J’ai découvert le blog Gaëlle in Los Angeles via Facebook. Etudiante en music business à UCLA Extension, Gaëlle poste régulièrement bons plans et anecdotes sur sa vie dans la Cité des Anges. En voyant passer un message d’humeur sur sa colocataire indélicate, j’ai eu l’idée de l’inviter à partager son expérience de la colocation à L.A.. Je vous invite à découvrir une aventure fort conviviale, mais pas toujours de tout repos.

PDB Hollywood

1. Avant ton installation à Los Angeles, avais-tu déjà expérimenté la colocation?

J’avais déjà vécu en colocation mais jamais à long terme. J’ai vécu en internat de mes 15 à mes 19 ans, ce n’est pas vraiment de la colocation mais c’est la vie en communauté, ça aide pour après. A chaque fois que j’ai travaillé à Disney, que ce soit en France ou aux Etats-Unis, j’ai été amenée à partager un appartement avec 3 ou 5 autres personnes. C’était toujours des périodes assez courtes (3 mois maximum), mais pour le coup c’était des personnes qu’on m’imposait donc ce n’est jamais facile, c’est un peu quitte ou double. Heureusement j’ai (dans l’ensemble) été chanceuse et j’ai rencontré des colocs avec qui je suis toujours en contact, même 5 ans après !

2. Comment se passe la cohabitation avec tes colocataires à L.A.?

On est 4 dans l’appart, et c’est disons mitigé ! Je m’entends très bien avec la personne qui partage ma chambre (que j’ai d’ailleurs rencontrée via mon blog ), on est devenues plus que des simples colocataires puisqu’on est amies. Ça se passe très bien également avec une des filles de l’autre chambre même si je la vois rarement, comme elle-même le dit elle ne fait que dormir ici, le reste du temps elle n’est pas là. Par contre c’était un peu plus (voir beaucoup plus) compliqué avec la quatrième. D’apparence elle était très gentille et puis au fil des jours on a vite vu à qui on avait à faire. Elle n’avait aucun savoir vivre, elle se croyait toujours chez sa mère donc ça ne passait vraiment pas. Elle ne savait rien faire, je ne compte plus le nombre de fois où j’ai dû lui expliquer les choses. Fort heureusement cette histoire est terminée puisqu’elle est partie il y a quelques jours (en envoyant un texto 4 jours avant disant « je pars vendredi » et sans dire au revoir). On vient juste de trouver une nouvelle colocataire, à l’heure où j’écris ces lignes je ne peux pas vraiment en parler puisque ça ne fait que 3 heures qu’elle est arrivée, mais elle a l’air sympa et elle connait bien la vie en colocation !

 Image 3
pdb
 
3. D’après ton expérience, quelles sont les 5 clés essentielles pour une vie en colocation réussie?

Je pense que ça dépend de ce que chaque personne recherche en faisant de la colocation. Dans mon cas, par rapport à ma mauvaise expérience, je fais attention à des choses auxquelles je ne prêtais pas tant d’intérêt que ça avant. Je dirai que les choses à prendre en considération sont :

  • Avoir du savoir-vivre, ce qui va de paire avec avoir du respect. Vivre en colocation ce n’est pas vivre chez ses parents. On partage des espaces communs, il faut que chacun y mette la main à la patte. Il faut aussi savoir respecter l’intimité de chacun, et faire avec les caractères de chaque personne.
  • Etre autonome. Il faut se rendre compte qu’on doit vivre comme des adultes responsables, pas comme des ados qui attendent que papa et maman fassent tout derrière nous (ce que faisait mon ancienne coloc). Même si on vit à plusieurs, on est responsable de soi et de sa « partie ». Dans une colocation, personne n’est là pour passer derrière les autres, donc il faut que chaque personne ait sa part d’autonomie.
  • Etre dans l’ambiance « coloc ». La colocation ce n’est pas pour tout le monde. Il y a des gens qui n’ont simplement pas le caractère pour ça. J’avais rencontré le colocataire d’amis à moi, ils vivaient à 6 dans une maison, le colocataire en question râlait tout le temps dès que quelqu’un parlait dans le salon ou dès que quelqu’un allumait la télé. Mais c’est ça la vie en colocation, les espaces communs sont communs, ce n’est pas toujours des plus calmes. Donc je pense que les gens qui sont trop dans leur bulle et qui ne sont pas des plus sociables auront beaucoup de mal avec la vie en colocation, car colocation rime bien souvent avec ambiance et convivialité.
  • Se donner le temps. La personne peut paraître très gentille au premier abord, ce n’est pas pour autant qu’elle aura les qualités citées au-dessus. Tout comme quelqu’un qui n’est pas des plus cool peut pourtant être une très bonne surprise pour ce qui est de la vie en communauté. Il faut se laisser le temps pour voir comment sont réellement les gens dans la vie de tous les jours car dans ce cas là, la première impression n’est pas toujours la bonne !
  • Etre propre. Même si ça rejoint le fait d’avoir du savoir-vivre et du respect, être propre est super important. On a eu une coloc qui laissait trainer ses assiettes, ses casseroles, qui n’a jamais touché une seule fois à l’aspirateur en 4 mois. Je peux vous dire que ça gave vite. Donc être propre, ranger et laver derrière soit reste une des choses les plus importantes. Je préfère vivre avec une personne clean avec qui j’ai moins d’affinités que quelqu’un que j’adore mais qui laisse tout en vrac. Heureusement pour moi je vis avec quelqu’un que j’adore et qui range tout (qui rangerait presque trop d’ailleurs!)

4. Que retiens-tu de positif dans la vie en communauté et à l’inverse, qu’est-ce qui te semble le plus difficile à gérer?

 Je pense que la vie en communauté n’est pas la même suivant la où on vit et les raisons qui nous amènent à faire de la colocation.

Par exemple, chez moi en France, je ne pourrais pas avoir de colocataire. J’ai vécu seule pendant 5 ans, j’ai ma petite vie je ne me vois pas du tout vivre avec quelqu’un. Du coup quand je suis arrivée à LA j’ai voulu continuer ma vie seule mais je me suis vite ennuyée.

Hormis le fait de payer moins cher, le gros avantage de la colocation c’est de vivre avec des gens, de ne jamais être seule quand on rentre chez soi. C’est vraiment ce qui me plaît dans le fait de vivre en communauté. Si je veux parler, il y a toujours quelqu’un. C’est aussi un moyen de rencontrer facilement des gens. C’est vraiment ce côté convivialité qui me plaît.

A contrario, ce qui est difficile c’est justement le fait de vivre avec quelqu’un. Dans mon cas je partage ma chambre, ça veut dire que je ne suis jamais réellement seule. Le point positif que j’ai c’est que ma coloc est très rarement là, donc au final j’ai mon intimité.

Je n’ai pas vraiment à me plaindre par rapport à mon expérience actuelle car j’aime là où je vis et j’aime les gens avec qui je vis. Pour avoir tenté l’expérience colocation et l’expérience vie seule, je prends la vie en colocation, du moins à L.A. !

5. Est-ce une aventure que tu renouvelleras à l’issue de ton stage à L.A.?

Aujourd’hui je dis oui. Dans ma situation oui car je suis encore jeune et que c’est beaucoup plus sympa d’être avec des gens. Une fois que je travaillerai, peut-être que je prendrai une chambre seule, je verrai bien suivant les personnes sur qui je tomberai.

Mais il faut savoir qu’à Los Angeles, la colocation est souvent forcée. Les loyers sont très chers, peu de personnes ont les moyens de se prendre un appartement. Il n’est donc pas rare de voir des personnes de 40 ans vivre en colocation. Disons qu’à partir du moment où tu es célibataire, la colocation s’impose un peu à toi si tu veux pouvoir vivre convenablement. Je ne suis pas contre donc ça tombe bien, je pense que L.A. est une ville qui est faite pour ça. Mais j’aimerais tout de même ne plus avoir à partager ma chambre quand j’aurai 40 ans, d’ici là affaire à suivre !


 Ta destination favorite

Dure question ! Bien que je sois expatriée ce n’est pas pour autant que j’ai énormément voyagé.

Si je parle d’une destination où je me vois vivre, c’est définitivement L.A.

Pour un voyage j’avais beaucoup aimé Hawaii mais je voudrais découvrir d’autres îles qu’Oahu. J’ai beaucoup d’endroits à visiter, ma destination vacances favorite n’est pas encore trouvée !

Un endroit particulièrement apprécié

Je vais dire Disneyland Paris, non pas parce que je suis une fan de Mickey (loin de l0) mais parce que j’y ai travaillé pendant 5 ans et que quand j’y vais je retrouve toujours des gens que je connais et que j’adore. C’est un peu ma deuxième maison.

 
La dernière chose que tu fais avant de t’endormir

Geek que je suis je regarde mon fil d’actualité Twitter. Et quand ma coloc est là, je lui dis « Bonne nuit », mais puisqu’elle est toujours en plein épisode de Grey’s Anatomy avec ses écouteurs dans les oreilles, elle ne m’entend jamais !

Ton dernier livre lu

Shame on me… Je n’ai apporté aucun livre avec moi, et je n’en ai acheté aucun depuis que je suis là. J’aurais bien dit que j’ai lu le dernier Biba mais pas sûre que ça compte comme un livre ! Du coup le dernier livre que j’ai vraiment lu est mon livre de cours Business of Concert Promotion and Touring. Désolée, j’ai honte. Je lisais beaucoup quand j’étais ado, moins maintenant.

Ton parfum du moment

Avec les beaux jours qui devraient bientôt arriver, ça va être l’heure de ressortir le monoï qui sent bon l’été !

Ton dernier film vu

Je suis allée au cinéma récemment pour voir The Avengers 2 avec une amie. Je n’avais jamais vu le 1, je ne connaissais pas du tout l’histoire, du coup je n’ai pas compris grand chose !

Une image qui t’inspire

Les palmiers de L.A. car c’est ce que je vois dès que j’ouvre les yeux le matin, et c’est ce qui représente là où je vis.

 pdb

Un grand merci à Gaëlle pour sa spontanéité et sa réactivité. Ses conseils éclaireront sans doute ceux qui pensent à la vie en colocation ici ou lors d’une expatriation. Nous sommes nombreux et nombreuses à avoir une approche fictionnelle de la colocation grâce aux séries américaines, merci d’avoir apporté du vécu à cette aventure!
Si la Californie vous séduit, découvrez l’univers de Gaëlle sur son blog et sur les réseaux de sociaux

Gaëlle in Los Angeles

Rendez-vous sur Hellocoton !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *