CARNET DE VOYAGE | Manchester – La pièce Tree by Idris Elba et Kwame Kwei-Armah : j’y étais – #3

Scène pièce de théâtre Tree - Manchester International Festival

Les vacances d’été achevées, je vous propose de reprendre le fil de mon voyage en collaboration avec Visit Britain. Vous organisez peut-être vos escapades de l’automne. J’ai donc repris les notes soigneusement consignées dans mon carnet lors du Manchester International Festival, j’ai trié les photos chargées dans l’ordi. Si vous avez manqué les jolis rendez-vous recommandés sur Instagram début juillet, petite séance de rattrapage.

Le programme de ce vendredi 5 juillet 2019 :
• Atelier/rencontre à l’école d’intégration Tania Brughera
• Pauses gourmandes
• Visite privée de l’exposition Atmospheric Memory de Rafael Lozano (avant-première)
• Pièce de théâtre Tree by Idris Elba & Kwame Kwei-Armah

Manchester : une ville multiculturelle

Saviez-vous que 200 langues étaient parlées dans la ville de Manchester ? C’est fou ! Au-delà de la barrière de la langue, comment communiquer avec autrui au fil du temps, comment se comprendre avec tant d’us et coutumes ? Une école d’intégration s’est donné pour mission de réunir les communautés autour de cours de langues pour bâtir des ponts. Dans le cadre du Manchester International Festival, ces moments d’interaction ont été projetés lors d’une exposition de Tania Brughera, une artiste cubaine engagée.

J’ai pris plaisir à partager cet atelier avec mon binôme d’un jour : Shikha, la rédactrice et blogueuse Indienne derrière le blog Soul Searching Journeys. Je lui ai appris à dire bonjour en créole : « bèl bonjou ». Elle m’a appris à dire bonjour dans sa langue : « namasté ». J’avoue ne pas avoir tout de suite fait le rapprochement avec ce mot entendu dans les 2 ou 3 cours de yoga pris dans ma vie. Fous rires, incompréhensions, communication. Une bonne façon de briser la glace avec des inconnus.

Manchester Art Gallery
Mosley St, Manchester

Deux adresses gourmandes à Manchester

Kala Manchester

Le rendez-vous était pris à 12h30. Ce jour-là, nous nous réunissions pour tester Kala, la dernière adresse du chef à succès Gary Usher. Il s’est bâti une solide réputation dans la ville avec ses six adresses, dont Sticky Walnut, une table appréciée des Mancuniens.

Kala a ouvert ses portes l’automne dernier. Coup de cœur pour ce bistrot intimiste. Un long bar en bas, quelques tables à l’étage, une déco sobre et efficace. L’essentiel se passe dans l’assiette. Chaque plat testé était fort savoureux. Je me souviens d’un poisson cuit à la perfection, et du jeu de textures de l’accompagnement parfaitement assaisonné. Découvrez la cartede cette jolie table; elle devrait vous donner envie de vous y arrêter lors de votre prochain voyage à Manchester.

Kala
55 King St, 
Manchester

The Wharf

The Wharf, Manchester

Après l’expo dont je vous parlerai dans quelques lignes et un bref saut à l’hôtel pour se rafraîchir, deuxième pause gourmande au Wharf avant d’assister au show tant attendu en début de soirée. Nous étions trois : Jane (Visit Britain), Lupe (photographe madrilène) et moi. Un joli moment passé à se découvrir un peu plus à ce pub trendy de Manchester.

The Wharf, Manchester

L’adresse est chaleureuse au possible ! Cet été, la terrasse avec vue sur le canal de Bridgewater était prise d’assaut par des groupes d’amis, des couples et des familles. Ambiance décontractée autour de cocktails alléchants et de bières. Nous nous sommes attablées à l’intérieur pour dîner. J’ai adoré ! Le plongeur chantait à tue-tête une chanson pop. Les tables voisines passaient un agréable moment. Bonne humeur communicative. Une fois de plus, on s’est régalé ! La salade choisie copieuse et savoureuse a définitivement validé l’adresse.

The Wharf
6 Slate Wharf, 
Manchester

Visiter Atmospheric Memory : une expo de ET avec Rafael Lozano-Hemmer au musée des Sciences et de l’Industrie

Saviez-vous que sur le musée des Sciences et de l’Industrie de Manchester occupait l’emplacement de la toute première gare ferroviaire du monde ? La Liverpool Road Station avait été inaugurée en 1830. C’est fou ! Le Manchester International Festival nous a offert un beau privilège sur ce site d’exception : la visite de l’exposition de Rafael Lozano-Hemmer en présence de l’artiste.

Rafael Lozano, © Joëlle Bah-Dralou

Expérience immersive autour de performances pilotées par la voix. Il faut le voir pour le croire … Lozano et son équipe rendent visible le mouvement de l’air. Audible, aussi. Prononcer un mot et le voir s’inscrire instantanément sur un « mur de nuages », admirer des lettres danser sur un mur au rythme d’une chanson envoûtante, rester saisi devant le « dernier souffle » d’une personne aujourd’hui décédée. C’est ça, Lozano.

L’artiste canadien né au Mexique est réputé pour ses installations numériques. Inspiré par le premier ordinateur visible au musée, il mêle art et technologie avec une créativité folle ! Je dirais même plus : art, technologie et poésie. J’ai enregistré ses commentaires d’une œuvre à l’autre sur mon dictaphone. Je devrais lui consacrer un article exclusif tant la démarche de cet artiste multi primé est exceptionnelle. Ce jour-là, j’ai eu conscience de vivre un moment rare.

