Catégorie : Expos

EXPO | La France d’Avedon, BNF

La vie culturelle à Paris est sans doute ce que je préfère dans notre belle capitale. Souvent en vadrouille ces derniers mois ou mobilisée sur d’autres travaux de rédaction, le temps m’a manqué pour mettre en mots les jolies expériences en la matière. Il est temps de rectifier le tir. Ouvrons le chapitre 2017 avec une exposition ouverte au public à la BNF jusqu’au 26 février: La France d’Avedon, Vieux Monde, Nouveau Look.

Qui est Richard Avedon?

Si le nom de ce photographe américain ne vous évoque rien, il ne devrait pas en être de même pour son oeuvre. Vous avez sans doute vu passer certaines de ses oeuvres sans en connaître la provenance. Photographe de mode et portraitiste, Richard Avedon a illustré la seconde moitié du XXe siècle avec des clichés entrés dans la postérité. Son travail autour du mouvement a révolutionné la photographie de mode. Il a rompu avec la tradition du studio en faisant poser les modèles dans la rue. Avedon a travaillé notamment chez Harper’s Bazaar, Vogue, Life, The New Yorker, Egoïste et entretenu un lien tout particulier avec la France.

Funny Face

La BNF a souhaité faire un focus en 3 temps sur l’oeuvre de l’artiste. Pas moins de 200 oeuvres illustrent un film, un livre et un magazine. Funny Face inspiré de la carrière d’Avedon renforce son statut de « photographe le plus célèbre du monde » de l’époque. Sa contribution au film de Stanley Donen est retracée pour la première fois en grand format. Je vous recommande la visite guidée pour bien appréhender la richesse du film.  Coup de coeur pour cet arrêt sur image d’Audrey Hepburn à Paris…

Diary of a century

Richard Avedon et Jacques Henri Lartigue se rencontrent en 1966 à New York. Avedon produira et éditera Diary of a Century deux ans plus tard. Le livre aura un impact majeur sur la carrière des deux artistes. L’exposition réunit pour la première fois les deux exemplaires du livre signés par Avedon et Lartigue. Richard Avedon a souhaité mettre en lumière le regard de ce photographe offrant un puissant témoignage sur son siècle. Il a regretté que Lartigue ait dû attendre une exposition au MoMA et la publication de ce livre qu’il a lui-même édité pour que l’artiste gagne la reconnaissance de la France.

Egoïste

Le magazine Egoïste fondé par Nicole Wisniak offrira à Richard Alvedon une liberté d’expression totale dans les années 80. Il y réalisera des photographies au carrefour de la photographie d’art et de l’image éditoriale avec un travail expérimental rempli d’audace. Durant ces années, il photographiera une Europe en pleine mutation et réalisera des portraits forts et éclectiques de John Galliano à Marguerite Duras en passant par Yannick Noah.

Last days. Plus que deux semaines pour aller admirer les oeuvres de Richard Alvedon à la BNF. La sélection de portraits qui jalonnent les 3 espaces mérite le déplacement. Les amateurs de photographie et de noir et blanc ne seront pas déçus de cette immersion dans l’univers Alvedon. Petit bonus: pourquoi ne coupleriez-vous pas cette visite avec une pause cinéma au MK2 Bibliothèque voisin? 


Infos pratiques

Tarif : 9€

Horaires : mardi – samedi de 10h à 19h
dimanche de 13h à 19h (fermeture des caisses à 18h)
fermé lundi et jours fériés

Adresse : Site François Mitterrand, avenue de France, 75013 PARIS

L’exposition « Attractions Nocturnes » de Nicolas Auvray

Il y a quelques semaines, je vous encourageais à aller voir les photographies de Nicolas Auvray sur les grilles de la mairie du 1er arrondissement de Paris et dans la salle des expositions. L’expo touche à sa fin dans quelques jours déjà: vous avez jusqu’au 6 décembre pour aller apprécier Attractions Nocturnes si ce n’est déjà fait. Nicolas vit à New York et c’est en préparant mon voyage là-bas que j’ai eu eu le plaisir de faire sa connaissance. Au fil de nos échanges, j’ai découvert son univers artistique, un univers que je vous encourage à aller saluer d’ici dimanche à deux pas du Louvre. Je me suis promenée devant les grilles mon iPhone à la main pour ramener un souvenir d’une expo très appréciée.

image

Entre ombre et lumière

La nuit et le mystère qui l’entoure nourrissent l’exposition parisienne de Nicolas Auvray Attractions nocturnes. La ville est son terrain de jeu et les passants une source d’inspiration. Les 18 photographies grand format nous plonge dans une atmosphère onirique à Paris, New York, Stockholm, Amsterdam, Utrecht ou ailleurs.

Les sentiers explorés, courbes ou rectilignes, les espaces choisis renvoient à une atmosphère angoissante. La solitude plane au-dessus des personnages isolés ou absents. Il y a quelque chose d’oppressant dans la nuit de Nicolas Auvray, on est comme happés par l’attraction nocturne qu’il met en scène en noir et blanc.

image

image

imageUne photographie coup de cœur a retenu mon attention parmi cette belle sélection, celle d’un homme assis sur un banc en attente d’un bus ou d’une jeune femme. Qu’attend-il en réalité, d’où vient-il, où va-t-il? On pourrait écrire un roman à partir de cette photographie. Mille interprétations sont possibles…

imageJ’ai trouvé une autre de ses œuvres tout simplement superbe. Nicolas Auvray semble y avoir capturé de la poussière d’étoiles… J’imagine parfaitement cette photographie à la maison. Je laisserais mon esprit divaguer en la contemplant chaque jour, je me laisserais absorber le temps d’une parenthèse…

image

 

Le concours Attractions nocturnes

Durant les derniers jours de l’exposition, Nicolas Auvray organise un concours avec de forts jolis présents à la clé, en partenariat avec Le Meurice, un hôtel prestigieux de la capitale. A gagner: des épreuves originales de l’artiste, une promenade photographique, une leçon de tirage en chambre noire, une invitation à un brunch à l’hôtel Meurice en sa compagnie.

Nicolas Auvray

L’artiste souhaite faire voyager cette exposition en France et ailleurs. Je vous invite à le suivre sur les réseaux sociaux pour guetter son actualité. Mon petit doigt me dit que ce talentueux photographe n’a pas fini de nous surprendre!


image

Nicolas Auvray

www.nicolasauvray.com

 

Exposition Paris Magnum

L’exposition Paris Magnum joue les prolongations à l’Hôtel de ville jusqu’au 25 avril. Huit décennies d’histoire sont racontées via une sélection de 150 photographies de l’agence Magnum. Une mise en scène bien pensée nous fait évoluer parmi les œuvres de Capa, Depardon, Riboud entre autres illustres photographes pour un témoignage précieux sur la ville de Paris et sur l’évolution de la société.

Des luttes ouvrières des années 30 aux années 2000

Dans les années 30-40, les photographes qui feront l’essence de l’agence Magnum témoignent de la dureté d’une époque par le biais du photo reportage. Les photos en noir et blanc des premières tranches de l’exposition conjuguent art et journalisme avec la manière. Le propos est puissant lorsqu’il témoigne du quotidien des Parisiens de l’époque. C’est la période d’une vague de grèves au cours desquelles le monde ouvrier lutte pour obtenir de meilleures conditions de travail et de meilleurs salaires. Les femmes se joignent massivement au mouvement pour réclamer l’égalité. Magnum témoigne de cette explosion sociale dans les usines de la région parisienne et dans les rues de la capitale. Les photographes affiliés à l’agence captureront aussi les scènes de liesse à la Libération de Paris ou le mouvement social de mai 68, autant d’événements qui ont bouleversé la vie des Parisiens et plus largement des Français.

image

image

La disposition des œuvres découpée en cinq périodes met en perspective l’évolution de Paris sous nos yeux, en accéléré. Le photo reportage chez Magnum fait une place plus grande à des sujets qui semblent plus léger tel l’avènement de la mini-jupe dans les années 60. Ceci témoigne en réalité de l’époque de la libération de la femme, une époque jalonnée de symboles forts. L’agence fera également la part belle aux entreprises architecturales à Paris. La modernité de la capitale est mise en lumière par les photographies de la construction de la pyramide du Louvre ou de l’arche de la Défense, deux témoins majeurs de l’ambition de Paris et de son rayonnement dans le monde. La dernière tranche de l’exposition met en avant des photographies qui s’éloignent un peu du photo journalisme de la première heure. La couleur envahit l’espace pour un témoignage sur les années 2000 sous un jour autre, moins grave de prime abord. Une lecture fine des dernières œuvres révélera les traits d’une époque plus complexe qu’il n’y paraît.

image

image

Vous l’aurez compris, Paris Magnum fait partie des expos à ne pas rater. J’ai adoré!


INFOS PRATIQUES

Du 11 décembre 2014 au 25 avril 2015
Hôtel de Ville
5, rue de Lobau
75004 PARIS

Paris Magnum, la rétrospective

Du lun au sam – de 10h à 18h30

Tarif: gratuit

Rentrée culturelle: 5 expositions à voir

La rentrée culturelle s’annonce riche et exaltante, comme chaque année. Avec les nouvelles expositions, les concerts, les pièces de théâtre, les livres à paraître, il existe plus d’une raison de se réjouir en ce début de mois de septembre. Toute cette semaine, je vous propose une sélection d’événements à ne pas manquer.

1. Hokusai, Grand Palais (1er octobre – 18 janvier 2015)

La saison 2014/2015 débute avec une programmation alléchante. Le Grand Palais tire une fois de plus son épingle du jeu avec plusieurs expositions programmées à la rentrée. L’art japonais ouvrira le bal avec une exposition consacrée à l’illustre Katsushika Hokusai. 500 œuvres d’exception seront offertes au regard du public français sans doute pour la dernière fois. En effet, ces œuvres ne devraient plus quitter le Japon après l’ouverture de l’Institut Hokusai à Tokyo au printemps 2015. Hokusai a illustré l’âme du Japon dans ses œuvres en naviguant entre tradition et modernité.

Katsushika Hokusai
Katsushika Hokusai
Katsushika Hokusai

Affiche Hokusai

2. L’art de manger, Musée Dapper (15 octobre 2014 – 12 juillet 2015)

Le musée Dapper est un espace consacré aux arts et aux cultures de l’Afrique, des Caraïbes et de leurs diasporas. Le 15 octobre il consacrera une exposition aux rites et traditions liés à la nourriture dans ces territoires. Nourrir les corps ou les esprits impliquent des outils particuliers à des moments particuliers. Des statuettes et divers objets sculptés servant directement ou indirectement à la préparation ou à la consommation des aliments seront proposés au public. Les œuvres de l’artiste franco-béninois Julien Vignikin amèneront une touche contemporaine à l’exposition avec une réflexion autour de l’accès à l’alimentation dans le monde.

Art de manger

 3. Dries Van Noten, Les arts décoratifs (prolongation jusqu’au 2 novembre 2014)

L’exposition du créateur Dries Van Noten est prolongée jusqu’à début novembre: une excellente raison d’aller voir ou revoir ce dialogue entre des oeuvres d’art et quelques pièces de ses collections. Van Noten offre au public une plongée dans les profondeurs de sa création, il dévoile ses sources d’inspiration: photographies, peintures, vidéos… Une expérience à vivre.

DRIES VAN NOTEN: INSPIRATIONS

4. Haiti, Grand Palais (19 novembre – 15 février 2015)

Le 19 novembre, le Grand Palais se penche pour la première fois sur la richesse de l’art haïtien autour d’œuvres datant du XIXème siècle à nos jours. Les œuvres d’art de cette première République noire se sont imprégnées de ce qui fait Haïti: politique, religions, magie… Le Grand Palais propose une immersion dans cette culture foisonnante via des sculptures, des peintures, entre autres installations diverses. Une exposition majeure à ne pas rater.

5. Jeff Koons, Centre Pompidou (26 novembre 2014 – 27 avril 2015)

A Pompidou, c’est le controversé Jeff Koons qui sera exposé à partir du 26 novembre dans le cadre d’une rétrospective majeure. Les expositions liées à Jeff Koons sont des événements majeurs. On se souvient du débat suscité par l’installation de ses œuvres au Château de Versailles. Figurant parmi les artistes les mieux côtés du marché, les collectionneurs s’arrachent ses œuvres.

La rentrée sonne l’heure des bonnes résolutions. Sortez, découvrez, vibrez!


  • Grand Palais, 3, avenue du Général Eisenhower, 75008 Paris
  • Musée Dapper, 35 bis rue Paul Valéry, 75116 Paris
  • Les arts décoratifs, 107 rue de Rivoli, 75001 Paris
  • Centre Pompidou, place Georges-Pompidou, 75004 Paris

Crédits photos: Grand Palais, Dries Van Noten, Musée Dapper, Jeff Koons