Heureuse d’être de retour sur le blog avec un sujet sur ma nouvelle vie en Normandie. Que de changements ces derniers mois ! Si vous me suivez sur Instagram, vous savez où ils me mènent. J’ai longtemps rêvé de vivre à Paris pour profiter pleinement de la vie culturelle de la capitale, des bonnes adresses gastronomiques, des opportunités professionnelles. Mais une fois installée, j’ai compris que le quotidien ne m’apporterait pas la même satisfaction que mes escapades parisiennes pour différentes raisons. J’ai donc trouvé un compromis : travailler à Paris et vivre en Normandie. Verdict ?

Quitter Paris pour vivre en province en Normandie

Lorsque je me suis installée avec Charles il y a 6 ans, j’ai vite compris que son quartier ne me plairait pas sur la durée. L’appart’ était grand et proche de tout, mais je rêvais d’un lieu agréable à vivre. Un arrondissement sympa, une ville à l’ouest peut-être, ou en province, pourquoi pas une nouvelle vie en Guadeloupe? Nous avons un temps songé à nous expatrier (Canada, USA ?) et puis nous nous sommes ravisés. Nous rêvions de nouveaux challenges professionnels en laissant de côté une donnée majeure : la qualité de vie en France. Chaque voyage rendait cette réalité un peu plus criante. En analysant différents paramètres (climat, système de santé, cercle familial et amical, réseau professionnel, richesse du territoire …), il n’y avait pas photo. On resterait en France. Un mariage en Normandie l’automne dernier nous a fait réaliser que cette belle région n’était pas si éloignée de Paris. Déclic.

La vie en voyage et la sédentarité dans des villes de rêve (sur le papier) sont deux choses si différentes …

Et si pouvions tout avoir ? Le travail dans la capitale et le cadre de vie rêvé sans perdre un rein ? Le schéma se dessinait dans nos esprits. La Normandie, ce serait pas mal du tout, en effet. A l’issue de recherches ciblées, en un mois, nous avons trouvé un appart’ (tip) top dans un éco-quartier (tip) top de Vernon. Ensuite, il a fallu faire le tri de toute une vie. Pas une mince affaire hors vacances scolaires … Mais l’envie était là. Un sacré moteur ! Six mois après le grand saut, avons-nous fait le bon choix ?

 

Les avantages à quitter Paris pour vivre en Normandie

1 . L’immobilier moins cher

Avant de quitter Paris, j’ai longuement prospecté pour un 3 pièces lumineux dans un chouette quartier de la capitale. Nous n’avons pas d’enfant, toutefois Charles photographe et musicien avait besoin d’une pièce pour installer son studio. Les tarifs à Paris sont prohibitifs hors petites surfaces et vivre au coeur de la capitale n’était pas impératif. Nos priorités : la qualité du voisinage, pas de rez-de-chaussée, une grande pièce à vivre, de la verdure autour, un quartier bien desservi, une place de parking.

Lorsque j’ai entamé mes recherches hors de Paris, je suis tombée sur des pépites dans des budgets tout à fait raisonnables : des duplex, des appartements avec poutres apparentes … En Normandie, nous avons rencontré l’évidence. Nous hésitions entre deux 3 pièces entre 720 et 750 € et l’agent immobilier nous a fait visiter un troisième dans une résidence de standing d’un nouvel éco-quartier. Appartement neuf, immeuble de 4 étages avec grande pièce à vivre, archi lumineux, parquet au sol, grande terrasse, deux chambres, cuisine américaine aménagée, deux places de parking en sous-sol, berges de Seine à deux pas, commerces autour, centre-ville à 15 minutes à pied, gare à 10 minutes. 815€. Banco !  Nous l’avions enfin trouvée, la page blanche où écrire notre nouveau chapitre. (Acheter ou louer. C’est un autre débat).

2. La vie moins chère et plus saine


Il n’y a pas que les appartements qui sont plus chers à Paris. En effet, avec notre nouvel élément de comparaison, je réalise que le quotidien nous coûtait plus cher également : les courses, les bars et restos, le cinéma, le parcmètre … Outre la qualité de vie, nous économisons davantage, avec cette nouvelle vie en province.Une belle place est faite aux produits locaux sur les marchés et dans les grandes surfaces. On découvre des producteurs de pommes, de cidre, de miel, de pommes de terre, de vin … Priorité au circuit court. J’aime.

3. La sympathie des gens


J’ai beau aimer Paris pour mille et une raison encore aujourd’hui, la mauvaise réputation des Parisiens auprès des touristes du monde entier n’est pas sans fondement. Les incivilités au quotidien exaspèrent. Je ne me fais plus bousculer dès la première heure dans les transports, les automobilistes s’arrêtent désormais et m’invitent à traverser, les commerçants sont chaleureux.
Mieux : des personnes adorables sont venues à moi sur Instagram autour du hashtag de la ville de Vernon. J’ai ainsi rencontré le chef du Jardin des Plumes: un restaurant gastronomique à tomber ! Michelle, une infirmière Vernonnaise a proposé de me faire visiter ses coins favoris dans la région. J’ai pris un verre avec Reynol, un Cubain très actif dans la ville … A la fête des voisins, Charles a fait connaissance avec des personnes adorables. C’est plaisant.

4. Le cadre de vie

Ville de Vernon - Eure - @elledit8
Les berges de Seine aménagées à deux pas de la résidence nous offrent d’agréables balades. Nous sommes tombés amoureux de Vernon en hiver. Je vous laisse donc imaginer l’émerveillement au printemps. Le vert s’impose, on découvre une ville fleurie à dix minutes en voiture de Giverny. What else ?
La mairie de Vernon semble très active pour le bien-être de ses administrés. Le rythme infernal de cette année ralentira dans quelques jours. On pourra alors pleinement profiter de la ville et de ses alentours avec mes parents qui arrivent bientôt de Guadeloupe. On parle même d’acheter des vélos !  

5. Le calme retrouvé

Six mois après notre installation, Charles est encore surpris par le calme dans la résidence. C’était l’objet de notre quête. Pas de ballet de voitures sous nos fenêtres. Les appartements sont bien insonorisés et les voisins vraiment soucieux des autres.

Le mois dernier, le jeune couple d’à côté avait distribué des petits mots dans les boîtes aux lettres annonçant qu’il recevait du monde. Ils nous invitaient à frapper à leur porte si le bruit nous incommodait. Changement radical …

Quels inconvénients à travailler à Paris et vivre en Normandie ? 

1. Le temps de trajet Paris – Normandie ?

Nous avons choisi la province, mais à 45 minutes de Paris. Je profite du temps de trajet en train pour lire, écrire, me détendre en musique. Changer de région, même proche, implique une nouvelle organisation. Le Pass Navigo, par exemple, est valide jusqu’à la ville d’â côté : Bonnières-Sur-Seine. On a failli choisir un duplex là-bas pour cette raison, mais il s’agit d’une ville dortoir à 10 minutes d’une ville normande dynamique. Puisque nous partions, autant choisir un lieu qui nous satisfasse pleinement.

Deux options s’offraient à moi : 10 minutes en voiture chaque matin pour rejoindre la gare de Bonnières ou un abonnement SNCF à 90€ en plus du Pass Navigo pour ce petit tronçon. Je me connais. Le matin en plein hiver, je suis à 10 minutes près. J’ai donc opté pour la tranquillité d’esprit. Je déconseille le trajet Normandie – Paris en voiture aux heures de pointe : trop d’embouteillages. En m’installant plus loin, j’ai appris à anticiper mes trajets : les trains sont moins réguliers aux heures creuses et le week-end ; carrément inexistants passés 21h en semaine. On s’y habitue. L’application OpNgo est devenue ma meilleure alliée pour me garer dans Paris lorsque je dois assister à des événements en soirée ou le dimanche. Bonne nouvelle : le maire de Vernon a annoncé des changements pour 2020. Des trains plus nombreux, plus tard et le nombre de directs Vernon – Paris augmenté pour un gain de temps. Je dis oui!

2. La vie nocturne en Normandie ?

On ne va pas se mentir, si vous êtes un noctambule, renseignez-vous avant de faire le grand saut. Charles & moi adorons être au calme à la maison le soir. Par conséquent, pas de changement d’habitude pour nous entre Paris et la Normandie. Vivre à Vernon ne m’empêche quand même pas de sortir le soir. J’ai par exemple assisté à la conférence de Michelle Obama à l’AccorHotels Arena. J’ai également pris part à un atelier culinaire au Grand Palais. Je suis en revanche plus sélective sur les nombreux événements de blogueurs qui me parviennent.

Avec les beaux jours, je constate que ça bouge par ici. Ce week-end, trois concerts se sont enchaînés avec la Foire de Vernon. Charles qui s’est remis à la musique a monté un groupe. Ils ont joué dans un bar de la ville il y a quelques semaines et de nouvelles opportunités s’offrent à eux. Mon petit doigt me dit que l’an prochain à la même heure, leur calendrier sera bien rempli !

Je ne vois pas ce que je pourrais ajouter comme inconvénients … Vous l’aurez compris. Charles & moi sommes pleinement satisfaits de notre nouvelle vie en Normandie. Elle était donc là notre clé : nous installer là où avant, nous serions partis nous ressourcer en week-end. Ma vie de prof à Paris s’achève bientôt pour me consacrer pleinement au journalisme. Je continuerai à me partager entre Paris et la Normandie. Autrement. Rendez-vous sur Instagram pour découvrir une région pleine de surprises. The best is yet to come !


Joëlle Bah-Dralou
@elledit8

Rendez-vous sur Hellocoton !

19 thoughts on “Quitter Paris pour vivre en Normandie : mon bilan six mois après”

  1. Ton expérience est super inspirante ! On reste souvent bloqué dans des vies qui ne nous conviennent plus. C’est rafraîchissant !

  2. Ton témoignage me donne vachement envie ! J’imagine en plus que les écoles sont plus calmes. Ça ferait du bien à mon grand …

  3. J’y pense de plus en plus. Le boulot m’a toujours retenu, mais c’est vrai que c’est pas si loin en fait. J’ai des collègues qui viennent de banlieue et qui mettent plus de temps que toi.

    1. La Normandie est un excellent compromis qd on a des attaches professionnelles à Paris et envie de changer d’environnement. Samedi, on s’est aventuré un peu plus dans l’Eure. A 1h de Paris seulement, c’est fou comme on peut être dépaysé … On ne regrette pas du tout notre choix. J’ai le meilleur de Paris et quand je prends le train à Saint-Lazare pour rentrer à la maison, j’ai l’impression de partir en week-end au vert. Mention spéciale aux trains directs. Douce sensation … Bientôt on pourra pleinement profiter de notre terrasse ensoleillée, comme à l’époque ou je vivais aux Antilles. Blessed 🙂

  4. Ce n’est jamais facile de partir, on sait ce qu’on perd mais pas ce qu’on gagne. Contente de voir que ton choix est finalement plus que positif. Personnellement je pense que je ne pourrais pas vivre à Paris même si les grandes villes ont aussi leurs avantages…

  5. Bonjour,
    Ton discours me réconforte, sauf que moi c’est un peu différents je souhaite quitté la région parisienne pour la Normandie car je ne supporte plus toute cette violence, l’agressivité des gens ect…. mon fils a été violenté dans son collège et sa la énormément traumatisée, la grosse peur que j’ai c’est de ne pas trouver de travaille car moi ma destination est beaucoup plus loin que toi c’est a saint valery en Caux pas très loin de Dieppe.
    J ai eu une proposition d’appartement et je dois le visiter lundi 5 août mais la décision est difficile à prendre .

    1. Je comprends ton dilemme. Pour avoir travaillé en collège, je ne connais que trop bien cette agressivité ambiante qui règne dans de nombreux établissements. Je te souhaite de trouver un emploi dans la région pour retrouver un peu de sérénité. Tu cherches dans quel domaine ?

  6. Bonjour,déjà je te remercie d’avoir pris le temps de me répondre, alors avec beaucoup de doute j’ai accepter le logement que l’on ma proposer .
    J’ai un CAP petite enfance j’aimerais travailler dans les écoles maternelles mais très dur de trouver un poste.
    En seconde possibilité j’ai 6 ans d’expérience dans la logistique en tant que préparatrice de commande mais évidemment mes obligations de maman font qu’il me faut des horaires en journée. Et de ne pas travailler le week-end ce qui est très facile à trouver sur Paris mais en Normandie les 2×8 ou 3×8 ce font beaucoup .
    Donc niveau emplois sa me fais peur .
    Mais je suis telement a bout que je prend le risque

Répondre à Marion Annuler la réponse.

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *