Les îles de Saint-Martin et Saint-Barthélémy ont été touchées de plein fouet par Irma : l’ouragan le plus dévastateur que l’Atlantique ait jamais connu. Irma a frappé fort, laissant une population livrée à elle-même un temps. Trop longtemps. J’ai passé des vacances insouciantes entre la Martinique et les îles de Guadeloupe, cet été. Un retour à la maison entourée des miens pour le meilleur. Un mois plus tard, le pire a frappé à quelques encablures de là. Mon insouciance s’en est allée le 7 septembre 2017 dans le sillage d’Irma. J’entends les cris de détresse hélés depuis ces deux petit bouts de France de l’autre côté de l’océan avec douleur. Mes cris auraient pu se mêler aux leurs, ceux de ma famille aussi, de mes amis. Cette situation concerne-t-elle seulement les Caribéens? Je ne le crois pas. Le formidable élan de solidarité des îles voisines fait parvenir eau, vivres et éléments de première nécessité à Saint-Martin et Saint-Barth. Il leur faut du soutien. Le plus large possible.

Comment agir pour venir en aide aux sinistrés d’Irma?

Je laisse le soin aux experts de revenir sur ce qui n’a pas été fait en amont, sur ce qui aurait dû être fait, sur ce que les sinistrés attendent qui soit fait. Je laisse le soin aux experts de comparer les actions du gouvernement néerlandais de l’autre côté de la frontière sur l’île de Saint-Martin avec les tâtonnements de notre gouvernement. Je laisse le soin aux experts d’expliquer pourquoi UN bateau réquisitionné a rapatrié des touristes américains vers la Guadeloupe avant d’envisager un premier rapatriement sanitaire pour une première vague de nécessiteux. UN bateau avec de nombreuses places vacantes. Je laisse le soin aux experts d’analyser comment Pointe-à-Pitre a pu se retrouver à Marie-Galante sur une carte dans une session d’information sur une chaîne nationale. Je laisse le soin aux experts d’expliquer pourquoi les témoignages d’habitants diffusés sur les chaînes d’information laissant présager un bilan plus lourd que celui annoncé par le président Macron sont tronqués jusqu’à ce jour.

Laissons ces éléments de côté (pour l’instant) pour se concentrer sur le plus urgent: venir en aide aux sinistrés. Des Français sont en détresse. Je répète : des Français sont en détresse. Des militaires et personnels de santé ont été dépêchés sur place. Aux Antilles, des collectes sont organisées pour parer au plus pressé. Saint-Martin & Saint-Barthélémy ont besoin de l’aide de tous les amoureux de ces petits paradis perdus de l’Atlantique et plus largement encore. Nous devons TOUS nous mobiliser pour venir en aide à ces territoires français détruits à 95%. La Croix Rouge récolte des dons pour répondre aux besoins immédiats concernant l’eau potable, l’hygiène, les abris, le déploiement de matériel. La Fondation de France récolte aussi des dons pour oeuvrer sur place. Une première équipe part sur les lieux ce dimanche pour apporter un soutien juridique, social, psychologique, pour aider à la reconstruction. Tous ces personnels devront être relevés régulièrement sur une durée inconnue à ce jour pour rester efficace. TOUS les acteurs sur place ont besoin de moyens pour aider nos compatriotes des Antilles.

Agissons.


  • Faire un don à la Croix-Rouge

Ouragan Irma - Croix Rouge

  • Faire un don à la Fondation de France

Ouragan Irma

Don par SMS : donnez 10€ en envoyant Antilles10 au 92333

Rendez-vous sur Hellocoton !

4 thoughts on “1 jour 1 photo histoire | Un été insouciant emporté par l’ouragan Irma”

  1. J’ai donné. Merci de nous ouvrir les yeux Joelle. Je me souviens qu’on a su se mobiliser pour Phuket à l’époque. Cette catastrophe nous concerne directement et je ne sens pas le même élan pour ces îles françaises j’ai l’impression..

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *