Étiquette : Une

Journée mondiale du tourisme 2020 : tourisme et développement rural

ile de ré

Chaque 27 septembre depuis 1980 se tient la journée mondiale du tourisme instituée par l’Organisation mondiale du tourisme (OMT). C’est l’occasion de nourrir une réflexion sur un sujet donné, à l’échelle internationale. L’édition du 27 septembre 2020 mise sur le tourisme comme vecteur de développement rural. Dans ce contexte inédit, le Secrétaire général de l’ONU António Guterres s’est prononcé en amont pour « impérativement reconstruire le secteur du tourisme » essentiel dans l’économie mondiale.


On pourrait aller jusqu’à dire que le tourisme compte parmi les merveilles du monde.
António Guterres

La journée mondiale du tourisme 2020 : une édition tournée vers le monde rural

L’Organisation mondiale du tourisme (OMT) anticipe une reprise du tourisme local avant le tourisme international. L’institution des Nations Unies y voit donc une opportunité à saisir pour les acteurs ruraux qui ont besoin de renouer avec un certain dynamisme dans leurs territoires. D’ici 2050, on annonce que 68% de la population mondiale vivra en milieu urbain. Le tourisme pourrait ainsi offrir un avenir aux jeunes des zones rurales. Plus besoin pour eux de partir à l’étranger ou dans d’autres régions pour échapper au chômage qui les touche trois fois plus que des adultes plus âgés.

Contrairement aux éditions précédentes, les célébrations officielles de la Journée mondiale du tourisme ne seront pas accueillies par un Etat membre de l’OMT mais par les pays du MERCOSUR : Argentine, Brésil, Paraguay, Uruguay. Le Chili est pays observateur sur cette édition. Une première qui souligne la solidarité internationale en faveur du redressement du secteur touristique : une donnée que l’Organisation mondiale du tourisme estime indispensable dans la phase actuelle.

Des pistes pour construire le tourisme de demain


Le tourisme donne aux voyageurs la possibilité de découvrir certaines des richesses culturelles et naturelles du monde et rapproche les peuples, mettant ainsi en lumière notre humanité commune.
António Guterres

La Conférence des Nations Unies sur le commerce et le développement (CNUCED) annonce une perte de 1,5 à 2,8% du Produit intérieur brut (PIB) mondial. 100 à 120 millions d’emplois directs seraient ainsi menacés dans le secteur du tourisme. Du jamais vu dans ce secteur qui emploie 1 personne sur 10 dans le monde. Le Secrétaire général de l’ONU António Guterres appelle de ses vœux une reconstruction du tourisme en sécurité pour les communautés d’accueil, les travailleurs et les voyageurs, de manière équitable et sans incidence sur le climat.

Le Secrétaire général de l’ONU a également recensé 5 mesures à prendre de façon prioritaire pour stimuler la reprise :
• Atténuer les incidences socioéconomiques de la crise
• Renforcer la résilience de l’ensemble de la chaîne de valeur du tourisme
• Optimiser l’utilisation des technologies dans le secteur du tourisme
• Favoriser la durabilité et la croissance verte
• Faciliter l’établissement de partenariats pour permettre au tourisme de contribuer plus avant à la réalisation des objectifs de développement durable.

Voyagerez-vous comme avant, dans l’ère post-Covid ?

Nous sommes nombreux à nous interroger sur nos habitudes de voyage à l’issue de la pandémie en cours. L’incertitude plane. La question de notre empreinte écologique soulevée avant la pandémie ne m’a pas laissée indifférente. C’est l’une des raisons qui a pesé dans la balance pour démarrer une nouvelle vie aux Caraïbes. J’avais très envie de proposer à mes clients actuels et futurs des sujets sur les îles voisines. Envie aussi de leur soumettre des angles différents sur l’Amérique du Nord, les inviter à découvrir des destinations méconnues là-bas … Quitter l’Europe pour m’établir dans cette région du monde tombait donc sous le sens. Mes voyages ailleurs seront pensés autrement pour limiter les allers-retours longue distance. Cela demande une organisation nouvelle, mais c’est possible.

Avec l’arrivée du Covid-19, j’ai préféré différer les déplacements programmés. Nulle envie d’ajouter une charge de travail aux laboratoires surchargés par les tests prioritaires. Pas envie non plus de me demander, stressée, si les résultats arriveront à temps pour embarquer sur mon vol. Demain, lorsque le climat redeviendra propice aux déplacements, je reprendrai ma valise dans l’esprit qui m’a menée aux Caraïbes. A la lumière des témoignages de divers acteurs touristiques lus, je serai encore plus attentive aux prestataires choisis et mettrai un point d’honneur à augmenter ma contribution à l’économie locale au cours de mes reportages.



journée-mondiale-du-tourisme


Pour s’abonner à la newsletter du blog et découvrir ma sélection d’infos et bons plans liés au tourisme, à la gastronomie et à la culture :

cliquer ICI 

newsletter-elle-dit-8

J’ai Repéré Pour Vous : sélection du 21 septembre 2020

j-ai-repere-pour-vous-©-joelle-bah-dralou

Que faire à Paris et aux Caraïbes cette semaine ? Voici une sélection de bons plans gourmands et culturels à vivre dans le respect des gestes barrières. La recrudescence du Covid-19 nous oblige à faire preuve de prudence encore et toujours, pour protéger les plus fragiles et notre système de santé.

GASTRONOMIE – Que faire à Paris ? Réserver son Week-end Qué Gusto (26-27/09)

Dans l’attente d’une édition 2021 plus sereine, le festival ¡Qué Gusto! se réinvente. Cet automne, il convie les amateurs de gastronomie mexicaine à l’Hôtel Le Grand Quartier pour trois rendez-vous gourmands étalés sur trois week-ends :
• 26 – 27 septembre
• 7 – 8 novembre
• 12 – 13 décembre

Connaissez-vous l’hôtel Grand Quartier dans le 10ème arrondissement de Paris ? L’équipe du festival a choisi ce lieu de vie comprenant un hôtel, un café autour d’une cuisine française moderne avec des notes mexicaines, une boutique, un jardin un rooftop …

Les temps forts du premier week-end :

– El mercado : sam – dim (11h – 20h)
Un marché gourmand avec différents produits artisanaux et de tradition culinaire mexicaine.

– Déjeuner mexicain par le chef exécutif de l’Hotel Grand Quartier
Voyage au Mexique dans les pas d’Othoniel Alvarez Castañeda. Réservation conseillée au 
01 76 21 61 61.

– Expo photo : « Le Mexique vu par le Chef étoilé Eric Guérin »
Images prises lors du dernier voyage au Mexique du chef Guérin.

– Ateliers culinaires aux couleurs du Mexique
Ateliers pour petits et grands (ex : tortillas et quesadillas).

– Dîner à 6 mains franco-mexicain concocté par les chefs :
• Othoniel Alvarez Castañeda
• Mercedes Ahumada
• Nicolas Jaulmes

Infos pratiques : http://festivalquegusto.com

CULTURE – Réouverture de la Fondation Vuitton (23/09)

que-faire-a-paris-expo-cindy-sherman-fondation-vuitton

La Fondation Vuitton rouvrira ses portes au public le mercredi 23 septembre avec une exposition consacrée à Cindy Sherman (23/09 – 03/01). Initialement prévue du 2 avril au 31 août 2020, la Fondation a dû se réorganiser et repenser la scénographie en étroite collaboration avec l’artiste américaine elle-même.

Il s’agit du premier événement consacré à Cindy Sherman en France depuis son exposition personnelle au Jeu de Paume en 2006. L’exposition réunit 170 œuvres de l’artiste de 1975 à 2020. Avec les portraits où elle se met en scène, Cindy Sherman questionne l’identité et les images contemporaines. Une nouvelle série inédite à découvrir au Festinal présente des couples et des figures masculines.

Bonus : 60 œuvres en provenance de la Collection de la Fondation choisies avec l’appui de Cindy Sherman elle-même seront exposées parallèlement à la rétrospective. « Crossing Views » dévoilera alors une sélection d’œuvres dont la majorité n’a jamais été montrée à la Fondation jusqu’ici.

Infos pratiques : fondationlouisvuitton.fr
Tarifs : – 14€ (plein tarif) – 10€ (étudiants, enseignants, – de 26 ans) – 5€ (artistes, – de 18 ans, demandeurs d’emploi)

GASTRONOMIE – Le festival (virtuel) Martinique Gourmande : un festival culinaire et solidaire (17 – 24/09)

La 13ème édition du festival Martinique Gourmande actuellement en cours s’est réinventée pour le maintien du rendez-vous en phase Covid. Les rencontres avec les chefs et mixologues ont lieu en vidéo, via Facebook Live.

Cette année, le festival œuvre en faveur des plus démunis en partenariat avec La Tablée des Chefs dans le cadre des Cuisines Solidaires. Le projet mobilise l’industrie alimentaire et les chefs du Québec réunis pour nourrir les personnes dans le besoin pendant la pandémie et après. 

Samedi 19/09 – 11h : parmentier de patate douce au poisson
Atelier de cuisine réalisé par Prisca Morjon (Ma Cuisine Créole en Martinique) et Jérémie Jean-Baptiste (Chef indépendant, conseiller culinaire à Québec).

• Dimanche 20/09 – 10h : atelier pour enfants  autour de la courge Butternut (giraumon)
Atelier de cuisine pour enfants de 3 à 10 ans accompagnés de leurs parents avec Laetitia Biron (Ateliers Médélices en Martinique) et Karine Dessere-Pezé (C’est Moi le Chef ! à Montréal).

• Mardi 22/09 – 17h : Les secrets des Grands Rhums agricoles (AOC)
Une conférence avec Daniel Baudin (maître de chai en direct en Martinique, récipiendaire du Prix du Meilleur Maître Chais 2019 à l’International Rhum Conference) et Guénaël Revel (jouenaliste, sommelier et auteur à Montréal) éclairera les amateurs. 

• Jeudi 24/09 – 17h : Mixologie en folie
Rencontre entre Lionel Chamoiseau (mixologue martiniquais en direct du restaurant Little Rock au Diamant) et Maximilien Jean (mixologue montréalais du restaurant Le Flamant et finaliste de la complétion de mixologie 2018).

Infos pratiques : martiniquegourmande.ca
Vidéos des sessions achevées et lien d’inscription pour les prochaines sessions à visionner.



La newsletter du blog a fait sa rentrée. N’hésitez pas à vous abonner à La Lettre Elle dit 8 pour découvrir ma sélection d’infos touristiques, gastronomiques et culturelles en Europe, aux Caraïbes (et ailleurs selon ma veille). Nouveauté : une courte revue de presse hebdomadaire.

Cliquer ICI pour s’abonner.

newsletter-elle-dit-8

Le chef Pietro Volontè espère l’ouverture de la saison à Saint-Tropez

chef-pietro-volonte-villa-belrose

L’an dernier à la même période, je découvrais la cuisine gastronomique du chef Pietro Volontè à la Villa Belrose pour le magazine Yonder. Un an plus tard, sur le point de lancer la nouvelle saison, permanents et saisonniers de l’hôtel 5 étoiles vivent une situation inédite à Saint-Tropez. En apnée. Comment le chef vit la fermeture des restaurants sur la Côte d’Azur ? Il nous raconte.

chef-pietro-volonte

Le chef Pietro Volontè et Mathieu, un pêcheur et ami

CHEF SAISONNIER : QUELLES PARTICULARITÉS ? 

A Saint-Tropez, la majorité des établissements ferme en automne/hiver. C'est le cas de la Villa Belrose : l'hôtel 5 étoiles où le chef Pietro Volontè officie. Il pense de nouveaux plats durant les mois de fermeture et peaufine la réouverture avec une nouvelle équipe à chaque nouvelle saison : "un vrai challenge" mis à mal par le Covid-19.

Qui est Pietro Volontè ?

Les origines italiennes du chef Pietro Volontè colorent une cuisine gastronomique aux influences méditerranéennes. Ses racines et ses voyages nourrissent des créations empreintes de style et appréciées des fins gourmets de tous horizons. Avant de prendre les rênes du Belrose à Saint-Tropez, le chef est passé par le Trianon de Versailles. Là-bas, il a collaboré avec le chef étoilé Simone Zanoni actuellement aux commandes du restaurant Le George au Four Seasons Hotel George V à Paris. A Saint-Tropez, il apprécie la singularité de chaque journée.

chef-pietro-volonte-villa-belrose

L’expérience Pietro Volontè à la Villa Belrose

A la Villa Belrose, le chef Pietro Volontè partage avec le directeur de l’établissement Robert van Straaten un profond respect pour les produits de saison de haute qualité et pour les gens qui les produisent. A sa table gastronomique, on déguste des produits d’exception tels que le vicciola, un bœuf italien du Piémont nourri aux noisettes. Je me souviens d’un moment suspendu à Port-Grimaud au cours duquel il a préparé un ceviche avec du poisson fraîchement pêché par Mathieu, son ami pêcheur globe-trotter. Poisson sublimé par une huile d’olive fruitée signée Eric Barnéoud-Chatelier. Les bonheurs simples du Sud.

huile-d-olive-eric-barneoud-chatelier

11 mai : la France (verte) déconfinée, toujours pas les restaurants


Nous espérons fortement que l’espace Schengen ouvre rapidement pour que nous puisions, même tard, commencer la saison.

Comment les saisonniers traversent-ils la période de confinement ? Grâce aux mesures de chômage partiel instauré par l’Etat. A l’heure où la « France verte » amorce un déconfinement progressif, le chef Pietro Volontè attend encore le feu vert du Gouvernement qui devrait se prononcer sur l’ouverture des bars et restaurants fin mai. L’attente est longue pour les saisonniers et les enjeux majeurs. Il « espère ouvrir fin juin ».

Dans le village de Saint-Tropez habitué à vivre des étés intenses avec des touristes venus en masse des quatre coins du monde, le flou règne et l’angoisse monte. Dans le secteur de la restauration et des activités touristiques, c’est la saison estivale qui fait vivre les familles le reste de l’année. Les professionnels du tourisme savent que la clientèle locale ne suffira pas à sauver la saison. Ils auront besoin « au moins des Européens » pour atténuer les pertes économiques majeures dans la région. 

En ressortant mon calepin, les chiffres communiqués par Robert Van Straaten ont un écho autre un an après : la Villa Belrose accueille 27% d’Allemands, 10 à 15% de Suisses, de clients du Benelux et de Grande-Bretagne, 10% de Russes ou en provenance d’Europe de l’Est. L’ouverture coordonnée de l’espace Schengen s’annonce donc déterminante pour l’établissement et plus largement pour l’économie touristique sur la Côte d’Azur. Pour l’heure, l’Union Européenne a acté la prolongation de la fermeture de ses frontières jusqu’au 15 juin. L’évolution de la pandémie ces prochains jours dictera les décisions prises au sommet de l’Etat.

le-sud

Comment Pietro Volontè entrevoit-il la fin du confinement ?

« L’espoir d’ouvrir très rapidement » et que la « saison tourne correctement » anime le chef Pietro Volontè et les équipes de la Villa Belrose. L’hôtel 5 étoiles a prévu de « communiquer sur la sécurité sanitaire » mise en place. « Il y aura également des formations pour les employés et des mesures très claires pour les clients ». L’établissement fera valoir un atout majeur pour rassurer sa clientèle : ses vastes espaces en extérieur avec vue sur la baie.

Une synchronisation des mesures à l’échelle européenne s’avère essentielle pour une reprise du secteur touristique. Le chef italien dont les parents vivent et travaillent à Côme observe avec attention la situation dans son pays. En Italie, les restaurants sont encore fermés mais espèrent ouvrir le 1er juin. Affaire à suivre …

villa-belrose

Lorsque la situation le permettra, je vous recommande chaleureusement la cuisine du chef Volontè. L’expérience offerte à la Villa Belrose figure parmi mes coups de cœur de l’année 2019. Peu d’adresses réussissent à tisser un lien aussi fort avec leurs habitués sur le long terme. Pour la passion de leur métier et pour le goût des autres, Robert Van Straaten, Pietro Volontè et tout le personnel méritent un soutien appuyé. Retenez l’adresse.

Le Belrose 
Althoff Villa Belrose
La Grande Bastide
Boulevard des Crètes
83580 Gassin

Le site : https://www.althoffcollection.com/fr/althoff-villa-belrose

Instagram : @villabelrose
Facebook : Althoff Hotel Villa Belrose

Pour en savoir plus sur l’hôtel : lire mon article en ligne ici.



NEWSLETTER TOURISME

Retrouvez un supplément d’inspiration chaque dimanche dans une newsletter informative et stylée.
(Rubriques : le chef à la une, l’hébergement coup de cœur …).

S’abonner à La Lettre Elle dit 8 :
http://bit.ly/newsletter_elledit8

newsletter-elle-dit-8

Tourisme post Covid-19 : 10 idées pour l’hôtellerie / location saisonnière

Hidden Hotel

Le Covid-19 a plongé le tourisme dans un marasme sans précédent, après dix années de croissance ininterrompue. Voyagera-t-on comme avant, après cette pandémie ? Rien n’est moins sûr. Si des mesures de déconfinement progressif sont prises dans les pays où la pandémie recule, les voyages restent hors-sujet à ce stade. Les vacances de printemps sacrifiées, les Français espéraient profiter des congés de juillet / août. Le Premier ministre a partagé sa plus grande réserve pour les voyages à l’étranger, sans se positionner sur les vacances en France, lors de sa dernière allocution du 19 avril. L’horizon reste flou.


Je crains qu’il ne soit pas raisonnable d’imaginer voyager loin, à l’étranger, tout de suite.
Edouard Philippe

10 idées de mesures à mettre en œuvre pour se renouveler 

Le temps de confinement est propice à la réflexion. Que diriez-vous d’un brainstorming pour préparer l’après-pandémie ? Les invitations à voyager local se multiplient autour du hashtag #CetEtéJeVisiteLaFrance. Les experts nourrissent pourtant peu d’espoir pour la saison estivale et envisagent une relance progressive du tourisme en 2021.

Les professionnels du secteur hôtelier et de la restauration s’activent en coulisses pour peser en faveur d’une réouverture rapide de leurs établissements. Le secteur réalise en effet un tiers de son chiffre en juillet / août. Le Comité interministériel du tourisme programmé en mai prochain devrait statuer sur cette question épineuse. Le directeur général Europe Accor France Franck Gervais annonce vouloir « créer un choc de confiance » pour rassurer le Gouvernement, les salariés et les clients. Quelles mesures pourraient accompagner hôteliers et loueurs saisonniers à la reprise ?

1. Mettre en place un nouveau protocole d’hygiène


Nous voulons créer un choc de confiance,
Franck Gervais

Lorsque les conditions permettront aux voyageurs de réserver leurs séjours, ces derniers auront besoin d’être rassurés. Et quand la pandémie ne sera plus qu’un lointain souvenir, il est probable que les attentes aient durablement évolué. Se réinventer pour perdurer : tel sera le challenge à relever pour les professionnels du tourisme.

Le retour de la confiance viendra avec de nouveaux standards sanitaires. Il devient évident qu’un nettoyage plus fréquent des boutons d’ascenseur ou des poignées de porte s’imposera. Le nettoyage des chambres entre deux clients devra être encore plus minutieux qu’hier, quitte à changer les horaires limites de check-out. Des flacons de gel hydro-alcooliques en chambre seront appréciés, de même que des masques et des lingettes nettoyantes.

Deux grands acteurs hôteliers ont sollicité des experts qui devront délivrer un guide de nouvelles pratiques :

– Accor a sollicité Bureau Veritas pour penser un nouveau label qui définira « des standards sanitaires pour l’hébergement et la restauration ». Un guide sur lequel les autres chaînes hôtelières et hôtels indépendants pourront également s’appuyer.

– Le groupe B&B a quant à lui fait appel à Socotec qui a déjà travaillé à l’élaboration de tels critères pour des chaînes d’hôtel à Singapour.

2. Renforcer le room-service 

A la réouverture des hôtels, difficile d’imaginer un service de petit-déjeuner sous forme de buffet avec les pinces à croissant passant de main en main, les distributeurs de jus manipulés par tous, les fruits tripotés puis reposés … Le petit-déjeuner au lit semble une nouvelle norme à généraliser. Pourquoi pas sous forme de mini-buffet dans les suites ? Dans les maisons d’hôtes, profitez de l’extérieur autant que possible, sur des tables espacées.

Maison d'hôtes Eden Ouest, La Rochelle

Maison d’hôtes Eden Ouest, La Rochelle

Une amélioration globale de ce service pourrait upgrader l’expérience et la rendre encore plus esthétique et savoureuse. En donnant matière à rêver aux clients, il y a fort à parier que les petits-déjeuners faits maison, healthy et colorés se retrouveront sur Instagram et inspireront la venue de nouveaux clients. N’hésitez pas à consulter Pinterest pour trouver l’inspiration. 

Maison d'hôtes Eden Ouest, La Rochelle

Maison d’hôtes Eden Ouest, La Rochelle

3. Penser l’organisation d’une distanciation sociale sur la durée

Le petit-déjeuner en chambre est un exemple. Il y en aurait d’autres à envisager:

– le check-in en ligne

– l’instauration de deux services au restaurant, lorsque l’hôtel en possède, comme sur les bateaux de croisière pour éviter des salles bondées

– l’accès au bar limité à un certain nombre de clients sur réservation …

bar-hotel-vernet

Hotel Vernet, Paris

L’avocat d’affaires et professeur invité à la Singapore Management University Jean-Marc Goossens pense que « l’avenir du tourisme passera par des Hôtels à Distanciation Sociale« , un nouveau type d’établissements. Il imagine les centres urbains et stations balnéaires surfréquentées délaissés au profit de régions moins touristiques.

Jean-François Rial, président de Voyageurs du Monde, a une vision plus nuancée. Dans un entretien accordé au Think Tank Terra Nova, il affirme que les touristes ne tourneront pas le dos au tourisme de masse d’eux-mêmes. Les politiques les y contraindront peut-être, à l’instar des élus Venise qui déclarent vouloir établir des quotas de touristes pour se tourner vers une économie touristique plus douce.

4. Penser un tourisme innovant

Pourquoi ne pas profiter de cette crise pour prendre de nouvelles initiatives qui fidéliseraient sa clientèle et attirerait un nouveau public ? Développer des offres de jour avec des forfaits de soin au spa pourrait ouvrir les portes à de nouveaux profils. 

hotel-la-clairiere

Hôtel La Clairière, Alsace

Multiplier les jolis moments dans des conditions sanitaires optimales mettrait des coups de projecteur flatteurs sur les établissements : ateliers mixologie, déjeuners gourmets, ateliers DIY de fabrication de masque en wax, afterworks lounge avec de talentueux artistes méconnus (je vous recommande les artistes sélectionnés par EHK Lounge pour la musique caribéenne alternative), dîners de chefs à 4 mains, semaines gourmandes thématiques autour de chefs régionaux ou internationaux … Le champ des possibles est vaste !

jardin-des-plumes-restaurant-david-gallienne-candidat-top-chef-2020

Le Jardin des Plumes, Giverny

Le soir venu, vous pourriez développer des partenariats avec des chefs à domicile ou des restaurants voisins pour faire livrer des repas en tête-à-tête dans les chambres, si vous n’avez pas de restaurant au sein de votre établissement. Cela s’organise. 

5. Développer de nouveaux partenariats avec les acteurs locaux

Le moment est venu de renforcer les liens avec les acteurs locaux pour proposer aux clients produits et expériences de qualité. Pourquoi ne tisseriez-vous pas des liens avec des guides qui feraient découvrir la ville ou des spots de la région de façon insolite, créative, authentique ?

A Paris, je pense spontanément à Little Africa Travel, une petite entreprise dynamique qui fait découvrir la capitale sous l’angle de la culture africaine. Dubitatifs ? Vogue ou Le Monde ont plébiscité la démarche.

Côté gourmand, savez-vous d’où provient le miel de vos petits-déjeuners, vos confitures, les petits gâteaux qui accompagnent le café ? Sélectionner des artisans français pourrait contribuer à un storytelling en accord avec les nouvelles attentes de votre clientèle.

Un peu avant le confinement, j’avais interviewé le Top Chef normand David Gallienne désormais à la tête du Jardin des Plumes à Giverny. Il s’inscrivait déjà dans cette démarche et a entamé une collaboration avec un apiculteur nouvellement installé à Giverny. Un pari gagnant !

6. Diversifier ses sources de revenus

Les nouvelles collaborations développées avec des acteurs locaux pourraient vous aider à diversifier vos revenus. En sus des nuitées, nous pourriez vendre sur place et en ligne des produits régionaux (miel, confiture, salidou …), des guides de voyage inspirés et inspirants, des produits de soin (savons naturels, …) sur lesquels vous toucheriez une commission.

Pour les chambres supérieures, un panier gourmand serait bienvenu en guise d’accueil. Après le départ, j’imagine l’envoi d’un mail de remerciement avec un coupon de réduction à faire valoir sur un prochain séjour dans un délai de 12 mois pour encourager la fidélité. Dans cet email qui titillera la nostalgie du client, un lien pourrait renvoyer vers un e-shop avec les produits gourmands dégustés à l’hôtel pour prolonger le goût des vacances, des cartes postales de la destination, des produits de soin …

7. Densifier la production de contenu pour un tourisme inspiré

Le room service renforcé implique plus de temps passé en chambre. Ce temps pourrait être exploité en visionnant du contenu original qui défilerait sur l’écran du téléviseur : interviews de membres du personnel, de personnalités locales, extraits de visites guidées, visite de spots recommandés par vos soins. Du contenu inédit.

Ti-bo-doudou

Ti Bo Doudou, Les Saintes

Soigner sa présence sur les réseaux sociaux est primordiale. Certains loueurs saisonniers ne mesurent pas encore l’impact d’une visibilité de qualité sur les réseaux sociaux. Attention : des visuels de piètre qualité auront l’effet inverse de celui recherché. Je vous conseille d’engager un photographe professionnel pour la réalisation de vos images.

8. Diversifier ses canaux de communication

A côté des circuits classiques de vos RP (presse, influenceurs traditionnels), complétez votre couverture avec de nouveaux profils plus singuliers. Invitez des journalistes indépendants, des blogueurs à belle plume à découvrir vos adresses pour qu’ils rédigent des articles de qualité, votre histoire avec style.

Vous pourriez convier des photographes actifs sur Instagram, des cuisiniers amateurs avec une belle aura à tester vos nouvelles cartes. Invitez des professeurs de yoga à animer des ateliers en fin de journée. Sollicitez de nouveaux créateurs de contenu qui tissent un lien de confiance avec leur communauté pour élargir votre cible. Certains hôtels de grandes villes ont pris de l’avance sur ces questions. A vous de combler le retard et de le faire savoir.

Toronto WOW

Blogtrip Toronto WOW

Profitez de cette phase de confinement pour découvrir de nouveaux univers en France et à l’international avec des hashtags pertinents en fonction de votre cible : #journalistetourisme, #travelwriter, #travelwritersofinstagram, #freelancejournalist, freelancephotographer, #blogvoyage, #blogueuselifestyle, #journalistelifestyle, #lonelyplanetfr, #frenchblogger, #artofvisuals, #caribbeanblogger, …

9. Développer la coopération avec ses confrères pour un tourisme éclairé

Si vous pratiquez la distanciation sociale, il est probable que vous ne puissiez accueillir tous les clients qui souhaiteraient réserver chez vous sur une période donnée. Recommander un confrère qui partage vos valeurs vous permettrait de satisfaire un client. Un client satisfait, c’est un client qui revient. Le confrère vous renverrait l’ascenseur dès que l’occasion se présenterait. Tout le monde y gagne.

En sollicitant un même photographe, un même producteur de fruits et légumes, un même artisan, votre groupe de confères et vous pourriez obtenir des prix d’ami : un bénéfice certain pour la trésorerie de tous.

10. S’inscrire en faveur du tourisme durable

Dernier point : la crise actuelle offre l’opportunité à chaque acteur de s’inscrire dans une économie plus saine pour la planète et ses habitants. Le tourisme et les hôteliers, plus spéciquement, ont un rôle à jouer dans le cadre des ODD (objectifs de développement durables) à atteindre en 2030. Plus que 10 ans pour que la communauté mondiale atteigne les 17 objectifs fixés.

Cette démarche salvatrice pour l’environnement a le vent en poupe. Le moment est propice à l’analyse des pratiques. Que pourriez-vous mettre en œuvre (de plus) pour inscrire votre établissement dans cette dynamique ?

Voilà pour ce premier brainstorming en période de confinement. Vous êtes nombreux à nous solliciter en off sur Instagram pour venir tester vos adresses, nous comptons bien œuvrer à notre échelle à vos côtés dans cette crise. En attendant de reprendre la route, le week-end, je remets en lumière une belle adresse testée dans la newsletter. Tantôt en Europe, tantôt dans la Caraïbe. RV là-bas !

Actu : A la rentrée, mon photographe de mari et moi serons installés dans les îles de Guadeloupe. Nous avons hâte d’immerger les lecteurs au sein des belles adresses de l’archipel et d’ailleurs au gré de nos déplacements.

Contact : elledit8@gmail.com

(Photo de couverture : Hidden Hotel, Paris)


Retrouvez un supplément d’inspiration chaque dimanche dans une newsletter fraîche et stylée réalisée avec amour
(idées restos, livres à lire, expos à voir …).

S’abonner à La Lettre Elle dit 8 :
http://bit.ly/newsletter_elledit8

newsletter-elle-dit-8

 

TOP CHEF – Le chef David Gallienne intègre la brigade d’Hélène Darroze

chef-david-gallienne-candidat-top-chef

« Top Chef  » : c’est parti ! Parmi les 15 candidats en lice dans le concours : David Gallienne,  chef étoilé propriétaire du Jardin des Plumes. Il nous a reçu hier après-midi, à quelques heures du lancement du programme sur M6. L’occasion de revenir sur les challenges relevés au cours des derniers mois. 


Top Chef m’a permis d’affirmer ma signature culinaire inspirée du végétal et du voyage.


David Gallienne : chef 1 étoile du restaurant Le Jardin des Plumes

jardin-des-plumes-restaurant-david-gallienne-candidat-top-chef-2020

Restaurant Le Jardin des Plumes – La table du chef

Connecté à son époque, David Gallienne fédère sur Instagram une communauté de gourmets sensibles à ses racines normandes, à son goût pour le partage, le voyage. C’est d’ailleurs sur Instagram que nous nous sommes rencontrés l’an dernier. Il fut le premier à nous souhaiter la bienvenue dans l’Eure en nous invitant à venir découvrir le restaurant gastronomique au sein duquel il officiait en tant que chef : Le Jardin des Plumes à Giverny.

A l’époque, cette belle maison normande était la propriété de son ami Eric Guérin. Le chef étoilé l’avait convié à prendre les rênes de son restaurant : une marque de confiance, mais aussi une lourde responsabilité. Conserver l’étoile deviendra un moteur pour tendre chaque jour vers l’excellence, pour sans cesse se renouveler. David Gallienne y est parvenu. Un an plus tard, le guide Michelin a salué le travail de l’équipe. Cette année encore, la table gastronomique conserve son étoile dans le guide rouge.

L’histoire entre les deux chefs est belle. A l’annonce du départ vers de nouvelles aventures de la maîtresse de maison Nadia Socheleau, Eric Guérin propose tout naturellement à David Gallienne de prendre la suite ; le chef accepte. Tout en choisissant de « conserver cette atmosphère de maison familiale », il appose une vraie signature David Gallienne avec une touche personnelle apportée à tous les changements entrepris. Il a ainsi pensé combiner différents matériaux, marier des nuances de chaleurs pour créer « des ambiances différentes dans chaque endroit » avec des artisans et artistes locaux.

Top Chef m’a donné les clés
pour viser la seconde étoile.

 

Le concours « Top Chef » propulse le chef Gallienne vers de nouveaux horizons

david-gallienne-candidat-top-chef-2020

A quelques heures du lancement de « Top Chef » – saison 11, David Gallienne est revenu sur sa participation. « Chaque épreuve, c’est une remise en question ». Ce n’est pas rien, de remettre son étoile en question en pareilles circonstances. « Se faire juger par ses pairs a été très bénéfique ». Le chef a dû aller puiser des ressources au fond de lui-même sur des épreuves surprenantes, déstabilisantes. « T’es obligé de te surpasser », se souvient-il. Les précieux conseils des membres du jury lui ont donné les clés pour se projeter encore plus loin.

La cuisine, c’est avant tout
une question de partage et de transmission.

 

S’il se sent pousser des ailes pour aller décrocher une seconde étoile, le chef Gallienne ne perd pas de vue l’essentiel : satisfaire ses clients, se faire plaisir, partager, transmettre. « La cuisine, c’est avant tout du partage et de la transmission. Transmettre mon savoir-faire, mon savoir-être ». Il vit cela comme une force au Jardin des Plumes de pouvoir transmettre aux membres de son équipe ce que d’autres chefs lui ont appris, transmettre le fruit de ses voyages …

David Gallienne : un chef inspiré par ses rencontres

le-jardin-des-plumes-david-gallienne-candidat-top-chef-2020

Tableaux vivants – Restaurant Le Jardin des Plumes, Giverny

Peu enclin à la monotonie, le chef Gallienne renouvelle la carte de son restaurant tous les mois. Où va-t-il donc puiser toute cette inspiration ? Dans ses rencontres. Ses entretiens avec les producteurs. « Je ne cherche jamais à leur imposer des produits. J’ai la démarche inverse : téléphone à tes producteurs et demande-leur ce qu’ils ont à te proposer. La carte se construit en fonction de cela ».

David Gallienne débute sa nouvelle aventure à la tête du Jardin des Plumes avec une vision claire. « Top Chef m’a permis de me révéler et d’affirmer ma signature culinaire inspirée du végétal et du voyage. C’est le légume qui prime dans la construction de mes plats. La protéine animale vient ensuite s’y greffer ». Le chef amène le voyage dans ses assiettes avec des épices. « Si 90% de mes producteurs sont Normands, les 10% restants vont me fournir des poivres, des épices, des agrumes venus d’ailleurs ».

Téléphone à tes producteurs
et demande-leur ce qu’ils ont à te proposer.

Une cuisine éco-responsable inscrite dans l’ADN de David Gallienne

equipe-restaurant-le-jardin-des-plumes-david-gallienne-candidat-top-chef-2020

Un aperçu de la brigade du chef David Gallienne – Stan : chef exécutif (1er plan), Vikram : apprenti (à droite), Anthony : sous-chef (arrière-plan), Damien : commis (arrière-plan, à droite)

A l’heure où la dimension éco-responsable gagne peu à peu la cuisine, cette démarche fait partie intégrante des réalités du chef David Gallienne depuis toujours. « Le Jardin des Plumes n’a pas attendu que cela devienne une tendance pour le mettre en œuvre au quotidien ». Le chef a grandi avec ce type d’initiatives : « mon grand-père cultivait ses légumes, élevait ses propres volailles, il faisait son compost, ma grand-mère faisait de la soupe d’orties ». David Gallienne cultive le « zéro déchet au maximum ».  » On récupérait tout et avec un rien on faisait des choses de folie. Je n’en parle peut-être pas assez, à tort, parce que c’est une question d’habitude ». C’est souvent cela avec les choses naturelles. On ne les pense pas. On ne les verbalise pas. On les vit.

Hier rejeté à la suite de son coming-out, aujourd’hui porté aux nues, David Gallienne vit ses réussites comme une revanche sur la vie. Les challenges relevés un à un ont valeur d’exemple dans l’adversité. Après l’acquisition de La Musardière (hôtel-restaurant à Giverny) l’an dernier avec des amis, le voilà nouveau propriétaire du Jardin des Plumes : son propre restaurant étoilé. Avec sa participation à « Top Chef » et sa sélection au premier tour dans l’équipe d’Hélène Darroze, le meilleur reste à venir !


 

ACTU

21.02 : Dîner « Top Chef » David Gallienne / Juan Arbelaez
Un dîner à 4 mains exceptionnel

Infos et réservations :
02 32 24 26 35

jardin-des-plumes-restaurant-david-gallienne-candidat-top-chef-2020-3


 

TOP CHEF
Emission 1 : compte-rendu

Mercredi 19.02 – 21h05 : les amateurs de l’émission télévisée Top Chef ont les yeux rivés sur leur petit écran. Chaque année plus rigoureux, le concours atteint un niveau d’exigence jamais égalé en cette onzième saison. La présence de Paul Pairet dans le jury 2020 y contribue. Le chef est triplement étoilé par le Guide Michelin pour son restaurant Ultraviolet en 2018, classé en 2019 dans le World’s 50 Best, sacré meilleur restaurateur du monde en 2018 par l’association les Grandes Tables du Monde. Les chefs Hélène Darroze, Philippe Etchebest et Michel Sarran l’ont vite adopté, après le départ de François Piège.

Sélection pointue observée chez les candidats. Des chefs se démarquent par des détails prestigieux dans leurs parcours respectifs :

David Gallienne, seul chef étoilé du concours (Le Jardin des Plumes)
Mory Sacko, sous-chef de Thierry Marx
Nastasia Lyard, chef passée par de prestigieuses cuisines (Alléno, Ducasse, Fréchon …)
Jordan Juste, jeune talent Gault et Millau 2019

Quelles couleurs pour David Gallienne ?

Pas simple d’aller à l’essentiel (thème du premier tour) avec le pot-au-feu. Pari gagnant ! Assiette élégante. Sensibilité relevée par le chef Etchebest. Les marqueurs au rendez-vous pour Hélène Darroze qui le veut dans son équipe. David Gallienne nous avait confié un peu plus tôt dans l’après-midi : « j’ai eu un gros coup de cœur pour un membre du jury. Je l’avais déjà avant d’y aller. Je me reflète beaucoup dans la cuisine d’Hélène Darroze, une cuisine d’émotion. Elle cuisine avec son cœur avant de travailler avec la technique. La chef a un palais tellement affûté ! Elle est extraordinaire autant sur le plan professionnel que sur le plan humain ». 

Ambiance au beau fixe chez les candidats

David Gallienne souligne que les épreuves menées en brigade depuis quelques saisons favorisent un effet de groupe. « On n’était pas là pour s’écraser les uns les autres. Quand c’était l’épreuve, c’était vraiment la compétition et chacun défendait ses couleurs, mais travailler ensemble crée du lien ». Dans la brigade rouge : Jean-Philippe Berens (sous-chef à Monaco à l’Hôtel de Paris Monte-Carlo) et Mallory Gabsi (sous-chef à Bruxelles).

Cette année, une nouvelle règle a perturbé téléspectateurs et participants. Une candidate solitaire a intégré « Top Chef » sans brigade, seule contre tous : Justine Piluso. La jeune chef de 26 ans a agité la twittosphère toute la soirée. Les pro-Justine saluant sa gentillesse et son enthousiasme. Ses détracteurs s’agaçant des mêmes points. 

RV mercredi prochain pour le deuxième épisode ?!


 

Un séjour au Jardin des Plumes

Et si vous vous vous offriez une escapade au vert à 1h de Paris ?
Expérience gastronomique + séjour déconnexion.

Le schéma : 4 chambres dans la maison. 4 en annexe. Chacune avec une signature différente. Fil conducteur : le miel, via un petit présent gourmand (un pain d’épice) offert aux clients qui séjournent au Jardin des Plumes. La maison collabore avec un apiculteur venu installer des ruches à Giverny : un projet qui donne de belles idées au chef Gallienne pour les mois à venir !

Un aperçu des chambres :

Duplex – Etage 1

duplex-le-jardin-des-plumes-hotel-de-charme-david-gallienne-candidat-top-chef-2020

Une invitation au voyage

chambre-duplex-le-jardin-des-plumes-hotel

Le coup de cœur de la rédaction

Chambre – Etage 2

chambre-le-jardin-des-plumes-chambre-etage-2-hotel

Chambre avec vue plongeante sur le parc du Parc des Plumes

salle-de-bain-chambre-etage-2-hotel-le-jardin-des-plumes-hotel

Instant cosy sous pentes

LE JARDIN DES PLUMES
1, rue du Milieu
27620 Giverny

www.jardindesplumes.fr  


 

Retrouvez un supplément d’inspiration chaque dimanche dans une newsletter fraîche et stylée réalisée avec amour
(idées restos, livres à lire, expos à voir …).