En cette fin de vacances d’hiver, je vous propose de poursuivre notre voyage au Sénégal. Pour ce deuxième volet, partons en balade autour de Dakar à la découverte de trois sites de toute beauté: l’île d’Ngor, le Lac Retba et l’île de Gorée. Charles et Charlie (notre petit drone) se sont régalés à immortaliser les paysages environnants. Echappées belles autour de la capitale pour une explosion de couleurs en ce dimanche matin.

L’île d’Ngor

C’est depuis la plage de Yoff Tangor du côté des Almadies que l’on embarque pour rejoindre l’île d’Ngor. 5 minutes en barque et on pose le pied ailleurs… L’île habitée est appréciée des Dakarois qui veulent se soustraire de la frénésie de la capitale le temps d’une journée ou d’une soirée. Ils y apprécient le calme des ruelles, la beauté des lieux. Du côté sud on se baigne toute l’année dans des eaux calmes et turquoise. Les surfeurs apprécient les vagues du versant sauvage.

A noter: la petite île est prise d’assaut durant les vacances scolaires du Sénégal.

Alain & Métou de Nouvelles Frontières Sénégal nous ont réservé (une fois encore) une bien belle surprise. J’ai eu le privilège de rencontrer le peintre Abdoulaye Diallo : une grande figure artistique de l’île et du Sénégal. L’artiste y a fait construire une villa contemporaine de toute beauté qu’il a lui même dessinée. Il faut savoir que l’homme était ingénieur dans une autre vie. Sa villa est à la fois galerie d’art ouverte aux visiteurs, maison du bonheur ouverte aux enfants, atelier de travail, repaire pour bouquiner. Il regagne Dakar en fin de journée à l’issue d’une journée inspirante. Je vous en dirai plus sur le personnage lors d’un sujet qui lui sera consacré.

Où manger?

Au restaurant Chez Sek les pieds dans l’eau avec vue sur Dakar. Le soir, le spectacle des lumières sur la rive d’en face doit valoir le détour…

Le lac Retba

On appelle le Lac Retba le Lac Rose à cause de la couleur que prend la surface de l’eau. Cheikh nous a expliqué qu’un certain nombre de conditions devaient être réunies pour que les micro organismes qui donnent cette couleur à l’eau remontent à la surface. La danse du soleil et du vent nous ont offert le moment attendu: nous étions euphoriques! Saviez-vous que la haute teneur en sel du Lac Retba (380g par litre) surclassait celle de la mer morte (275g par litre)? Je l’ai appris là-bas.

Dans ce lac peu profond, les pêcheurs de sel s’adonnent à un dur labeur en quête de l’or blanc de Retba. Le sel ronge la peau. Ces heures passées dans l’eau avec le soleil qui frappe mettent les corps à rude épreuve. Pour se protéger, les hommes enfilent des chaussettes hautes après s’être enduit le corps d’une couche épaisse de beurre de karité. Le travail est ingrat. Racler ainsi le fond du lac pour remplir les pirogues demande du courage. Les pêcheurs du Lac Retba n’en manquent pas. Les femmes ont la mission de décharger le sel au bord du lac pour le faire sécher et blanchir au soleil.

En s’élevant au-dessus du lac, Charlie nous a permis d’apercevoir les dunes de sable et la mer au loin. Cheikh avait omis de nous préciser qu’elle était si proche. Quelle belle surprise! Tout prenait sens. Il a eu raison de nous suggérer ce site pour réaliser de belles images. Ce site réputé du Sénégal à 45 minutes de Dakar valait vraiment le détour. C’est à bord d’un 4×4 d’Idriss Diop, ami proche de Thierry Sabine que nous sommes partis à l’assaut des dunes jusqu’à la longue plage sauvage. Moment magique raconté lors de l’épisode #1photo1histoire : « Une rencontre inattendue au Sénégal »…

Si vous souhaitez profiter du site plus d’une journée, sachez que vous pourrez dormir sur place. Une adresse nous été recommandée pour une prochaine fois:

Chez Salim

Niaga Peulh, Lac Rose
Tél. : (221) 33 836 24 66/ 77 632 61 85

L’île de Gorée

Environ 20 minutes séparent Dakar de l’île-mémoire. Je vous ai raconté le pan historique de l’île qui a été un point de départ des esclaves en partance pour l’Amérique et les Caraïbes dans l’épisode #1photo1histoire : « Dakar on my mind ». L’île de Gorée est en effet connue dans le monde entier pour La Maison des Esclaves conservée. Il y en avait plusieurs sur l’île. L’ancien conservateur Joseph Ndiaye a fait voyager cette tragique histoire pour que le souvenir préserve les générations futures de telles atrocités.

En franchissant le seuil de la porte, on découvre un point de lumière dans la pénombre: la porte du voyage sans retour. Quel paradoxe! Je vous laisse imaginer de part et d’autre de l’escalier au rez-de-chaussée les petites pièces de 2,60 m sur 2,60 m où étaient entassés les esclaves. Entre 15 et 20 par salle, enchaînés, dans des conditions déplorables. Les hommes étaient séparés des femmes et des enfants et les familles disloquées au bout du voyage. Beaucoup mourraient en mer. Il n’était pas rare qu’une mère débarque à Cuba, un enfant en Haïti et le père en Louisiane par exemple. Une tragédie humaine…

L’île de Gorée ne s’est pas figée dans le temps. L’île-mémoire inscrite au patrimoine mondial de l’UNESCO vit au rythme de ses habitants d’aujourd’hui. Il faut se perdre dans ses ruelles fleuries pour en saisir toute la beauté. Les maisons colorées en font une carte postale à chaque pas. L’artisanat est omniprésent sur Gorée. Les femmes travaillent des pierres datant du XIXe siècle, des pierres semi-précieuses ou de moindre valeur pour un résultat de toute beauté. Vous pourrez ramener de cette escapade des bijoux africains, des tableaux réalisés avec du sable et de la sève de baobab et plus encore.

Attirés par des tableaux posés à l’extérieur, Charpes et moi nous sommes attardés chez des artisans travaillant le sable. Nous avons longuement conversé avec eux sur la vie à Gorée, leur quotidien. C’est eux qui nous ont expliqué qu’ils ne pouvaient garder les pieds dans les sables mouvants de la tragédie qui s’est jouée sur l’île. Ils s’en nourrissent pour l’artisanat et avancent avec fierté, heureux de partager leur savoir-faire. En deux temps trois mouvements, ils arrivent à un résultat époustouflant avec trois fois rien! Tout un art…

Quel bonheur de se replonger dans tous ces souvenirs! Le voyage continue bientôt pour explorer la ville de Dakar off the road à travers des démarches innovantes, des adresses insolites, des rencontres passionnantes. Pas mal le Sénégal comme destination soleil, non?! 

Corsair

https://vols.corsair.fr

TUI

https://www.tui.fr


Mémo infos pratiques

  • Vols Corsair : départs quotidiens de Paris

–  Aller: 16h30 (Paris Orly Sud – Dakar)

– Retour: 23h55 (Dakar – Paris Orly Sud)

– Temps de vol: 5h45

– Tarif: à partir de 487€ A/R

Si votre budget le permet, la classe Grand Large vous changera la vie. Accès au salon lounge, repos optimal, de la place, un plateau repas gastronomique, un gain de temps à l’embarquement et à l’atterrissage… What else?

du 30 janvier au 18 juin 2017
du 16 août au 18 octobre 2017

Nouvelles Frontières Sénégal (agence réceptive)

http://www.nfsenegal.com

  • Décalage horaire: 1h en hiver – 2h en été
  • Santé: vaccin contre la fièvre jaune indispensable

– SOS Vaccinations : 85 Boulevard de Port-Royal, 75013 Paris (RV rapide – 63€)  Ouvert tous les jours de 9h à 20h – RV au 01 47 07 10 00

  • Monnaie: Franc CFA (1€ = 655,957 XOF)

Les tarifs se négocient au marché et auprès des artisans

  • Visa: pas de visa pour les ressortissants français
Rendez-vous sur Hellocoton !

14 thoughts on “Echappées belles autour de Dakar”

  1. Bonjour,
    Je relie vos articles sur Dakar avant mon départ lundi. J’ai pris mon billet sur un coup de tête, de passage à Lisbonne. Je m’envole 2 semaines à Dakar, je commence à réaliser là, qu’enfin je pars en Afrique.
    Merci encore pour votre article .
    Anouck from Marie-Galante.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *