE VOYAGE | Cuba : Avant de partir

Cuba con Corsair - TUI

Cuba m’évoque tant de souvenirs alors que que je m’y rends demain pour la première fois… Je repense aux professeurs qui m’ont donné le goût de la littérature et de l’écriture: Mme Blanchard et Mr Debout. Je me souviens de leurs anecdotes sur Hemingway. Que cet illustre auteur ait choisi de vivre et d’écrire sur une île si proche de la mienne le rapprochait un peu de moi. Saviez-vous qu’il avait dédié son Prix Nobel de Littérature au peuple de Cuba? Je repense aussi à Mr Serin mon professeur d’espagnol au collège, un amoureux fou des pays hispanophones et de leur culture. Je le revois esquisser quelques pas de salsa sur les morceaux qu’il nous passait en classe, j’entends son accent parfait, j’entends ses « r » rouler avec virtuosité. La plénitude de l’époque me gagne en repensant à ces années collège. A l’époque j’adorais écrire des lettres. J’ai bien envie d’en écrire une avant de partir à Cuba …

Querida Cuba,

J’ai tant lu et entendu à ton sujet que j’ai l’impression de te connaître. Je me souviens de discussions à bâton rompu sur la terrasse de Jacques en Martinique. Il nous a mille fois conté tes charmes, sa rencontre avec Maria-Elena infirmière qu’il a rencontré chez toi et épousé. Ils nous ont parlé de toi dès la première fois. J’ai appris comment tu fais reines d’un jour les jeunes filles de 15 ans à leur quinceñera. Je te sais fière et chaleureuse, soucieuse de partager ta culture à qui s’y intéresse. Je sais que les difficultés de la vie ne t’empêchent pas d’être douée pour le bonheur. Au contraire. J’ai grandi avec les sonorités de ta langue à la radio. Ce sont les paroles des chansons écoutées chez Man’So qui m’ont donné le goût de l’espagnol. Tu as longtemps été une voisine que je connaissais de vue. L’heure est (enfin) venue de nous rencontrer.

Je ferai de notre premier rendez-vous sur le pas de ta porte un joli moment avant de revenir échanger plus longuement. Je t’annonce déjà mon retour avec mon père qui souhaite te rencontrer. Il y aura ma mère, il y aura Charles aussi, Michèle & François peut-être… Mon père et moi rêvons d’un carnet de voyage à quatre mains avec ses dessins à lui et mes mots à moi. Il est dessinateur, tu sais. Lorsque je le reverrai je lui amènerai le magazine Géo qui a consacré un dossier à ta face cachée, tes petits secrets, tes joyaux. Même si tu es loin de te résumer aux vieilles maisons de La Havane et aux voitures américaines des années 50, je veux voir cet aspect de toi. Je veux vivre le film projeté maintes fois nos écrans.

Alex (le Cubain de la famille) m’a fait entrevoir ta réalité. Il m’est arrivé d’être égoïste tu sais. Espérer que rien ne bouge trop vite chez toi pour avoir le temps de te regarder telle que je t’ai rêvée. Vouloir te voir et te revoir comme avant pour vivre des moments « authentiques ». Le mot est galvaudé. Je sais… De jolies rencontres m’ont ouvert les yeux. Avance au rythme qui te plaira pour vivre tes rêves, tu ne me fascineras pas moins. Je ne viens pas seule demain. Charles m’accompagne sur le vol inaugural de la compagnie Corsair, cette même compagnie avec laquelle j’ai effectué mon premier vol long courrier entre Pointe-à-Pitre et Paris il y 25 ans. Mes parents avaient réservé chez Nouvelles Frontières (aujourd’hui TUI). J’ai grandi depuis, mais le goût du voyage ne m’a pas quitté, le bonheur de prendre l’avion non plus. Je suis ravie de vivre ce moment avec l’équipe qui nous a fait confiance sur le #kreyoltrip et le #FoodtourKréyol  pour la promotion de notre guide en Guadeloupe. Il n’y a pas de hasard dans la vie, il n’y a que des rendez-vous…


Décollage demain matin pour Cuba, je vous invite à feuilleter une nouvelle page de mon carnet de voyage vendredi matin. Je vous raconterai le vol, nos premiers pas à la Havane, notre soirée à L’Ambassade de France et plus encore.

Pour ne pas perdre une miette de ce voyage de rêve, deux hashtags à suivre sur Twitter et Instagram:

#cubaconcorsair + #VisitCubaWithTUI

Cuba con Corsair - TUI


PARTIR EN VOYAGE À CUBA : 

La Havane

Corsair

2 vols Paris – La Havane par semaine

1 vol Paris – Varadero par semaine

A partir de 799 € (Payable en 3X par CB)


TUI

Séjours et circuits (19)

Autotours sur mesure à Cuba (2)

A partir de 1 111€

PDB | Ma façon de voyager

Une fois n’est pas coutume, je me prête au jeu des questions/réponses pour un « Paroles de Blogueuses » un peu particulier. Irma alias @refashiongallery m’a conviée à un Travel Tag il y a quelques temps sur ma façon de voyager. Je prends (enfin) le temps d’y répondre. Si vous flânez souvent sur Instagram, vous avez dû la croiser. C’est là-bas que nous nous sommes rencontrées. Quelques échanges sous nos photos respectives puis une invitation à l’event organisé au pop-up store de Floriane Fosso l’an dernier et voilà, une jolie rencontre de plus à ajouter dans le carnet d’adresses du blog. Je suis heureuse de papoter voyage avec elle via les questions adressées.

Quel était ton premier voyage en avion ?

Premier voyage au Vénézuela. Je devais avoir 5 ans. 30 ans plus tard (oh my god! :D), j’ai encore des images et des sons de ce voyage dans la tête. Je crois bien que le virus m’a été inoculé à ce moment-là. L’effervescence avant le départ, le sourire de ma mère évoquant avec Marie-Line les bonnes affaires à faire côté maroquinerie, mon père organisant nos valises, la découverte de Caracas, les sonorités de l’espagnol…

Y a-t-il un endroit que tu revisiterais avec plaisir ?

Tellement! Je sais que je retournerai en  Suède. New York & moi c’est toute une histoire. J’ai adoré le Sénégal… Je ne vais pas dresser la liste de tous mes voyages. Si je ne devais en retenir qu’un à visiter de nouveau ce serait la Californie. J’ai adoré sillonner la côte ouest. C’est un voyage que je referais avec bonheur avec Charles! Un peu plus long, avec de nouvelles étapes.Un artiste que nous adorons tous les deux – Gregory Porter – m’a fait part de ses incontournables dans la Blue Room de Twitter. Je n’ai qu’une hâte: m’y rendre sur la bande son de ses albums soul & jazz.

Tu pars demain et l’argent n’est pas un problème, où pars-tu ?

Mon coeur balance entre 3 voyages: un long périple à Cuba côté Caraïbes, un voyage en Afrique du Sud ou un combiné Australie/ Nouvelle-Zélande en Océanie. Allez, soyons fous! Puisque l’argent n’est pas un problème, je demande un mi-temps annualisé et pars 6 mois avec Charles pour sillonner toutes ces destinations. Au programme: expériences gastronomiques et culturelles, rencontres inspirantes grâce aux recommandations d’amis passés par là ou installés sur place… Bonheur.

Quel est ton moyen de transport favori ?

J’ai décidément du mal à choisir… J’adore l’avion que je réserve désormais aux longs trajets. Je ne compte plus les vols mais je reste émerveillée par cette prouesse technologique. Depuis notre voyage à Barcelone en mode slow travel l’été dernier, le train talonne l’avion de près. Pour des escapades en France et en Europe, on renonce de plus en plus à l’avion pour apprécier les paysages qui défilent. Avec les transferts aux aéroports excentrés et le temps d’attente pour déposer et récupérer les bagages hors vols en business class, le train en position centrale peut être un gain de temps sur certains trajets. So…

Ton site de voyage préféré ?

Je suis une inconditionnelle de la plateforme lifestyle The Tig. Meghan Markle s’est entourée d’une formidable qui me fait voyager aux quatre coins du monde avec délectation. J’y retrouve des adresses d’hôtels premium comme j’aime, des focus gastronomiques pour mieux découvrir les lieux visités, des rencontres inspirantes. Une belle source d’inspiration! C’est sur ce site que j’avais découvert le Red Rooster à Harlem testé et adoré lors de notre voyage à New York avec Open Skies.

Comment trouves-tu tes bonnes adresses?  

Je relève de nombreuses bonnes adresses sur le Net: Yonder, The Tig, les posts sur Twitter des magazines Grazia et Elle. La presse papier à laquelle je reste attachée est également une belle source d’inspiration: je suis une fidèle des magazines Voyager Ici et Ailleurs, Ideat, Vacance. En fonction des destinations mentionnées en couverture, il n’est pas rare que j’achète des magazines que je lis de façon plus occasionnelle.

Où irais-tu juste par attrait pour la nourriture locale ?

Je pense spontanément à l’Italie dont j’adore la gastronomie. Il peut sembler étrange que j’aie déjà visité San Francisco et toujours pas l’Italie. Cela s’explique par un fonctionnement un peu particulier, je le concède. J’ai le tort de rêver de destinations lointaines, me disant que j’aurai toujours le temps de voyager tout près… Ce n’est pas la seule raison. Avant de visiter un pays, j’aime glaner en amont des adresses auprès d’insiders, j’aime lire sur la destination, rencontrer des personnes qui y ont vécu. Je fonctionne aux coups de coeur, aux déclics… Je pense pouvoir fournir davantage encore mon carnet de notes consacré à l’Italie avant de le mettre sur la liste des prochains voyages. La suite au prochain épisode.

Y a-t-il un endroit où tu voudrais ne jamais retourner ?

« Jamais » a quelque chose de définitif, toutefois je n’ai pas l’intention de retourner à Las Vegas. Je n’ai pas eu d’élan pour cette ville qui prend toute sa dimension une fois la nuit tombée. Le monde du jeu ne me fascine pas, je préfère les salles de spectacle confidentielles aux grandes arènes, j’ai trouvé les hôtels artificiels, le concept en plein désert gourmand en eau m’a laissée perplexe… Non. Las Vegas ne pas séduite.

Peux-tu réciter ton numéro de passeport ?

Hey! Puisque tu le demandes, presque. J’en connais les 4 premiers éléments par coeur. Je devrais voyager davantage dans les pays qui exigent des visas pour retenir  les éléments manquants 😀 J’ai une mémoire graphique.

Préfères-tu un siège fenêtre, milieu ou couloir ?

Fenêtre, what else? C’était déjà ma place favorite avant que Snapchat et les stories sur IG ne fassent leur apparition. Le regard qui se perd à l’horizon, les pensées qui se baladent dans les nuages, le hublot en appui-tête pour m’endormir… Je suis accro aux sièges fenêtre. Petit hic: Charles aussi!

Comment passes-tu le temps en avion ?

Je profite de ce temps pour écrire. J’écris en vrac les idées qui me viennent à l’esprit, je boucle des articles en cours, j’en entame d’autres… Tout dépend du temps de vol et de l’inspiration. J’ai toujours un magazine ou un bouquin au fond de mon sac; j’en profite. En fonction de la programmation il m’arrive aussi de regarder un film manqué au cinéma.


Ton dernier voyage coup de cœur

Dakar sans l’ombre d’une hésitation.

Ton prochain voyage

Jolie surprise de la semaine: un voyage à Cuba se dessine… We’ll see.

Ta plus belle rencontre

Je repense à ce que disait Mamzelle Lychee dans son interview PDB dernièrement. Au risque de paraître mièvre, ma plus belle rencontre c’est Charles. La jeune femme indépendante que j’étais et que je reste a trouvé en lui un partenaire qui m’élève. Il me pousse à aller toujours plus loin, toujours plus haut. Dans sa philosophie de vie, les rêves ne sont que des objectifs à atteindre, des moteurs pour une vie qui vaille la peine d’être vécue. Nos échanges nous aident à tirer le meilleur de nous pour avancer sereinement. La vie à ses côtés est juste passionnante!

Ton parfum

Parisienne, d’Yves Saint-Laurent

Ton livre de chevet du moment

300 raisons d’aimer Paris de Judith Ritchie. Nous nous sommes ratées de peu la semaine dernière. Je vous parle bientôt de son guide sur le blog!

Voilà. L’exercice touche à sa fin. Merci à Irma d’avoir songé à moi pour ce Travel Tag. J’espère ne pas avoir été trop bavarde… Je vous invite à découvrir l’univers photo d’Irma sur son blog et dans sa galerie Instagram. Rendez-vous la semaine prochaine avec une nouvelle invitée! 


(Re)Fashion Gallery

refashiongallery.com

 

1 photo 1 histoire | Dakar on my mind …

 

Charles & moi étions en reportage au Sénégal le week-end dernier pour Corsair & TUI: deux partenaires avec qui nous avons tissé des liens étroits lors de blogtrips précédents. Après les îles de Guadeloupe, un voyage à Dakar… Savaient-ils ce que le Sénégal représentait pour Charles et moi au moment où ils nous ont proposé ce reportage? Non. Ils ne pouvaient se douter que le père de Charles avait grandi au Sénégal, ils ne pouvaient se douter que la Guadeloupéenne que je suis avait grandi en entendant ses parents évoquer un voyage un jour sur l’île de Gorée. Ils ne se doutaient pas que ce voyage était une promesse que nous nous étions faite chacun de notre côté avant même de se rencontrer…

Une expérience singulière

Charles et son père aujourd’hui disparu devaient fouler le sol de cette terre d’Afrique  ensemble. Ils n’en ont pas eu le temps… Mes parents, ma sœur et moi avions dans un coin de notre cœur le désir d’emprunter le chemin du « retour » ensemble. J’ai ouvert la marche. Ils m’emboîteront le pas sous peu, séduits par les anecdotes et les images  partagées. Il n’y a pas de hasard… Corsair & Nouvelles Frontières (désormais TUI) c’est décidément une histoire de famille. Une belle histoire de famille. Petite, c’est à cette agence située à Pointe-à-Pitre que mes parents confiaient nos voyages, petite c’est avec Corsair que je suis venue à Paris pour la première fois. J’avais 10 ans. L’histoire continue…

Avant de publier la série d’articles consacrés à ce voyage côté culture, côté gastronomie, côté insiders, j’ai voulu faire un focus sur l’île de Gorée dans notre rendez-vous photo du dimanche. Gorée c’est un symbole de la traite négrière ancré dans les esprits de beaucoup. L’île a abrité 28 maisons d’esclaves entre le XVIe et le XIXe siècle. Une maison longtemps gardée par le charismatique Joseph N’diaye a été conservée pour la mémoire. D’autres lieux de la côte ouest de l’Afrique ont été témoins de départs massifs d’esclaves vers les Caraïbes et l’Amérique. La parole de cet ancien conservateur a beaucoup oeuvré pour que ce pan de l’histoire ne tombe pas dans l’oubli, offrant par là-même un coup de projecteur sur cette île. Gorée c’est cela et plus encore. L’île ne s’est pas figée dans cette sombre époque. Elle a continué à vivre. Les habitants de Gorée la font vivre.

Avant de partir pour le Sénégal, j’avais réfléchi à ce que je porterais le jour où je foulerais le sol de Gorée. Idée superficielle penserez-vous. Pas vraiment. J’ai voulu une  tenue sobre en marque de respect, avec un peu d’Afrique autour du cou… Les femmes de l’île qui fabriquent des bijoux m’ont complimentée pour le collier choisi. Le symbole était fort. Ce collier je l’ai acheté à Barcelone l’été dernier. Vous vous rappelez? J’avais vu une superbe exposition au CCCB (Centre de culture contemporaine de Barcelone) : Making Africa. A la boutique du musée, ce collier m’a sauté aux yeux. Pour la petite histoire, nos voyages à Barcelone sont eux aussi marqués d’émotion parce que la mère de Charles était catalane. Eh Oui. De Barcelone justement. Tout est dit… J’aime à penser que les parents de Charles qui s’étaient rendus ensemble à Gorée étaient des nôtres là-bas…


Abonnez-vous à la newsletter : notre rendez-vous confidences & inspiration du vendredi soir.

1 photo 1 histoire | Lost in Lausanne …

Quel joli week-end passé à Lausanne! Je vous écris du train qui me ramène à Paris et je repense à nos premiers pas dans la ville… Lorsque le groupe Accor Hotels nous a proposé ce week-end, l’idée du lac Léman m’est tout de suite venu à l’esprit. Je ne connaissais pas encore la Suisse et l’opportunité d’une première fois se présentait. J’ai dit oui. Une fois les valises posées au Ibis Lausanne Centre, nous nous sommes dirigés vers le lac. A notre arrivée sur place : wouaaaah…

Une goutte d’eau du lac

Les neiges tardives ont attiré du monde sur les pistes, en cette fin de semaine. Les habitants de Lausanne sont partis en nombre ce week-end profiter de la neige fraîchement tombée et ont délaissé les bords du lac. Nous avons pu admirer les lieux presque seuls au monde, admirer les montagnes enneigées au loin, faire quelques prises de vue avec Charlie (notre drone récemment acquis)  et scruter l’horizon… Je me suis posée un instant sur ce banc pour savourer le moment. La température oscillait entre 1 et 3 degrés, le froid mordillait mes joues mais j’étais bien, là.

Le bonheur peut-il se résumer à cela? En ce qui me concerne oui. Un week-end en amoureux pour remplir une mission confiée par un partenaire du blog… What else ? Charles connaissait Genève, pas encore Lausanne. J’adore ces premières fois partagées avec lui. Sur les bords du lac Léman, nous avons ressenti cet appel de l’ailleurs un peu plus criant à chaque voyage. Nous avons envie de changer d’air. Pas seulement pour une escapade de 2 jours mais pour un voyage un peu plus long. On songe à s’établir ailleurs pour relever de nouveaux challenges, expérimenter un style de vie différent. Quand? Où? Rien n’est défini…

Cette envie restera peut-être lettre morte, peut-être pas. Etre posée là sur les bords du lac Léman a ajouté une ligne au brouillon de la lettre de rupture que nous adresserons un jour à notre belle capitale (ou que nous déchirerons)…

To be continued