Étiquette : GUADELOUPE

Marie-Galante: une escale authentique couleur Caraïbes

Il existe une île au large de la Guadeloupe qui a su conserver intactes ses traditions d’antan, qui cultive un art de vivre propice au bien-être. Larguer les amarres à Marie-Galante, c’est arrêter le temps l’espace de quelques jours. On y trouve sérénité, quiétude, loin de la frénésie du quotidien.

 Marie-Galante, île préservée.

Au détour des ruelles, on entend s’entrechoquer les dominos sur les tables en bois, on assiste à des scènes hautes en couleur, les messieurs se laissant emporter par la passion de leurs parties…

Non loin de l’embarcadère
Grand Bourg

A Marie-Galante, le rythme est autre. On prend le temps… Le temps de découvrir, le temps de savourer, le temps de se poser, le temps de vivre tout simplement. Inutile de s’y rendre en imaginant rester joignable à tout instant: le réseau est fluctuant. Ce désagrément bien vite oublié relègue les smartphones au fond des sacs, sans trop d’effort. Inutile également de vouloir conserver ses habitudes touristiques: flâner et espérer trouver un restaurant ouvert pour déjeuner tardivement est une lubie vite abandonnée. Là-bas, le monde s’arrête à l’heure de la sieste. Les hyperactifs auront ainsi le loisir de visiter les richesses de l’île.

La nature est un véritable joyau sur celle que l’on surnomme La grande galette, à cause de son relief plat. Mangrove, végétation luxuriante ou plus éparse, champs de canne sont autant de pistes à explorer. Une amoureuse de cette île m’a fait découvrir une crique qui s’abrite des regards du bitume. Il faut en effet s’engager sur une petite route pour mériter la plage aux eaux turquoises nichée en son sein. Anse Canot: mon petit paradis confidentiel…

Mon autre coup d’cœur sur cette île porte un nom rebelle: « Gueule grand gouffre ». La falaise balayée par  les vents, les morsures de la houle sur la roche, l’horizon dressé devant soi confèrent au lieu une intensité qui imposent l’humilité.


Les incontournables de l’île:

  • La distillerie Bielle et Poisson.
  • L’Eglise Notre-Dame.
  • Le château Murat (ancienne exploitation sucrière datant de l’époque esclavagiste).
  • Le moulin de Bézard.
 L’événement culturel de l’île:
  • Le festival Terre de blues en juin. (***)

A ramener en souvenir:

  • Du « sirop batterie » Siblet (pour punchs et divers cocktails).

 INFOS PRATIQUES

Pour préparer votre voyage:

Le Comité du Tourisme des îles de Guadeloupe

23-25 rue du champ de l’Alouette

75 013 Paris

+33 (0)1 40 62 99 07

infoeurope@lesilesdeguadeloupe.com

www.lesilesdeguadeloupe.com

 

Crédits photos: Elle dit 8

Les Saintes: un petit coin de paradis en Guadeloupe

J’ai grandi en face des Saintes, les yeux souvent perdus dans le bleu de la baie. Adolescents, c’est là-bas que nos parents nous laissaient partir entre amis en toute sérénité. Depuis, certains parmi nous ont eu des enfants, d’autres non, certains vivent encore en Guadeloupe, d’autres en sont partis mais notre attachement à cet endroit est resté intact. On se retrouve avec plaisir à Terre-de-haut pour une pause souvenirs gorgée de sourires et d’éclats de rire.

Je vous dévoile 5 raisons qui font des Saintes un petit coin de paradis à découvrir:
1. Une baie classée parmi les plus belles du monde.
La baie des Saintes fait partie du club fermé des cinq plus belles baies du monde. Elle accueille les jolis voiliers des plaisanciers venus y savourer une douceur de vivre. Ceux qui accostent à Terre de Haut sont accueillis par une petite maison bleue en forme de bateau, les canots des pêcheurs et les marchandes. Les enfants se retrouvent à l’embarcadère pour des cabrioles dans l’eau… Welcome!
2. Des plages idylliques.
Les deux plages les plus réputées sont « Pain de sucre » et « Pompierre ». Les Saintois, les Guadeloupéens et les touristes s’y côtoient dans la tranquillité durant les week-ends ou pendant les vacances. C’est un véritable petit havre de paix, hormis le 15 août. Lors de la fête communale, une marée humaine vient aux Saintes faire la fête. Des concerts sont organisés pour l’occasion, les hôtels et chambres d’hôtes sont pris d’assaut, c’est un moment attendu par beaucoup.
3. Les tourments d’amour.
C’est LA pâtisserie que l’on ramène des Saintes. Petit gâteau fourré à la noix de coco pour les puristes dont je fais partie, il est également décliné à la confiture de goyave, d’ananas ou de banane. Les marchandes viennent en vendre sur l’embarcadère aux heures d’arrivée des navettes maritimes. Je vous conseille d’en acheter le matin plusieurs paquets parce que vous en mangerez plus d’un, et au départ, il n’est pas certain que vous en trouviez pour en ramener à vos proches.
4. La douceur de vivre.
Aux Saintes, on se déplace principalement à pieds, à vélo ou en scooter. Il y existe aussi des minibus qui font la navette vers les hôtels ou qui emmènent visiter les sites touristiques de l’île comme le fort Napoléon. Le temps est comme suspendu, aux Saintes; on prend le temps de vivre. Vous dégusterez des cocktails tropicaux dans les petits bars, savourerez des recettes de poissons à vous damner, et vous vous arrêterez comme les copains pour une petite sieste, allongé dans un hamac, caressé par les alizés…
5. Des criques accessibles par la mer.
Si vous en avez l’opportunité, louez un catamaran avec des amis depuis la Guadeloupe et découvrez les criques de l’île accessibles par la mer. Vous aurez alors le loisir de vous baigner seuls au monde, dans des eaux cristallines. Ce sera aussi l’occasion de faire un peu de plongée pour apprécier les fonds marins. Avec un peu de chance, vous ramènerez le déjeuner!
Vous voilà dans la confidence.
Mais chhht… C’est juste entre nous.
Un grand merci à Jess’, ma super cop’ d’enfance pour ses photos. Une fois n’est pas coutume, j’en ramènerai de ma prochaine escapade là-bas!

Pour préparer votre voyage, n’hésitez pas à contacter
Le Comité du Tourisme des îles de Guadeloupe:
23-25 rue du champ de l’Alouette
75 013 Paris
+33 (0)1 40 62 99 07