LIVRE | Le cœur de l’Angleterre, Jonathan Coe

Jonathan Coe, Le cœur de l'Angleterre

Je referme tout juste Le cœur de l’Angleterre de Jonathan Coe et je ressens comme un vide. Le récit des vies des personnages de son dernier roman m’a happée de bout en bout. Ils se croisent dans un roman choral passionnant écrit pour comprendre le cheminement des Anglais qui ont voté en faveur du Brexit.

Comment les Anglais en sont arrivés à voter « Leave » d’après  Jonathan Coe ?

A l’issue de mon voyage de presse à Londres cet été, les différents profils rencontrés m’ont donnée des envies d’encore. Plus que de bonnes adresses gourmandes et culturelles ou des photos de paysages, j’ai eu envie de comprendre le pays et ce qui s’y jouait depuis la victoire des pro-Brexit.

Si vous suivez un peu la politique, vous vous rappelez sans doute du 23 juin 2016. Le jour où les Britanniques ont voté à 51% pour la sortie du Royaume-Uni de l’Union européenne. Une courte majorité que le Premier Ministre de l’époque David Cameron et ses équipes n’avaient pas envisagée. Jonathan Coe a été surpris lui aussi. Il n’attendait pas cette issue.

Au cours d’une interview donnée à l’émission La Grande Librairie de François Busnel sur France 5, il a confié avoir écrit ce roman de façon égoïste. C’était une façon pour lui de comprendre ce qui s’était joué dans son pays. C’est ainsi qu’il a décortiqué le plan des pro-Leave mené par Boris Johnson, le parti anti-européen UKIP et des lobbyistes en amont du référendum. Dans le roman, on comprend qu’ils ont écouté et surfé sur la colère des personnes déçues par la politique européenne, mettant tous les maux du pays sur le compte de Bruxelles.

Le cœur de l’Angleterre de Jonathan Coe : un roman choral enivrant

jonathan-coe

Benjamin Coe aurait pu se contenter d’un essai sur le Brexit. Au lieu de cela, il nous offre un roman de plus de 500 pages autour du destin de la famille Trotter. Dans le tableau, il y a Benjamin, un écrivain quinquagénaire qui peine à boucler son premier roman entamé depuis des décennies. Sa sœur Lois, qui vit le plus clair de son temps loin de son mari et semble s’en accommoder. Leur fille Sophie, dépeinte comme une intellectuelle humaniste de gauche. Le patriarche, sur le déclin. Chaque jour plus en colère que le jour d’avant, plus amer, plus nostalgique d’une Grande-Bretagne passée. Il y a Doug aussi. Un ami d’enfance de Benjamin, éditorialiste tiraillé entre ses origines populaires, ses convictions politiques et sa vie de privilégié dans les beaux quartiers de Londres. La liste continue …

On assiste aux coulisses de la vie de tout ce petit monde en amont du référendum sur l’avenir du Royaume Uni au sein de l’Union Européenne. Les personnalités se dévoilent, s’affirment, s’affrontent, s’entre-déchirent. Dans ce roman, Jonathan Coe aborde le populisme, le cynisme, le politiquement correct, les questions d’identité nationale avec sérieux. Avec humour, aussi. A l’image de la vie. Il a confié que Le cœur de l’Angleterre était à ses yeux « le plus réaliste » de ses romans. Cette œuvre sur les raisons de la colère est tout bonnement addictive. On se surprend à avaler les pages un peu comme on avalerait les épisodes d’une série Netflix. Sans pouvoir s’arrêter. C’est ainsi que j’ai dévoré ce roman. Goulûment.

Que lire après ?

Pour remplir le vide laissé par la fin de cette lecture passionnante, j’ai entrepris de lire les autres romans de Coe. Vous serez heureux d’apprendre que les membres de cette famille ont pris forme dans les deux romans survenus après Testament à l’Anglaise :
Bienvenue au Club
Le Cercle Fermé.

Mon programme est tout trouvé pour ces prochaines soirées d’automne ! 


Le 31 octobre approche. Date à laquelle l’actuel Premier Ministre Boris Johnson a affirmé que le Royaume-Uni sortirait de l’U.E. avec ou sans accord. Un pronostic ?

 

Filed under CULTURE

Journaliste indépendante et blogueuse lifestyle basée entre Paris et la Normandie. Passionnée par les voyages, la culture et la gastronomie. More : ABOUT.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *