Catégorie : Voyages & découverte

Journée mondiale du tourisme 2020 : tourisme et développement rural

ile de ré

Chaque 27 septembre depuis 1980 se tient la journée mondiale du tourisme instituée par l’Organisation mondiale du tourisme (OMT). C’est l’occasion de nourrir une réflexion sur un sujet donné, à l’échelle internationale. L’édition du 27 septembre 2020 mise sur le tourisme comme vecteur de développement rural. Dans ce contexte inédit, le Secrétaire général de l’ONU António Guterres s’est prononcé en amont pour « impérativement reconstruire le secteur du tourisme » essentiel dans l’économie mondiale.


On pourrait aller jusqu’à dire que le tourisme compte parmi les merveilles du monde.
António Guterres

La journée mondiale du tourisme 2020 : une édition tournée vers le monde rural

L’Organisation mondiale du tourisme (OMT) anticipe une reprise du tourisme local avant le tourisme international. L’institution des Nations Unies y voit donc une opportunité à saisir pour les acteurs ruraux qui ont besoin de renouer avec un certain dynamisme dans leurs territoires. D’ici 2050, on annonce que 68% de la population mondiale vivra en milieu urbain. Le tourisme pourrait ainsi offrir un avenir aux jeunes des zones rurales. Plus besoin pour eux de partir à l’étranger ou dans d’autres régions pour échapper au chômage qui les touche trois fois plus que des adultes plus âgés.

Contrairement aux éditions précédentes, les célébrations officielles de la Journée mondiale du tourisme ne seront pas accueillies par un Etat membre de l’OMT mais par les pays du MERCOSUR : Argentine, Brésil, Paraguay, Uruguay. Le Chili est pays observateur sur cette édition. Une première qui souligne la solidarité internationale en faveur du redressement du secteur touristique : une donnée que l’Organisation mondiale du tourisme estime indispensable dans la phase actuelle.

Des pistes pour construire le tourisme de demain


Le tourisme donne aux voyageurs la possibilité de découvrir certaines des richesses culturelles et naturelles du monde et rapproche les peuples, mettant ainsi en lumière notre humanité commune.
António Guterres

La Conférence des Nations Unies sur le commerce et le développement (CNUCED) annonce une perte de 1,5 à 2,8% du Produit intérieur brut (PIB) mondial. 100 à 120 millions d’emplois directs seraient ainsi menacés dans le secteur du tourisme. Du jamais vu dans ce secteur qui emploie 1 personne sur 10 dans le monde. Le Secrétaire général de l’ONU António Guterres appelle de ses vœux une reconstruction du tourisme en sécurité pour les communautés d’accueil, les travailleurs et les voyageurs, de manière équitable et sans incidence sur le climat.

Le Secrétaire général de l’ONU a également recensé 5 mesures à prendre de façon prioritaire pour stimuler la reprise :
• Atténuer les incidences socioéconomiques de la crise
• Renforcer la résilience de l’ensemble de la chaîne de valeur du tourisme
• Optimiser l’utilisation des technologies dans le secteur du tourisme
• Favoriser la durabilité et la croissance verte
• Faciliter l’établissement de partenariats pour permettre au tourisme de contribuer plus avant à la réalisation des objectifs de développement durable.

Voyagerez-vous comme avant, dans l’ère post-Covid ?

Nous sommes nombreux à nous interroger sur nos habitudes de voyage à l’issue de la pandémie en cours. L’incertitude plane. La question de notre empreinte écologique soulevée avant la pandémie ne m’a pas laissée indifférente. C’est l’une des raisons qui a pesé dans la balance pour démarrer une nouvelle vie aux Caraïbes. J’avais très envie de proposer à mes clients actuels et futurs des sujets sur les îles voisines. Envie aussi de leur soumettre des angles différents sur l’Amérique du Nord, les inviter à découvrir des destinations méconnues là-bas … Quitter l’Europe pour m’établir dans cette région du monde tombait donc sous le sens. Mes voyages ailleurs seront pensés autrement pour limiter les allers-retours longue distance. Cela demande une organisation nouvelle, mais c’est possible.

Avec l’arrivée du Covid-19, j’ai préféré différer les déplacements programmés. Nulle envie d’ajouter une charge de travail aux laboratoires surchargés par les tests prioritaires. Pas envie non plus de me demander, stressée, si les résultats arriveront à temps pour embarquer sur mon vol. Demain, lorsque le climat redeviendra propice aux déplacements, je reprendrai ma valise dans l’esprit qui m’a menée aux Caraïbes. A la lumière des témoignages de divers acteurs touristiques lus, je serai encore plus attentive aux prestataires choisis et mettrai un point d’honneur à augmenter ma contribution à l’économie locale au cours de mes reportages.



journée-mondiale-du-tourisme


Pour s’abonner à la newsletter du blog et découvrir ma sélection d’infos et bons plans liés au tourisme, à la gastronomie et à la culture :

cliquer ICI 

newsletter-elle-dit-8

Tourisme post Covid-19 : 10 idées pour l’hôtellerie / location saisonnière

Hidden Hotel

Le Covid-19 a plongé le tourisme dans un marasme sans précédent, après dix années de croissance ininterrompue. Voyagera-t-on comme avant, après cette pandémie ? Rien n’est moins sûr. Si des mesures de déconfinement progressif sont prises dans les pays où la pandémie recule, les voyages restent hors-sujet à ce stade. Les vacances de printemps sacrifiées, les Français espéraient profiter des congés de juillet / août. Le Premier ministre a partagé sa plus grande réserve pour les voyages à l’étranger, sans se positionner sur les vacances en France, lors de sa dernière allocution du 19 avril. L’horizon reste flou.


Je crains qu’il ne soit pas raisonnable d’imaginer voyager loin, à l’étranger, tout de suite.
Edouard Philippe

10 idées de mesures à mettre en œuvre pour se renouveler 

Le temps de confinement est propice à la réflexion. Que diriez-vous d’un brainstorming pour préparer l’après-pandémie ? Les invitations à voyager local se multiplient autour du hashtag #CetEtéJeVisiteLaFrance. Les experts nourrissent pourtant peu d’espoir pour la saison estivale et envisagent une relance progressive du tourisme en 2021.

Les professionnels du secteur hôtelier et de la restauration s’activent en coulisses pour peser en faveur d’une réouverture rapide de leurs établissements. Le secteur réalise en effet un tiers de son chiffre en juillet / août. Le Comité interministériel du tourisme programmé en mai prochain devrait statuer sur cette question épineuse. Le directeur général Europe Accor France Franck Gervais annonce vouloir « créer un choc de confiance » pour rassurer le Gouvernement, les salariés et les clients. Quelles mesures pourraient accompagner hôteliers et loueurs saisonniers à la reprise ?

1. Mettre en place un nouveau protocole d’hygiène


Nous voulons créer un choc de confiance,
Franck Gervais

Lorsque les conditions permettront aux voyageurs de réserver leurs séjours, ces derniers auront besoin d’être rassurés. Et quand la pandémie ne sera plus qu’un lointain souvenir, il est probable que les attentes aient durablement évolué. Se réinventer pour perdurer : tel sera le challenge à relever pour les professionnels du tourisme.

Le retour de la confiance viendra avec de nouveaux standards sanitaires. Il devient évident qu’un nettoyage plus fréquent des boutons d’ascenseur ou des poignées de porte s’imposera. Le nettoyage des chambres entre deux clients devra être encore plus minutieux qu’hier, quitte à changer les horaires limites de check-out. Des flacons de gel hydro-alcooliques en chambre seront appréciés, de même que des masques et des lingettes nettoyantes.

Deux grands acteurs hôteliers ont sollicité des experts qui devront délivrer un guide de nouvelles pratiques :

– Accor a sollicité Bureau Veritas pour penser un nouveau label qui définira « des standards sanitaires pour l’hébergement et la restauration ». Un guide sur lequel les autres chaînes hôtelières et hôtels indépendants pourront également s’appuyer.

– Le groupe B&B a quant à lui fait appel à Socotec qui a déjà travaillé à l’élaboration de tels critères pour des chaînes d’hôtel à Singapour.

2. Renforcer le room-service 

A la réouverture des hôtels, difficile d’imaginer un service de petit-déjeuner sous forme de buffet avec les pinces à croissant passant de main en main, les distributeurs de jus manipulés par tous, les fruits tripotés puis reposés … Le petit-déjeuner au lit semble une nouvelle norme à généraliser. Pourquoi pas sous forme de mini-buffet dans les suites ? Dans les maisons d’hôtes, profitez de l’extérieur autant que possible, sur des tables espacées.

Maison d'hôtes Eden Ouest, La Rochelle

Maison d’hôtes Eden Ouest, La Rochelle

Une amélioration globale de ce service pourrait upgrader l’expérience et la rendre encore plus esthétique et savoureuse. En donnant matière à rêver aux clients, il y a fort à parier que les petits-déjeuners faits maison, healthy et colorés se retrouveront sur Instagram et inspireront la venue de nouveaux clients. N’hésitez pas à consulter Pinterest pour trouver l’inspiration. 

Maison d'hôtes Eden Ouest, La Rochelle

Maison d’hôtes Eden Ouest, La Rochelle

3. Penser l’organisation d’une distanciation sociale sur la durée

Le petit-déjeuner en chambre est un exemple. Il y en aurait d’autres à envisager:

– le check-in en ligne

– l’instauration de deux services au restaurant, lorsque l’hôtel en possède, comme sur les bateaux de croisière pour éviter des salles bondées

– l’accès au bar limité à un certain nombre de clients sur réservation …

bar-hotel-vernet

Hotel Vernet, Paris

L’avocat d’affaires et professeur invité à la Singapore Management University Jean-Marc Goossens pense que « l’avenir du tourisme passera par des Hôtels à Distanciation Sociale« , un nouveau type d’établissements. Il imagine les centres urbains et stations balnéaires surfréquentées délaissés au profit de régions moins touristiques.

Jean-François Rial, président de Voyageurs du Monde, a une vision plus nuancée. Dans un entretien accordé au Think Tank Terra Nova, il affirme que les touristes ne tourneront pas le dos au tourisme de masse d’eux-mêmes. Les politiques les y contraindront peut-être, à l’instar des élus Venise qui déclarent vouloir établir des quotas de touristes pour se tourner vers une économie touristique plus douce.

4. Penser un tourisme innovant

Pourquoi ne pas profiter de cette crise pour prendre de nouvelles initiatives qui fidéliseraient sa clientèle et attirerait un nouveau public ? Développer des offres de jour avec des forfaits de soin au spa pourrait ouvrir les portes à de nouveaux profils. 

hotel-la-clairiere

Hôtel La Clairière, Alsace

Multiplier les jolis moments dans des conditions sanitaires optimales mettrait des coups de projecteur flatteurs sur les établissements : ateliers mixologie, déjeuners gourmets, ateliers DIY de fabrication de masque en wax, afterworks lounge avec de talentueux artistes méconnus (je vous recommande les artistes sélectionnés par EHK Lounge pour la musique caribéenne alternative), dîners de chefs à 4 mains, semaines gourmandes thématiques autour de chefs régionaux ou internationaux … Le champ des possibles est vaste !

jardin-des-plumes-restaurant-david-gallienne-candidat-top-chef-2020

Le Jardin des Plumes, Giverny

Le soir venu, vous pourriez développer des partenariats avec des chefs à domicile ou des restaurants voisins pour faire livrer des repas en tête-à-tête dans les chambres, si vous n’avez pas de restaurant au sein de votre établissement. Cela s’organise. 

5. Développer de nouveaux partenariats avec les acteurs locaux

Le moment est venu de renforcer les liens avec les acteurs locaux pour proposer aux clients produits et expériences de qualité. Pourquoi ne tisseriez-vous pas des liens avec des guides qui feraient découvrir la ville ou des spots de la région de façon insolite, créative, authentique ?

A Paris, je pense spontanément à Little Africa Travel, une petite entreprise dynamique qui fait découvrir la capitale sous l’angle de la culture africaine. Dubitatifs ? Vogue ou Le Monde ont plébiscité la démarche.

Côté gourmand, savez-vous d’où provient le miel de vos petits-déjeuners, vos confitures, les petits gâteaux qui accompagnent le café ? Sélectionner des artisans français pourrait contribuer à un storytelling en accord avec les nouvelles attentes de votre clientèle.

Un peu avant le confinement, j’avais interviewé le Top Chef normand David Gallienne désormais à la tête du Jardin des Plumes à Giverny. Il s’inscrivait déjà dans cette démarche et a entamé une collaboration avec un apiculteur nouvellement installé à Giverny. Un pari gagnant !

6. Diversifier ses sources de revenus

Les nouvelles collaborations développées avec des acteurs locaux pourraient vous aider à diversifier vos revenus. En sus des nuitées, nous pourriez vendre sur place et en ligne des produits régionaux (miel, confiture, salidou …), des guides de voyage inspirés et inspirants, des produits de soin (savons naturels, …) sur lesquels vous toucheriez une commission.

Pour les chambres supérieures, un panier gourmand serait bienvenu en guise d’accueil. Après le départ, j’imagine l’envoi d’un mail de remerciement avec un coupon de réduction à faire valoir sur un prochain séjour dans un délai de 12 mois pour encourager la fidélité. Dans cet email qui titillera la nostalgie du client, un lien pourrait renvoyer vers un e-shop avec les produits gourmands dégustés à l’hôtel pour prolonger le goût des vacances, des cartes postales de la destination, des produits de soin …

7. Densifier la production de contenu pour un tourisme inspiré

Le room service renforcé implique plus de temps passé en chambre. Ce temps pourrait être exploité en visionnant du contenu original qui défilerait sur l’écran du téléviseur : interviews de membres du personnel, de personnalités locales, extraits de visites guidées, visite de spots recommandés par vos soins. Du contenu inédit.

Ti-bo-doudou

Ti Bo Doudou, Les Saintes

Soigner sa présence sur les réseaux sociaux est primordiale. Certains loueurs saisonniers ne mesurent pas encore l’impact d’une visibilité de qualité sur les réseaux sociaux. Attention : des visuels de piètre qualité auront l’effet inverse de celui recherché. Je vous conseille d’engager un photographe professionnel pour la réalisation de vos images.

8. Diversifier ses canaux de communication

A côté des circuits classiques de vos RP (presse, influenceurs traditionnels), complétez votre couverture avec de nouveaux profils plus singuliers. Invitez des journalistes indépendants, des blogueurs à belle plume à découvrir vos adresses pour qu’ils rédigent des articles de qualité, votre histoire avec style.

Vous pourriez convier des photographes actifs sur Instagram, des cuisiniers amateurs avec une belle aura à tester vos nouvelles cartes. Invitez des professeurs de yoga à animer des ateliers en fin de journée. Sollicitez de nouveaux créateurs de contenu qui tissent un lien de confiance avec leur communauté pour élargir votre cible. Certains hôtels de grandes villes ont pris de l’avance sur ces questions. A vous de combler le retard et de le faire savoir.

Toronto WOW

Blogtrip Toronto WOW

Profitez de cette phase de confinement pour découvrir de nouveaux univers en France et à l’international avec des hashtags pertinents en fonction de votre cible : #journalistetourisme, #travelwriter, #travelwritersofinstagram, #freelancejournalist, freelancephotographer, #blogvoyage, #blogueuselifestyle, #journalistelifestyle, #lonelyplanetfr, #frenchblogger, #artofvisuals, #caribbeanblogger, …

9. Développer la coopération avec ses confrères pour un tourisme éclairé

Si vous pratiquez la distanciation sociale, il est probable que vous ne puissiez accueillir tous les clients qui souhaiteraient réserver chez vous sur une période donnée. Recommander un confrère qui partage vos valeurs vous permettrait de satisfaire un client. Un client satisfait, c’est un client qui revient. Le confrère vous renverrait l’ascenseur dès que l’occasion se présenterait. Tout le monde y gagne.

En sollicitant un même photographe, un même producteur de fruits et légumes, un même artisan, votre groupe de confères et vous pourriez obtenir des prix d’ami : un bénéfice certain pour la trésorerie de tous.

10. S’inscrire en faveur du tourisme durable

Dernier point : la crise actuelle offre l’opportunité à chaque acteur de s’inscrire dans une économie plus saine pour la planète et ses habitants. Le tourisme et les hôteliers, plus spéciquement, ont un rôle à jouer dans le cadre des ODD (objectifs de développement durables) à atteindre en 2030. Plus que 10 ans pour que la communauté mondiale atteigne les 17 objectifs fixés.

Cette démarche salvatrice pour l’environnement a le vent en poupe. Le moment est propice à l’analyse des pratiques. Que pourriez-vous mettre en œuvre (de plus) pour inscrire votre établissement dans cette dynamique ?

Voilà pour ce premier brainstorming en période de confinement. Vous êtes nombreux à nous solliciter en off sur Instagram pour venir tester vos adresses, nous comptons bien œuvrer à notre échelle à vos côtés dans cette crise. En attendant de reprendre la route, le week-end, je remets en lumière une belle adresse testée dans la newsletter. Tantôt en Europe, tantôt dans la Caraïbe. RV là-bas !

Actu : A la rentrée, mon photographe de mari et moi serons installés dans les îles de Guadeloupe. Nous avons hâte d’immerger les lecteurs au sein des belles adresses de l’archipel et d’ailleurs au gré de nos déplacements.

Contact : elledit8@gmail.com

(Photo de couverture : Hidden Hotel, Paris)


Retrouvez un supplément d’inspiration chaque dimanche dans une newsletter fraîche et stylée réalisée avec amour
(idées restos, livres à lire, expos à voir …).

S’abonner à La Lettre Elle dit 8 :
http://bit.ly/newsletter_elledit8

newsletter-elle-dit-8

 

CARNET DE VOYAGE | Derniers instants culture & food à Londres #6

Londres avec Visit Britain

Le voyage de presse avec Visit Britain touche à sa fin. Certains journalistes quitteront Londres le lendemain aux aurores. Avant, un programme exaltant nous attend cette fois encore : Tate Modern, Somerset House, Spring, Swan, Shakespeare’s Globe, Open Air Theatre.

Une visite privée du Tate Modern à Londres avec le Dr James Hicks

londres-tate-modern

Et une pointure de plus. Une ! Visit Britain nous a une fois de plus gâtés en nous offrant une visite guidée dans les pas d’un expert. Au Tate Modern, c’est l’historien d’art James Hicks qui nous offert ce privilège. Il nous a appris que le Tate Modern était né d’une belle idée : l’envie d’introduire l’art dans un quartier peu tourné vers la culture à l’origine. Saviez-vous que ce musée d’art moderne accueillait 1,5 million de visiteurs de plus que le MOMA de New York ? Je ne l’aurais pas parié. Et pourtant …

Je trouve surprenant qu’une structure d’une telle envergure soit ouverte au public gratuitement. C’est tout à l’honneur de Londres de la rendre  accessible au plus grand nombre, mais comment les acteurs culturels réussissent ce tour de force ? J’ai appris qu’au Tate Modern, 50% des fonds provenait des boutiques, des donations et des billets mis en vente pour les expositions temporaires.

Les visiteurs viennent admirer des œuvres de grande valeur d’artistes tels que Wassily Kandinsky, Marcel Duchamp ou Picasso. Le Tate Modern a choisi de les faire dialoguer avec des  pièces de marchés émergents (Océanie, Asie du Sud-Est …). Sur notre parcours, j’ai été interpellée par le travail de l’artiste Yinka Shonibare CBE. 2700 livres recouverts de wax rendent hommage à la première et à la seconde génération d’immigrés. Cette Anglaise d’origine nigériane appelée la Nigel Farage de l’art utilise sa position pour mettre en lumière ces questions.

Déambuler de galerie en galerie au Tate Modern

natalia-goncharova-tate-modern

Lorsque nos chemins se sont séparés de celui du Dr Hicks, j’ai contemplé les oeuvres de deux artistes à l’honneur dans deux expositions distinctes. L’une consacrée à l’artiste russe Natalia Gontcharova contemporaine de Guillaume Apollinaire, l’autre autour d’une sélection d’œuvres du  sculpteur grec Takis décédé cet été.

On connaît tous Apollinaire poète et écrivain. Sa casquette de critique d’art me semble plus confidentielle. Ardent défenseur du rayonnisme, il a préfacé un catalogue de Natalia Gontcharova dont il appréciait le travail. Cette exposition au Tate Modern était la première rétrospective qui lui était entièrement consacrée.

Le Tate Modern ne fait pas les choses à moitié. Du 3 juillet au 27 octobre, le musée expose plus de 70 œuvres de Takis, sculpteur grec qui a travaillé le magnétisme, la lumière et le son. Sa quête de la poésie dans l’univers électromagnétique illustre ses 70 ans de carrière. Si le nom de Takis ne vous évoque rien, sachez que le sculpteur grec a compté parmi les artistes les plus originaux des années 60. 

Takis, Londres

Autodidacte, l’artiste né à Athènes en 1925 a déménagé à Paris en 1954. Il s’est fait un nom dans les sphères culturelles de Paris, Londres et New York et suscité l’admiration d’illustres artistes à l’instar de Marcel Duchamp. Parmi ses créations : des appareils musicaux réalisés avec électricité et aimants. Il s’approvisionnait souvent dans des magasins de surplus militaires et sur des marchés aux puces. Il transformait les technologies de guerre en œuvres d’art. Une exposition en cours à admirer jusqu’à la fin du mois d’octobre.

Tate Modern
Bankside
London
www.tate.org.uk/visit/tate-modern

Déjeuner au Spring Restaurant de Londres

spring-london

Connaissez-vous la Somerset House à Londres ? Si ce n’est pas le cas, il faut imaginer un centre d’art établi dans un écrin historique autour d’une vaste et superbe cour. Basés au cœur de Londres, les lieux accueillent les artistes britanniques parmi les plus innovants. Là-bas, un restaurant trendy au cadre so chic fait fureur auprès des gourmets. Chez Spring, le chef est une femme : Skye Gyngell. D’origine australienne, elle est passée par Paris pour se former avant de poser ses valises à Londres.

Elle s’est fait un nom en écrivant des chroniques culinaires pour le magazine Vogue. Le guide Michelin lui a également attribué une étoile pour son savoir faire au Petersham Nurseries Café. Coup de cœur pour sa cuisine ! Les mets sont fins, les assiettes élégantes et féminines avec une mise en valeur gustative des légumes fort réussie. Depuis ce déjeuner, j’ajoute des noisettes à tous mes légumes et je les twiste volontiers avec une touche fruitée sucrée. Merci chef !

Somerset House, Londres

Au cours du déjeuner, nous avons eu plaisir à converser avec le producteur Julian Bird : ex-directeur général du Society of London Theatre and UK Theatre et producteur exécutif des Olivier Awards et des UK Theatre Awards. Julian Bird a également accompagné les opérations commerciales de Tate Enterprises Ltd durant 3 ans. Il participe activement aux œuvres de bienfaisance artistiques et préside le Yvonne Arnaud Theatre de Guildford et le De La Warr Pavillon de Bexhill-on-Sea.

Julian Bird, producteur

J’ai mesuré ma chance de converser avec lui. J’ai beaucoup appris au cours de ce déjeuner. Je connaissais l’héritage légué par Shakespeare, mais je n’en mesurais pas l’étendue. Saviez-vous qu’à Londres il se vendait plus de tickets de spectacles qu’à New York ? La capitale anglaise accueille environ 200 productions chaque année, dont 20 shows pour enfants. Il m’a expliqué qu’au Royaume-Uni, le théâtre était subventionné à 50% par des fonds publics. Chaque ville possède un grand théâtre. Même les petites villes. 

A la fin du déjeuner, je lui ai demandé si la pièce Tree vue au Manchester International Festival une semaine plus tôt serait également jouée à Londres. Il m’a appris que oui, au Young Vic. Dans un théâtre qui offrirait les mêmes opportunités d’interaction avec les comédiens. Je m’y rendrai un mois plus tard pour applaudir la troupe une deuxième fois, en famille cette fois. Je renouvelle mes remerciements à l’équipe de Visit Britain pour la qualité de nos interlocuteurs. Ce fut un véritable privilège de partager un déjeuner avec Julian Bird pour bien appréhender le dynamisme de la vie culturelle à Londres.

RV le 20 octobre chez SPRING pour un dîner d’exception co-organisé avec Vogue. Une soirée engagée en faveur de la protection de l’environnement. Le 1er d’une série de 5, dans 5 belles adresses de la capitale.

Réservation : https://www.eventbrite.co.uk/e/5-days-of-vogue-supper-club-tickets-73136165239
Tarif : £80

L’expo Get up Stand Up Now au Somerset House de Londres

Avant de partir pour le programme suivant, j’ai tenu à aller voir l’exposition Get Up Stand Now. Une expo célébrant 50 ans de créativité noire en Grande-Bretagne et ailleurs. Pas de regret, même au pas de course. J’ai découvert des photographes dont j’ignorais le travail : Vanley Burke, Charlie Phillips, Horace Ové né à la fin des années 30 près de chez moi, à Trinidad. Une belle sélection de photographies noir & blanc entre œuvres exposées. 

somerset-house-londres

Ravie que Somerset House fasse rayonner ces œuvres entre leurs murs.

somerset-house

Summerset London

Somerset House
Strand, London
www.somersethouse.org.uk

Un afternoon tea de rêve chez Swan à Londres

Conseil d’ami : veillez à ne pas sortir de table trop tard pour profiter d’un afternoon tea gourmet au 1er étage du Swan. La-haut, le cadre se fait feutré. Plus encore dans la jolie salle privatisable du fond. Après un déjeuner tardif succulent, la gourmandise a fait son œuvre. Je me devais d’honorer les spécialités britanniques si alléchantes avant la visite programmée au Skakespeare’s Globe voisin.

Au menu de la dégustation : de vrais scores anglais (trop trop bons), des macarons, des mini burgers au porc (tasty au possible), des scotch eggs (porc pané + oeuf : à tester !) … Un pur régal. Ma consœur et moi avons choisi d’accompagner le tout avec un cocktail recommandé par la maison : le love potion, composé de mémoire de champagne et de purée de fraise. Une tuerie !

Swan – Shakespeare’s Globe
21 New Globe Walk, Bankside – London
www.swanlondon.co.uk

Visite guidée au Shakespeare’s Globe Theatre de Londres

En 1996, le théâtre du Globe réputé pour avoir accueilli de nombreuses représentations des pièces de Shakespeare a été reconstruit à l’identique à environ 200m de l’emplacement historique. Le bâtiment originel avait pris feu en 1613 à la suite d’un accident lié à des effets spéciaux. L’architecture a pu être respectée grâce à des plans élisabéthains et l’utilisation des techniques de construction de l’époque. 

Shakespeare's Globe, Londres

Difficile de rester insensible à ces lieux lorsqu’on en mesure la portée historique et culturelle. Notre guide d’un jour nous a fait vibrer avec ses anecdotes. J’ai eu envie de me replonger dans la lecture des œuvres de William Shakespeare à l’issue de ce rendez-vous. Des spectacles ouverts au public s’y donnent comme au XVIIème siècle, avec le parterre à ciel ouvert et les galeries et la scène couvertes.

Skakespeare’s Globe
21 New Globe Walk – London
www.shakespearesglobe.com

Fin de soirée à Regent’s Park à l’Open Air Theatre de Londres

Les mois d’été, un théâtre à ciel ouvert niché au cœur du parc royal de Regent’s Park présente des pièces primées. De mai à septembre, la New Shakespeare Company joue traditionnellement : A Midsummer Night’s Dream de William Shakespeare, une seconde pièce du maître, une comédie musicale et un spectacle pour enfant. On peut s’y restaurer et l’atmosphère est fort conviviale. Attention, les températures chutent en fin de journée. Il faut prévoir vêtements chauds et couvertures pour profiter du moment.

Open Air Theatre
The Regent’s ParkInner Circle – London
openairtheatre.com


 

LAST DAY

Dernier jour. Jour de départ. J’ai eu l’opportunité de choisir l’heure de mon train. Retour en France en fin d’après-midi pour profiter de Londres jusqu’au bout. A mon programme : une expo chez Victoria and Albert Museum (V&A pour les intimes). Je ne voulais pas quitter Londres sans une escale dans le plus grand musée du monde dédié au design, à la sculpture et aux arts appliqués et décoratifs. 2,27 millions d’objets réunis. C’est fou ! Un conseil : prenez le temps de flâner dans les allées des expositions permanentes. Adresse majeure. 

Notre hôtel, le Radisson Edwardian Hampshire Hotel partenaire de l’exposition consacrée à Christian Dior nous a gracieusement proposé des tickets. Le temps m’a manqué pour honorer cette belle invitation en plus du programme choisi. La française que je suis avait déjà eu le privilège d’admirer les pièces du couturier. Sachez que l’exposition a remporté un vif succès amplement mérité.  

Expo Mary Quant, V&A

Mary Quant

Parmi les deux autres expositions en cours, j’ai choisi celle consacrée à Mary Quant : une créatrice britannique dont je voulais découvrir le travail. Saviez-vous qu’elle avait contribué à l’avènement de la mini-jupe dans les années 60 ? En France, on parle souvent de Courrèges. Outre-Manche, Mary Quant est considérée comme une pionnière dans la mode. Elle a contribué à la libération de la femme avec des lignes androgynes, pratiques pour se mouvoir à l’heure où les femmes travaillaient de plus en plus. En produisant ses articles en masse, Mary Quant a participé à l’avènement du prêt-à-porter et exporté le style anglais aux Etats-Unis.

victorian and albert museum, Londres

Quelques éléments caractéristiques du style Quant : les formes géométriques, les contrastes de couleurs, les pois, l’usage du PVC … J’ai été frappée par le caractère contemporain de ses créations. J’aurais souhaité trouver en boutique plus d’une pièce exposée chez V&A. Mary Quant encore en vie a su capter les besoins des jeunes femmes : des vêtements stylés qui les mettent en valeur et dans lesquels elles se sentent fortes.

mary quant, Londres

Mary Quant

Expo Mary Quant
6 avril 2019 – 16 fév 2020

Victoria & Albert Museum
Cromwell Rd, Knightsbridge – London
www.vam.ac.uk


Mes chaleureux remerciements à Florence, Andy, Jane et Jasmine pour l’invitation et le programme de haute qualité. Une pensée toute particulière pour les équipes des hôtels qui nous ont accueillis à Londres et Manchester. Ma gratitude vers les personnes qui nous ont consacrées du temps à Manchester et  Londres. Ce voyage de presse s’est hissé dans le top 3 des voyages les plus intéressants. Il me tarde de retourner en grande-Bretagne pour découvrir de nouvelles villes, des villages méconnus et regoûter aux adresses appréciées.

Merci à tous pour les commentaires laissés en marge des stories partagées sur Instagram. Je vous recommande vivement les sites www.visitbritain.com et www.visitmanchester.com pour organiser vos prochains séjours en Grande-Bretagne !


INFOS PRATIQUES

Comment venir à Londres ?

En train :

• Trajet Paris – Londres en Eurostar (dès 78€)
• 2h15 de train

Quel hôtel choisir à Londres ?

Au Radisson Edwardian Hampshire Hotel : un hôtel au cœur de Londres idéalement situé pour profiter de la vie culturelle londonienne, doté d’un restaurant qui vaut le détour (cuisine moderne mexicaine et péruvienne).

Radisson Edwardian Hampshire Hotel : 31-36 Leicester Square, Londres


Voyage de presse Visit Britain

Joëlle Bah-Dralou
@elledit8

Les autres pages du carnet de voyage :

Jour 1 : http://www.elledit8.com/carnet-de-voyage-decouvrir-manchester/

Jour 2 : http://www.elledit8.com/manchester-international-festival/

Jour 3 : http://www.elledit8.com/manchester-tree-by-idris-elba-mif/

Jour 4 : http://www.elledit8.com/carnet-de-voyage-manchester-londres/

Jour 5 : http://www.elledit8.com/carnet-de-voyage-londres-ville-culture/

Jour 6 : http://www.elledit8.com/carnet-de-voyage-derniers-instants-a-londres-6/

 

 

CARNET DE VOYAGE | Londres : capitale culturelle exaltante #5

Street art à Londres - @olivierr_art

A Londres, la culture vibre de façon singulière. Après une douce nuit au Radisson Edwardian Hampshire Hotel, me voilà fin prête pour le programme du jour. Revenir ici pour la énième fois et découvrir de nouvelles facettes de la capitale britannique m’enchante. Les experts de la destination nous ont proposé des expériences auxquelles nous n’aurions peut-être pas songé spontanément. L’objectif : nous inciter à venir et revenir explorer les lieux autrement. En route pour les aventures du jour !

Redécouvrir Van Gogh au Tate Britain 

Avant de découvrir l’exposition consacrée à Van Gogh, Anthony du Tate Britain nous a offert un moment précieux en sa compagnie. Ce guide certifié avait sélectionné quelques œuvres de la collection permanente qu’il voulait nous faire découvrir. Avant de déambuler de salle en salle, il nous a posé une question : qu’est-ce que la culture, pour vous ? J’aurais voulu lui dire que la culture faisait partie intégrante de mon équilibre. Que c’est une délicieuse nourriture pour nos âmes, un pont qui permet aux peuples de dialoguer. C’est un langage, des symboles, des croyances. La culture a le pouvoir de rendre la vie plus belle. Elle raconte le monde … Je n’ai pas osé me lancer sur ce terrain, par crainte que les mots me manquent en anglais. Avec le recul, je réalise que j’aurais su lui exprimer ma pensée. Tant pis. Giovy, notre polyglotte italienne a fait le job.

France-Lise McGurn – Tate Britain

Quel guide hors-pair ! Son éclairage sur les œuvres de France-Lise McGurn, Paul Nash, ou William Blake m’a littéralement passionnée. Nous devrions toujours visiter les musées avec un guide pour saisir les subtilités des œuvres. A la lumière de l’histoire des artistes, de leurs réalités, tout prend sens. Je vous recommande vivement de réserver quelques heures à votre planning pour une visite au Tate Britain. Comme dans tous les musées de Londres, l’accès est gratuit, hormis pour les expositions temporaires.

Expo Van Gogh - Tate Britain

A l’issue de cette agréable parenthèse, nous avions quartier libre pour apprécier l’exposition consacrée au peintre néerlandais Vincent Van Gogh. Le Tate Britain l’a remis à l’honneur 72 ans après la première exposition majeure consacrée à l’artiste. Saviez-vous que Van Gogh avait vécu à Londres ? C’était en 1873. Il n’avait que 20 ans. Lorsque Van Gogh quitte la plus grande ville moderne du monde en décembre 1876, il a changé. Les artistes anglais de l’époque l’ont inspiré : Charles Dickens, John Constable … Le peintre s’est imprégné de la vie londonienne. Il a été témoin de ce que le monde offrait de plus moderne et des dérives de ce schéma.


Quoi de neuf au Tate Britain ?

Une exposition consacrée à William Blake est en cours jusqu’au 2 février 2020. Si vous passez à Londres avant le 6 octobre, vous pourrez admirer gratuitement une nouvelle installation de Mike Nelson au cœur du musée? Quoi d’autre ? Une expo gratuite autour de l’artiste britannique Sophia Al-Maria sur la question de l’identité, des histoires passées et futures.

TATE BRITAIN
Millbank, Westminter
Londres

Lun – Dim : 10h à 18h


Déjeuner chez Portrait Restaurant – National Portrait Gallery

Portrait Restaurant - National Portrait Gallery

Pour se rendre au Portrait Restaurant depuis le Tate Britain, embarquez à bord d’un bateau à Millbank Millenium Pier muni de votre Oyster Card. Ça change du métro, du bus ou du taxi. Arrivés sur place, nous avons apprécié une jolie vue sur les toits de Londres par la paroi vitrée du dernier étage de la National Portrait Gallery. Belle surprise ! Satisfaction dans les assiettes également. J’ai apprécié saveurs et assaisonnements avant une dernière expo consacrée à Cindy Sherman au niveau inférieur. Notez que vous pourrez y bruncher ou savourer un afternoon Tea avec vue.

portrait-restaurant-londonPortrait Restaurant – National Portrait Gallery
Martin’s Place, Charing Cross
Londres

Une expérience street art à Londres

Street art à Londres - @olivierr_art

Après quelques heures free, l’équipe de Visit Britain nous a réservé une expérience aux côtés du street artiste @olivierr_art à Graffiti Tunnel. Olivier, un Frenchie basé à Londres, nous a appris quelques rudiments pour manier une bombe de peinture. Je suis ENCORE plus admirative du travail de ces artistes après avoir essayé de tracer des lignes droites ou des traits précis. Mais comment parviennent-ils à peindre des visages à une telle échelle avec des détails si soignés ?! C’est un mystère, pour moi … Très chouette moment avant de dîner dans le tunnel.

Graffiti Tunnel - Street-art à Londres

Graffiti Tunnel - Street-art à Londres
Graffiti tunnel - Street-art à LondresMerci pour ce moment ! Pour apprécier le travail d’Olivier :
• Son site web
• Sa chaîne YouTube
• Sa galerie Instagram

Un dîner chez Banh Bao Brothers à Graffiti Tunnel 

restaurant banh bar brothers - londres

Nouvelle expérience gastronomique à Londres : le restaurant vietnamien trop stylé Banh Bao Brothers. Deux frères : l’un en cuisine, l’autre salle qui veille à la satisfaction des clients font rayonner cette cuisine asiatique à Graffiti Tunnel. Ce jour-là, ils se sont montrés archi généreux avec notre petite équipe. Ils tenaient à nous faire découvrir leurs différentes spécialités. Nous avons quitté les lieux archi satisfaites, avec la peau du ventre bien tendue. Coup de cœur pour le cadre ! Impossible de se douter qu’un tel lieu se cache dans ce tunnel couvert de murals. Merci pour l’adresse, Visit Great Britain !

Restaurant vietnamien Banh Bao Brothers - Londres

Banh Bao Brothers Banh Bao Brothers
20 Leake Street, Lambeth
Londres

Finir la soirée à l’Underbelly Festival

Underbelly Festival - Yummy

Soyons francs, je n’aurais pas mis un spectacle burlesque sur un programme londonien concocté par mes soins. Eh bien vous savez quoi ? J’aurais eu tort. Même si je n’ai pas de penchant particulier pour les spectacles de cabaret, j’ai passé un délicieux moment avec la troupe de Yummy. Je me suis laissée porter par ce show de drag-queens, j’ai ri et je remettrai ça, à l’occasion !

Yummy - Underbelly Festival

Yummy Underbelly FestivalJ’espère que vous avez suivi mes conseils distillés sur Instagram au début de l’été et que vous avez profité d’une escapade londonienne pour aller voir Yummy. Le show a raflé deux prix au 2018 Green Room Awards : « Best Production » et « Best Ensemble ». Guettez donc leurs prochaines représentations pour passer une agréable soirée dans la capitale britannique.

L’Underbelly Festival ferme ses portes demain soir (29/09). Courez-y si vous êtes à Londres ce week-end et notez le rendez-vous dans vos agendas pour l’été prochain ! Le spot est fort agréable durant la saison estivale.

YUMMY : https://www.yummytheshow.com
UNDERBELLY FESTIVAL : http://www.underbellyfestival.com

Prochaine et dernière page : jour 6 (programme de folie) – jour 7 (départ)


INFOS PRATIQUES

En train :

– Trajet Paris – Londres en Eurostar (dès 78€)
– 2h15 de train

Quel hôtel choisir à Londres ?

Au Radisson Edwardian Hampshire Hotel : un hôtel au cœur de Londres idéalement situé pour profiter de la vie culturelle londonienne, doté d’un restaurant qui vaut le détour (cuisine moderne mexicaine et péruvienne).

Radisson Edwardian Hampshire Hotel : 31-36 Leicester Square, Londres


Pour préparer votre voyage à Londres :

www.visitbritain.com

www.visitmanchester.com


Voyage de presse Visit Britain

Joëlle Bah-Dralou
@elledit8

Jour 1 : http://www.elledit8.com/carnet-de-voyage-decouvrir-manchester/

Jour 2 : http://www.elledit8.com/manchester-international-festival/

Jour 3 : http://www.elledit8.com/manchester-tree-by-idris-elba-mif/

Jour 4 : http://www.elledit8.com/carnet-de-voyage-manchester-londres/

Jour 5 : http://www.elledit8.com/carnet-de-voyage-londres-ville-culture/

Jour 6 : http://www.elledit8.com/carnet-de-voyage-derniers-instants-a-londres-6/



Abonnez-vous à la newsletter Elle dit 8 pour retrouver des suggestions exclusives chaque week-end :

Je m’abonne :
http://bit.ly/newsletter_elledit8

 

CARNET DE VOYAGE | Goodbye Manchester, hello London #4

Dakota Hotel Manchester

Dernières heures à Manchester. Quartier libre avant un dernier déjeuner. Derniers instants au Dakota Hotel. J’en ai profité pour travailler sur le guide de voyage à paraître aux éditions Gallimard en collaboration avec des confrères. Ultimes photos avant de poursuivre notre voyage de presse culture & food à Londres.

Mes dernières heures au Dakota Hotel Manchester

On en parle, du lobby ? Trop original ! On retrouve l’atmosphère masculine évoquée dans le premier sujet. Ces couleurs sombres et chaudes qui rendent l’hôtel si cosy … Juste en face : deux petit salons en enfilade où nous nous retrouvions avant de partir en visite. Suivez le guide.

Dakota Hotel, Manchester

Vous noterez le sens du détail dans les choix effectués. Les bûches entassées offrent une belle harmonie avec les autres éléments de décoration. Spot idéal pour attendre son taxi en feuilletant un magazine ou attendre sa moitié remontée chercher son téléphone dans la chambre …

salons-côté-bar-dakota-hotel-manchester

Laissons le lobby derrière nous et avançons côté bar. Refaire le monde dans des assises aussi confortables pourrait durer des heures … La playlist réussie du Dakota Hotel apporte un petit plus des plus appréciables. La mélomane que je suis est sensible à la musique. Je trouve qu’elle fait partie intégrante de l’expérience.

Un dernier déjeuner à Manchester 

Mission accomplie. J’ai avancé sur le guide de voyage en préparation et complété l’album photos du Dakota Hotel. Il est temps de rejoindre les autres au Refuge. Andy a réalisé un sans faute jusqu’ici. Je suis curieuse de découvrir l’adresse du jour. On a mangé  » world food  » chez Mackie Mayor, indien chez Mowgli,  » creative food  » au bistrot tendance Kala. Qu’est-ce qui nous attend au Refuge ?

The-Refuge-by-Volta-Manchester-©-joelle-bah-dralou

Avant de s’attabler, le cadre fait son œuvre. Entrée par le lobby baigné de lumière de l’hôtel Principal, un hôtel 5 étoiles de Manchester. Spectaculaire dôme de verre. Quelques marches sur la gauche mènent au Refuge, un restaurant-bar organisé en plusieurs espaces. L’adresse trendy a pris ses quartiers dans l’ancien siège d’une compagnie d’assurance. Des travaux de taille en ont fait un lieu stylé couru des gourmets, freelancers et autres amateurs de cocktails.

The Refuge by Bolta, Manchester

Au Refuge, on petit-déjeune anglais, on partage des mets healthy, on déguste des cocktails créatifs en agréable compagnie. Enorme coup de coeur pour ce cadre d’exception. Aux heures creuses, je me poserais volontiers avec mon ordinateur dans le jardin d’hiver, si j’habitais Manchester. Fan de la lumière qui enveloppe Le Refuge. Je retiens l’adresse pour ma prochaine venue !

The Refuge, Manchester

The Refuge
Oxford Street, Manchester 

Retour au Dakota Hotel pour récupérer nos valises. Je ne peux que vivement vous recommander d’inscrire Manchester sur la liste de vos escapades, cet automne. Si vous avez manqué ce voyage cet été, j’ai épinglé mes stories pour voir ou revoir les expériences vécues. Rendez-vous sur Instagram ! 

Dakota Hotel Manchester

Dakota Hotel
23, Ducie Street, Manchester

Mes chaleureux remerciements à l’équipe du Dakota pour l’accueil réservé. Une pensée toute particulière pour chaque personne rencontrée dans le cadre du Manchester International Festival. Chacune a contribué à faire de ce voyage de presse un voyage mémorable. Vraiment. 


Quoi de neuf à Manchester ?

Avant de monter à bord du train pour Londres, j’ai vu passer une info qui devrait vous intéresser. C’est le type de suggestions que je partage avec les abonnés de la newsletter du week-end, mais la nouvelle tombe à point nommé ! Je vous laisse en juger :

MANCHESTER FOOD & DRINK FESTIVAL 2019
26 sept – 7 oct
http://foodanddrinkfestival.com

Au programme :
• Marchés temporaires
• Ateliers culinaires
• Food trucks …

… et plus encore pour découvrir les tendances culinaires du moment en Grande-Bretagne et ailleurs dans le monde. Déclic ?


Londres : le voyage continue

Deux heures de train et voilà la petite troupe arrivée à Londres pour de nouvelles aventures. Le programme annoncé s’annonce aussi alléchant qu’à Manchester. Une différence : ici, je suis en territoire connu. Je ne compte plus les fois où je me suis rendue là-bas depuis mes années fac. Direction le Radisson Edwardian Hampshire Hotel : un hôtel 5 étoiles idéalement situé pour profiter de la vie culturelle londonienne.

Radisson Blue Edwardian Hampshire Hotel

Le personnel nous a réservé un chaleureux accueil le jour de la Gay Pride à Londres. Si vous ne le savez pas, c’est une véritable institution, là-bas. Avec la foule enthousiaste dans les transports et dans les rues, j’étais ravie d’avoir réussi à voyager léger une fois de plus. Je deviens experte en matière. J’ai réussi à faire tenir toutes mes tenues pour une semaine dans un bagage cabine. Je n’en suis pas peu fière ! Impossible ensuite d’y glisser une feuille de papier, mais pari tenu. On découvre la chambre ?

Radisson Blu Edwardian Hampshire Hotel, Londres

Sobre, fonctionnelle, avec vue sur London Eye et les toits londoniens. Un charmant paquet m’attendait avec quelques présents typiquement britanniques. Délicate attention ! Vous avez dû voir passer mon nouveau porte-carte vert Aspinal of London sur Instagram. Je l’ai vite adopté ! Nous avions quartier libre l’après-midi, avant de se retrouver pour le dîner au Leicester Square Kitchen, le restaurant de l’hôtel. Cuisine mexicaine et péruvienne à la carte. Cette gastronomie et moi ne nous quittons plus depuis Genève, me semble-t-il … Trop contente !

Leicester Square Kitchen, Londres

Au dîner, j’ai fait la connaissance de Jessica : la journaliste suédoise qui a rejoint le groupe à l’étape londonienne. Lorsque deux passionnées de voyages se rencontrent, de quoi parlent-elles ? De voyage, bien sûr ! Les voyages passés, ceux à venir, ceux dont nous rêvons. Et une belle rencontre de plus. Une ! La suite au prochain épisode …

Radisson Edwardian Hampshire Hotel
31-36 Leicester Square, Londres


BON PLAN À LONDRES

Les bonnes nouvelles se succèdent. Eurostar propose des places à 34€ le trajet entre Paris et Londres jusqu’au 23 septembre. Tarif valable pour des voyages entre le 1er octobre 2019  et le 17 janvier 2020. Vous laisserez-vous tenter ?

Eurostar
https://www.eurostar.com


INFOS PRATIQUES

Comment aller à Manchester ?

En avion :

– Vols au départ de Paris et de plusieurs villes de France (Bordeaux, Lyon, Nantes, Toulouse …) dès 108€
– 1h30 de vol

Trajet aéroport – centre-ville aisé. Suivre The Station et prendre un billet pour Manchester Piccadilly (15-20 min de transport).

En train :

– Trajet Paris – Londres en Eurostar (dès 78€)
– 2h15 de train

– Trajet Londres – Manchester (les tarifs fluctuent beaucoup d’un opérateur à l’autre / à la période de réservation). Nous avons effectué le trajet avec Virgin Trains.
– 2h de train

Où dormir à Manchester ?

Au Dakota Hotel : nouveau boutique hôtel à deux pas de la gare de Manchester Piccadilly. Idéalement situé pour (re)découvrir la ville. A partir de 134€.

DAKOTA HOTEL MANCHESTER : 29, Ducie St, Manchester 


Pour préparer votre voyage à Manchester :

www.visitbritain.com

www.visitmanchester.com


Voyage de presse Visit Britain

Joëlle Bah-Dralou
@elledit8

Jour 1 : http://www.elledit8.com/carnet-de-voyage-decouvrir-manchester/

Jour 2 : http://www.elledit8.com/manchester-international-festival/

Jour 3 : http://www.elledit8.com/manchester-tree-by-idris-elba-mif/

Jour 4 : http://www.elledit8.com/carnet-de-voyage-manchester-londres/

Jour 5 : http://www.elledit8.com/carnet-de-voyage-londres-ville-culture/

Jour 6 : http://www.elledit8.com/carnet-de-voyage-derniers-instants-a-londres-6/



Abonnez-vous à la newsletter Elle dit 8 pour retrouver des suggestions exclusives chaque week-end

Je m’abonne :
http://bit.ly/newsletter_elledit8