La pièce Tree a mis le feu au Manchester International Festival

20h. Tree – Created by Idris Elba and Kwame Kwei-Armah

C’était le titre de notre programme précédant le topo de la pièce Tree qui m’enthousiasmait déjà sur le papier. J’étais triplement impatiente. Pour l’histoire, d’abord. La quête d’identité d’un jeune homme en Afrique du Sud. Pour Idris Elba ensuite, aux manettes avec Kwame Kwei-Armah. La carrière et les choix artistiques de cet acteur charismatique à la fois DJ et scénariste laissait présager une expérience des plus intéressantes. Troisième point intérêt : le casting. Sinéad Cusack partageait la tête d’affiche avec Alfred Enoch connu des amateurs de la série How to Get Away with Murder pour son interprétation de Wes Gibbins (petit protégé d’Annalise Keating interprétée par Viola Davis).

Avec ces trois bonnes raisons réunies, j’étais encore loin de me douter à quel point ce show m’enthousiasmerait, me surprendrait, m’envoûterait. Tout commence dès le pré-show. Alfred Enoch et la troupe dansaient avec le public dans la salle. Je n’avais pas imaginé une telle proximité avec les acteurs. Musique entraînante. Nous ne pouvions nous empêcher de bouger nos corps sur le rythme endiablé de la musique (Idris Elba’s touch, bien sûr).

Quelques mots prononcés par les acteurs et la pièce commence. J’ai aimé ce fondu enchaîné … L’impression de faire partie du tableau. Le jeu est juste. L’histoire me prend sans attendre. Un jeune Anglais (noir) débarque sur la propriété de sa grand-mère (blanche) en Afrique du Sud. Il la rencontre pour la première fois. Sa mère récemment décédée avait quitté le pays enceinte de lui pour ne plus jamais y retourner. Les raisons de son départ, l’identité de son père, son histoire, la rencontre avec sa demi-sœur vont le plonger dans un tourbillon qui le changera à jamais. Ce cheminement nous raconte ce qui s’est joué en Afrique du Sud à l’époque de l’Apartheid et après. Le tout avec une mise en scène magistrale mêlant danse, chant et jeu classique. Une véritable performance avec le public au cœur du moment. Un moment unique !

Tree, Idris Elba & Kwame Kwei-Armah

Un moment unique que j’ai voulu revivre et partager avec mes proches. A l’issue des représentations données à Manchester dans le cadre du Manchester International Festival, la troupe a déménagé au London’s Young Vic (la salle où Kwame Kwei-Armah officie en tant que directeur artistique). J’y étais. Deuxième claque avec mon père et ma sœur qui ont adoré le show à leur tour.

Tree, Idris Elba & Kwame Kwei-Armah

Je n’imagine pas qu’une pièce aussi puissante s’arrête à ces deux séries de dates. Guettez les prochaines représentations à Londres (ou à New York, qui sait) ! Et courez-y. Ne quittez pas Londres ou Manchester sans une pause culturelle de cette nature. La scène britannique renferme de véritables pépites ! Et retenez : le Manchester International Festival sera de retour dans 2 ans ! Le rendez-vous est pris ?!

Alfred Enoch & Joelle Bah-Dralou - Tree, Manchester International Festival

Alfred Enoch & moi – Fin de spectacle (Tree, Manchester)

Tree, MIF
By Idris Elba & Kwame Kwei-Armah

With Alfred Enoch, Sinéad Cusack, Joan Lyiola, Lucy Briggs-Owen, Kurt Egyiawan, Mbulelo Ndabeni, Anna-Kay Alicia Gayle, Anthony Matsena, Daniella May, Patrice Naiambana, Andile Sotiya


Prochain épisode : Londres !


INFOS PRATIQUES

  • Comment aller à Manchester ?

En avion :

– Vols au départ de Paris et de plusieurs villes de France (Bordeaux, Lyon, Nantes, Toulouse …) dès 108€
– 1h30 de vol

Trajet aéroport – centre-ville aisé. Suivre The Station et prendre un billet pour Manchester Piccadilly (15-20 min de transport).

En train :

– Trajet Paris – Londres en Eurostar (dès 78€)
– 2h15 de train

– Trajet Londres – Manchester (les tarifs fluctuent beaucoup d’un opérateur à l’autre / à la période de réservation). Nous avons effectué le trajet avec Virgin Trains.
– 2h de train

  • Où dormir à Manchester ?

Au Dakota Hotel : nouveau boutique hôtel à deux pas de la gare de Manchester Piccadilly. Idéalement situé pour (re)découvrir la ville. A partir de 134€.

DAKOTA HOTEL MANCHESTER : 29, Ducie St, Manchester 


Pour préparer votre voyage à Manchester :

www.visitbritain.com

www.visitmanchester.com


Voyage de presse Visit Britain

tree

 

 

8 Comments

  1. Je suis jalouse ! J’ai vu tes stories. Si j’avais pas bossé cet été, j’aurais sauté dans un train pour voir la pièce aussi ! Merci pour les adresses de restos. Je me rattrape bientôt.

  2. J’y suis allé grâce à toi. Sur un coup de tête. Et je n’ai pas regretté l’aller-retour. C’était ouf !

    • Un grand merci à Jane d’avoir insisté pour qu’on attende un peu. Je crains que Paris ne soit pas sur la liste, malheureusement. Je parierais plus sur une tournée aux Etats-Unis, ou dans quelques villes d’Afrique. We’ll see …

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *