Étiquette : Paroles de Blogueuses

PDB | J’ai tout quitté pour une vie nomade, Florence

Paroles de Blogueuses - Expériences Luxe

Il y a quelques mois encore je rêvais secrètement de devenir digital nomad. J’avais (enfin) trouvé ma place dans l’enseignement auprès des adolescents en difficulté mais il manquait quelque chose pour parfaire mon monde professionnel. Une vie nomade passée à explorer le monde y répondrait peut-être. La rédaction de notre guide de voyage Guadeloupe l’Essentiel avait ouvert une porte que je n’avais pas envie de refermer. J’ai trouvé une plénitude dans la combinaison voyage / écriture. Charles aussi s’était pris au jeu. Habitué aux photos de studio, il prenait de plus en plus de plaisir en reportage. Et puis l’idée de s’installer un temps à New York nous a traversé l’esprit. Ou au Canada, pourquoi pas? Trop froid. Et puis on a songé se rapprocher de la famille en Guadeloupe. Beaucoup d’envies contradictoires dictées par des pulsions. Ma nature réfléchie a repris le dessus. Je me suis posée. De quoi avais-je réellement envie? Avait-on véritablement besoin de partir pour se réaliser? J’avais la réponse. Des voyages et du journalisme pour moi, des voyages et de la musique pour lui. Le voilà notre équilibre. Inutile d’aller le chercher à l’autre bout du monde, il est là, à portée de main. De nouveaux projets se sont alors dessinés. Reprendre nos études pour aller au bout de nos rêves s’imposait. Mieux. Nous enthousiasmait. Sereine depuis ces choix, je prends encore plus de plaisir à découvrir les aventures de ceux qui ont sauté le pas pour vivre une vie nomade. C’est le cas de Florence alias @experiencesluxe. Première rencontre : le #WAT16 où je découvre son univers en échangeant brièvement dans les rues de Bruxelles. Deuxième rencontre : un déjeuner cette semaine au E7 de l’hôtel Edouard 7 où on a pris le temps, où on s’est découvert de nombreux points communs. Entre les deux : l’annonce de son grand saut pour une vie nomade. Entre les deux : Bangkok, Portland, les grands espaces canadiens… Une invitation dans Paroles de Blogueuses s’imposait. Je suis ravie d’ouvrir cette nouvelle saison en sa compagnie autour d’un si beau sujet.

Paroles de Blogueuses - Vie nomade

1. Qu’est-ce qui t’a motivé à tout quitter pour une vie nomade il y a 6 mois?

Cela fait déjà quelques années que cette idée de nomadisme nous trottait dans la tête à mon compagnon et à moi-même. La seule chose pour laquelle nous avons tardé à passer à l’acte est ma passion pour l’équitation ! Pas facile de transporter sur son dos son cheval et son matériel, d’autant plus que je pratiquais ce sport quotidiennement et que je faisais aussi des compétitions. En septembre 2016, j’ai atteint un certain nombre de mes objectifs équestres mais c’est aussi la sensation du temps qui file (j’ai déjà 32 ans …) qui m’ont permis de franchir le pas et de me dire que c’était le moment idéal pour passer à une autre étape de ma vie. Nous avons pris la grande décision au mois de novembre 2016 et le 1er avril 2017 nous quittions Toulouse pour une nouvelle vie d’aventures.

2. As-tu trouvé l’objet de ta quête dans ta vie nomade ces derniers mois? 

Le principal leitmotiv de cette expérience est d’avoir une vie plus trépidante. Même ces dernières années en voyageant quasiment un quart de l’année, la vie quotidienne à Toulouse avait un sentiment de routine qui commençait à me déplaire et je pense que c’est le cas dans n’importe quelle ville du monde. C’est vrai qu’en bougeant plus fréquemment, la notion de routine est un concept bien étranger !

J’ai commencé mon aventure à Bangkok pour les 2 premiers mois. Une mégalopole très dynamique mais aussi peu reposante. A la fin de cette période je ressentais un certain manque de nature et d’espace, choses très peu présentes dans la capitale thaïlandaise. J’ai continué mon séjour avec un road trip dans l’Ouest Canadien pendant un mois : ma dose de grands espaces et d’aventures ont été grandement comblées par des paysages grandioses et des expériences plus authentiques. J’ai passé ensuite 2 mois sur la côte ouest des USA à Portland, une ville de taille moyenne très connue pour son coté hipster. J’ai pu découvrir et m’imprégner de « l’American Way of Life » et ce fut un vrai régal ! Mi-septembre, je regagnais l’Europe (après un rapide stopover à New York de 5 jours) et plus précisément Paris. J’ai toujours aimé cette ville et c’est un vrai plaisir de revenir sur le sol français après 5 mois à l’étranger.

3. Beaucoup de freelances rêvent de larguer les amarres un jour pour une vie nomade. La réalité de ce mode de vie est-elle aussi idyllique que sur le papier ?

Je ne pense pas que la vie nomade soit une vie idéale. C’est comme dans tous les choix de vie un équilibre subtil entre avantages et inconvénients. Pour ma part les cotés positifs sont bien plus nombreux et c’est pourquoi je continue dans cette voie ci.

Commençons par les inconvénients : les principaux sont liés au confort de vie ! Mon appartement très agréable à Toulouse, ma voiture et tous mes habits ont été remplacés par des appartements plus petits, souvent décevants (et oui on a toujours des surprises en arrivant avec le wifi qui ne marche pas correctement, des travaux dans la rue avec du bruit très tôt, …) et au niveau des vêtements, impossible de transporter une garde robe complète, il faut renoncer à cela… Après le principal inconvénient est sans doute l’isolement : pas facile de créer des liens avec les gens quand l’on est de passage et que l’on reste quelques semaines seulement. Encore une fois cela dépend grandement des villes, à Bangkok par exemple ce fut très rapide et facile de rencontrer du monde, à Portland beaucoup moins.

Du côté des avantages, ils sont très nombreux : une vie bien plus dynamique, une découverte permanente, un enrichissement personnel de part la succession de différentes cultures et modes de vie. J’ai le sentiment d’avoir énormément « grandi » depuis mon départ il y a tout juste 6 mois … Cela a aussi redonné un sens à mes priorités dans la vie : certes j’aime bien prendre soin de moi et j’aime les belles choses mais je ne veux pas que ce soit au détriment de mes expériences de vie.

4. Comment organise-t-on un tel changement de vie? Raconte-nous les coulisses de tes préparatifs.

Nous avions prévu un laps de temps de 3 mois pour tout régler avant de partir : préavis de l’appartement, mise en vente de mon cheval, de ma voiture, de mes meubles et un bon tri pour se débarrasser de tout. J’ai fait le choix de ne rien garder et j’avoue que c’est un sentiment intense de liberté qui m’a envahie au fur et à mesure que mes biens matériels disparaissaient.

Du côté du travail, mon compagnon et moi-même travaillons sur internet depuis plusieurs années donc nous n’avions rien à préparer à ce niveau là !

Après c’est une organisation au quotidien. Nous faisons le choix de ne pas trop prévoir à l’avance (1 à 2 mois à l’avance maxi) car nous voulons garder la liberté de changer d’avis (et ces 5 derniers mois nous ont prouvé que l’on pouvait changer d’avis une bonne dizaine de fois dans la journée ^^). On réfléchit en terme d’envie et de saisonnalité (que ce soit le bon moment au niveau météo mais pas la saison trop touristique) et nous prenons nos vols. Avec le temps j’ai appris à organiser mes voyages plutôt vite et je profite de cette compétence chaque jour !

5. Vous reprenez la route bientôt. Quelles seront vos prochaines escales ?

Début novembre, nous nous envolons pour l’Australie !! Je suis hyper heureuse de découvrir l’Océanie pour la toute première fois ! Nous allons passer 3 semaines là-bas puis 3 semaines en Nouvelle Zélande ! Pour la suite rien n’est encore décidé. Comme je le disais précédemment, nous gardons la liberté de voir à ce moment là, qui sait ce dont on aura envie après un mois et demi d’aventures sur la route !

Merci infiniment pour cet échange sur ta vie nomade Florence! Je ne doute pas que ton expérience inspirera les digital nomads en sommeil. Je vous invite à suivre @experiencesluxe dans la suite de ses aventures côté Océanie cette fois. Mon petit doigt me dit qu’on va se régaler avec ses stories! En attendant le grand départ, Florence profite de sa parenthèse parisienne. Elle m’a confié profiter des bons plans culturels partagés dans la newsletter hebdomadaire et mes stories Instagram. Grateful! On s’est donné RV vendredi prochain pour un nouveau déjeuner, au Noto cette fois. Elle ne peut quitter Paris sans avoir goûté la cuisine de Patrick Charvet : mon chef préféré.


Un article de ton blog que tu apprécies tout particulièrement

L’hôtel du Palais à Biarritz est mon article préféré ! C’est un palace  magnifique en front de mer et son histoire m’a toujours fasciné. Quand j’ai séjourné là bas en février dernier, j’ai vraiment réalisé l’évolution que prenais mon blog et cela m’a rendu encore plus impatiente de relater mon histoire dans ces lieux.

Ton voyage coup de coeur

Le Japon ! J’y suis déjà allée 3 fois et je ne compte pas m’arrêter là ! C’est un véritable coup de coeur !

Paroles de Blogueuses - vie nomade

Une rencontre inspirante

Mon compagnon Gildas avec qui je partage ma vie depuis 16 ans. Nous nous sommes rencontrés très jeunes, nous avons grandi ensemble et il m’inspire chaque jour à progresser, m’élever peu à peu vers une version meilleure de moi-même. Il me pousse aussi beaucoup à réaliser mes rêves, notamment avec mon blog Expériences Luxe.

Ton livre préféré

La semaine de 4 heures de Tim Ferriss. C’est un peu ma bible, mon livre de chevet vers lequel je me réfère plusieurs fois par an. C’est un livre que tout le monde devrait lire, il a changé ma manière de voir la vie et me conforte chaque jour un peu plus dans une voie moins conformiste.

Une photo qui t’inspire

Une photo réalisée par Mathieu Ricard qui a réussi a capter un temple bouddhiste dans la brume. Cela reflète des notions qui me semblent primordiales: le voyage, la patience, le côté éphémère des choses …

Paroles de Blogueuses - vie nomade

Mathieu Ricard, Namo Buddha – Yellow Korner


Florence  | @experiencesluxe

www.experiencesluxe.com


LA NEWSLETTER DU WEEK-END

LA LETTRE |  Larguer les amarres

  • Edito : J’ai rêvé d’une vie nomade
  • 3 idées pour La Nuit Blanche à Paris
  • Mon livre de la semaine
  • 4 coups de coeur Pinterest (déco, quotes, mode homme,food)
  • Mon blog coup de coeur
  • L’agenda de ma semaine 

La citation du week-end : 

Je ne suis pas ce qui m’est arrivé,

je suis ce que j’ai choisi d’être.

Carl Gustav Jung

 

PDB | Des clés pour réussir le retour d’expatriation, Marlène

Marlène c’est la blogueuse talentueuse, créative et attachante qui se cache derrière le blog La Girafe qui Vole. Petite pépite de la blogosphère voyage, elle se passionne pour l’Afrique: continent (à tort) délaissé par les travel bloggers. Premiers échanges sur Instagram au hasard du hashtag #AfriqueduSud: pays en bonne position sur la liste de mes envies. Vous commencez à savoir comment je fonctionne: avant de partir vers une destination rêvée, j’aime glaner des conseils d’insiders et de voyageurs en amont, recueillir des adresses authentiques, échanger avec des personnes qui y ont vécu ou s’y sont rendus pour une première fois juste magique. L’Afrique du Sud ne déroge pas à la règle. Le projet mûrit au fil de belles rencontres comme celle du jour. Marlène est partie s’installer là-bas avec sa petite famille et est revenue en France l’été dernier. Elle m’a raconté son retour d’expatriation avec beaucoup de sincérité lors de notre première rencontre. Une invitation dans Paroles de Blogueuses s’imposait.

Avant de parler de ton retour, peux-tu nous dire quelques mots sur ta dernière terre d’expatriation. Pourquoi l’Afrique du Sud?

J’étais partie en Namibie par hasard. J’avais trouvé un poste là-bas et pendant près de deux ans je me suis imprégnée de ce pays. J’en suis tombée amoureuse, mais j’avais laissé mon conjoint en France. Au retour, je me suis dit qu’un jour je retournerais en Afrique, en Afrique du Sud, en particulier dans la ville du Cap. Lorsque je vivais en Namibie, je suis partie quelques jours au Cap et j’ai eu un vrai coup de coeur pour cette ville. J’ai senti que c’était une ville ouverte avec la possibilité d’évoluer professionnellement et d’avoir des enfants là-bas. Le côté nature me plaisait, le côté ville me plaisait, et l’Afrique reflète pour moi un pays arc-en-ciel comme on dit, très cosmopolite, avec plein de populations, plein d’ethnies, plein de paysages à couper le souffle, des animaux. L’Afrique du Sud c’était pour moi le bout du monde mais une évidence.

Comment as-tu vécu cette seconde expatriation? Etait-elle fidèle à  tes attentes?

Cette fois je partais avec mon enfant et mon mari, donc avec une approche différente de la fois précédente en Namibie. Tout était à recréer, à réorganiser: trouver un appartartement, se faire une nouvelle routine, de nouveaux amis. Il faut être curieux, garder l’esprit ouvert pour découvrir plein de choses. Il faut se préparer à ça, moi je l’étais, mon conjoint aussi mais il n’avait jamais vécu l’expérience de l’expatriation. Du coup on s’est redécouvert tous ensemble. L’adaptation se fait au fil des mois, ça ne se fait pas tout de suite. Il faut prendre ses marques.

On lit beaucoup de conseils pour l’étape qui précède le départ, de nombreux témoignages sur l’expérience sur place mais pas tant que ça sur le retour. C’est précisément le sujet qui m’intéresse. Comment as-tu vécu ce retour d’expatriation?  

Notre retour on l’a réfléchi. Quand on fixe une date, tout se déclenche petit à petit, on réalise de plus en plus. Le jour J est arrivé. On rentre en France. Il y a eu une super euphorie avec nos proches, les personnes qu’on n’a pas vu depuis longtemps. On est content de partager avec les uns, avec les autres. Il y a certaines personnes avec qui on ne partage rien parce qu’il n’y a pas particulièrement de curiosité. Avec certains, la curiosité dure quelques minutes, c’est tout et on passe vite à autre chose. Les premières semaines et premiers mois, c’est super parce que t’as envie de revivre l’expérience vécue au travers des mots, des photos. Et puis au bout d’un moment, au bout de quelques mois, quelques semaines parfois, ça dépend des personnes, eh bien il y a le contrecoup. On se dit OK, maintenant on est rentrés en France, eh bien il va falloir recommencer à zéro, recommencer à avoir de nouvelles habitudes, reprendre ses marques. On se demande ce qu’on va faire de sa vie. Et je crois que c’est ça qui est le plus difficile. La force c’est de pouvoir communiquer si on est heureux, si on n’est pas heureux, nos émotions. Le fait de parler de nos sentiments, le fait de continuer à parler de nos expériences, c’est important. Ce qu’on a fait ce n’est pas rien. Certes la nostalgie s’installe au fil du temps mais c’est important de partager avec la personne avec qui on a vécu ça quand on a la chance de partir à 2, mais aussi avec d’autres personnes qui sont réceptives. Tout le monde ne l’est pas. Il y a certaines personnes qui vont juste demander « Ça va Marlène le retour? » Tu vas bien? C’est hyper rare comme question mais hyper important. Ça compte de pouvoir s’entourer de personnes comme ça avec qui tu sens que tu peux continuer à en parler et que ça ne tombe pas aux oubliettes. Le contrecoup il est là. On est partis de France pour une nouvelle vie en Afrique du Sud et le retour à la case départ est là. Il va falloir vivre autrement cette nouvelle vie en France, se trouver de nouveaux intérêts, rencontrer de nouvelles personnes pour se créer de nouvelles opportunités.

Quels conseils donnerais-tu pour bien vivre le retour d’expatriation?

Le retour ça se prépare. Si t’es pas préparé à rentrer, ça peut potentiellement être compliqué. Il faut se faire une raison et j’essaie de ne pas être trop triste, pas trop nostalgique en me créant une nouvelle dynamique. Joëlle il y a 3 ans je ne t’aurais peut être jamais rencontrée à l’époque où je vivais en France! J’écris sur le blog pour transmettre ma passion de l’Afrique, ma passion des voyages et ce que je découvre. Nous sommes rentrés l’été dernier, quand tout le monde partait en voyage. Ça serre un peu le coeur, on se demande quand va-t’on repartir…

Que conseillerais-tu à l’entourage pour faciliter le retour d’un expatrié?

L’entourage est primordial pour continuer à avancer sur de bonnes bases en France. Les amis, la famille, l’entourage sont importants. On ne les a pas vus pendant des mois et on a tellement envie de leur raconter. Mais parfois on n’ose pas, on n’a pas envie de les embêter. Il y’a parfois une timidité de leur part. Certains n’osent pas nous demander de peur de nous faire peut être de la peine. « Comme ils sont nostalgiques, on ne va pas leur en parler », mais c’est l’inverse en fait. On a besoin de raconter. C’est dur mais ça peu être moins dur en étant accompagné, en sortant avec des amis, en surmontant cette étape avec l’entourage.

Serais-tu prête à repartir un jour et si oui, où?

Oui, je conserve cette envie de partir ailleurs. Pas tout de suite. J’aimerais pouvoir me créer mon bout de chemin professionnel, et peut être dans quelques années repartir dans une ville avec ce côté nature qui est super important pour moi. Mon conjoint rêve du Brésil, moi plus du Canada, soit Vancouver soit Montréal. Le Brésil pourquoi pas, mais d’abord en vacances. Une chose est sûre, j’ai envie de découvrir d’autres contrées donc on verra…


Ton dernier voyage coup de coeur 

Une virée surprise dans la ville de Tromso, en Norvège en décembre dernier. J’ai organisé cette escapade de quelques jours en cachette et la surprise fut grande ! Une virée romantique sous la neige, les étoiles et les aurores boréales et en compagnie de quelques orques et baleines. J’ai adoré, la nature et les animaux m’avaient manqué !

Ton prochain voyage

L’Afrique me manquait…Calors je pars 10 jours en Ouganda en février prochain pour aller rencontrer les gorilles entre autreS. Un vrai rêve d’enfant de pouvoir enfin les rencontrer (du moins j’espère que j’en aurai l’occasion). L’Ouganda est un pays d’Afrique que je ne connais pas encore et j’ai hâte de le découvrir et de me retrouver un peu avec moi-même car je pars sans ma fille et mon conjoint.

Ta plus belle rencontre

Une de mes rencontres les plus marquantes a été avec les chimpanzés que j’ai observé, nourri et « dorloté » lors de mon séjour au Congo en tant que volontaire. C’était il y a déjà 9 ans… mais c’était mon rêve de pouvoir les rencontrer et j’ai passé plus de 5 semaines à leurs côtés. Je vais d’ailleurs parler de cette expérience sur mon prochain article, le premier de cette nouvelle année !

Ton parfum

Depuis que je suis partie en Afrique du Sud, j’ai pris l’habitude de ne plus mettre de parfum. Par contre, je mets du lait pour le corps à base (uniquement) de lait d’amande. J’adore cette odeur !


Ton livre de chevet du moment 

​Je​ viens de commencer le nouveau roman de Raphaelle Giordano. Le titre de ce roman m’a interpellé : « Ta deuxième vie commence quand tu comprends que tu n’en as qu’une« .​ J’adore en ce moment les livres sur le développement personnel et j’espère bien débuter l’année pour continuer à aimer la vie !

Un grand merci à Marlène pour ce partage et l’agréable moment passé toutes les deux. Après le brunch à Saint-Germain des Prés, elle m’a invitée à participer à son projet Portrait de rêveurs à découvrir sur son blog. Je vous en parle bientôt. J’adore l’idée! Avant de se quitter, s’il y a des ex-expatriés parmi nous, comment avez-vous vécu la phase de retour? 

La Girafe Qui Vole

lagirafequivole.com

PDB | Evasion gourmande à New York, Amy

Amy du blog Food Etcaetera et moi avons une connaissance en commun: la délicieuse Caroline du blog Et Pourquoi pas New York. Nous avons autre chose en commun: un élan pour la ville de New York, une passion pour les gourmandises (à une différence près: elle cuisine, je déguste) et un intérêt pour la photographie. Flâner sur son blog distille du bonheur, rien de moins. Je vous invite à découvrir le bel univers gourmand d’Amy ce soir.

Capture d’écran 2016-03-07 à 19.53.17

Comment définirais-tu l’offre à New York en matière de gastronomie ?

Pléthorique! Le revers de la médaille, cependant, c’est que la qualité est très inégale entre les restaurants proposant le même genre de cuisine. Et puis, il faut se décider non pas entre 2 restaurants, mais entre 20! Pour une grande indécise comme moi, c’est parfois problématique!

Qu’est ce que la vie à New York a changé à tes habitudes alimentaires ?

Le futur incertain de notre séjour à New York me donne une excellente excuse pour manger sans limites! Plus sérieusement, je dirais que mes habitudes alimentaires sont restées relativement similaires, tout en me donnant envie de m’ouvrir plus à la nouveauté. Et je profite un max des spécialités locales : je n’ai jamais autant mangé de burgers et de cheesecakes de toute ma vie !

Les pâtisseries américaines connaissent un certain succès outre-Atlantique, quelle est ta préférée ? Quelle adresse nous recommanderais-tu pour un tea-time gourmand ?

Je l’ai dit plus haut, je suis incapable de prendre ce genre de décisions, tant mon cœur balance! Mes deux favoris restent les cheesecake d’Eileens (Cleveland Place) et les cookies au beurre de cacahuète et chocolat de Levain Bakery (74th and Amsterdam). Pour un tea time sympa, je te conseille de traverser l’East River, direction Gowanus, à Brooklyn pour une (immense) tranche de tarte chez Four and Twenty Blackbirds. Accompagnée d’une tasse de délicieux thé et à la menthe et d’un supplément whipped cream! En plus, le quartier est super sympa, plein de studio d’artistes et de petits créateurs ! (449 3rd Avenue, Brooklyn)

pâtisserie

Quelles sont tes 3 adresses gourmandes favorites à New York?

Outre les trois citées ci-dessus, j’ajouterai Gradisca, pour des pâtes façonnées à la main à tomber par terre (128 West 13th Street), Glasserie pour un brunch méditerranéen complètement décadent, dans le quartier encore pas (trop) touristique de Greenpoint (95 Commercial Street, Brooklyn) et Bare Burger, parce que tu ne peux pas quitter New York sans avoir dévoré un bon gros burger, mais organique, pour faire comme les New Yorkais !! Compose-le toi-même (avec de la confiture tomates-figues par exemple, ou un des 3 patties végétariens à choix!) et n’oublie pas de commander une grande portion de frites accompagnées de ses 4 sauces! (Plusieurs adresses dans Manhattan & Queens)

New York

Notre entrevue s’achève, Amy. Avant de se quitter, j’aimerais connaître ton dernier coup de cœur foodie à New York.

Le tout dernier en date? Artichoke pizza, les meilleures pizzas Margherita que j’aie mangé depuis très, très longtemps!


Ton plus beau voyage jusqu’ici

Le cadeau de mes 20 ans, deux semaines dans les îles grecques avec mes grands-parents. J’y ai découvert des paysages à couper le souffle et rien ne vaut des vacances « à la maison » avec les gens qu’on aime!

Une rencontre inspirante

Toutes celles, furtives ou non, que je fais New York. Cette ville est une source inépuisable (bien qu’épuisante) d’inspiration et de génie!

new york

Ton livre préféré

Acide Sulfurique, d’Amélie Nothomb.

Ton artiste préféré

Damien Saez

Une photo qui t’inspire

Ce n’est pas la plus belle, elle a probablement été prise avec un vieil appareil photo 4 mégapixels il y a des lustres, mais elle me ramène aux souvenirs doux-amers d’instants magiques, chez moi, en Grèce!

Grèce


Un grand merci à Amy d’avoir accepté de nous ouvrir son carnet d’adresses. Je vous y emmène lors de mon prochain voyage à New York à sa rencontre. L’idée d’un blog trip gourmand là-bas avec My Trendy Agency dans l’idée du city-trip de ce week-end avec Mymy Cotton guidées par Alex on the Road commence à me trotter dans la tête.

Vous commencez à me connaître, lorsque quelquechose me trotte dans la tête, ces derniers temps…
See you, Amy!


Food Etcaetera

www.foodetcaetera.com

PDB | Working mum : ce que la maternité a changé à ma vie, Emilie

En ce premier lundi de vacances, j’ai eu envie de consacrer ce nouveau numéro de Paroles de Blogueuses aux copines nouvellement maman. A 30 ans et des poussières, les bonnes nouvelles se multiplient dans mon entourage. La semaine dernière j’ai retrouvé avec bonheur une copine avec qui je travaillais aux Antilles. Et vous savez quoi? Elle est la jeune maman d’une petite Inès. J’adore ce prénom! Je vous vois venir avec vos gros sabots: « et toi Joëlle c’est pour quand »? En toute honnêteté, Charles & moi y songeons. Nous y avons beaucoup pensé le premier mois qui a suivi notre mariage, puis le second et puis d’autres projets ont vite repris le dessus. Une question revenait souvent: « est-ce que c’est le bon moment »? A l’unanimité dans notre entourage, il paraît qu’il n’existe pas de bon moment. J’ai voulu un premier voyage à New York (done), Charles a voulu reprendre le jazz (done), j’ai pensé me lancer dans l’entrepreneuriat (done), on a un guide à promouvoir à la rentrée, un projet à développer à New York, envie de s’expatrier 1 an ou 2 aux Etats-Unis, envie de réaliser un long-métrage pour lui, envie d’écrire un roman pour moi… Alors bon. Le timing ça compte un peu quand même. La vie ne s’arrête pas avec l’arrivée d’un enfant, mais ça chamboule pas de choses quand même. Charles & moi sommes en accord: hors de question de faire une croix sur nos rêves en construisant notre famille. Il va donc avoir une vie bien rythmée ce petit Pinprinou! Oui oui, on lui a déjà donné un petit nom… Je m’égare, je m’égare. Pour aborder le sujet de la parentalité, j’ai invité Emilie du blog Lifestyle La minute d’Emy. Les blogueuses qui flânent sur Hellocoton la connaissent forcément; ses sujets pratiques font souvent la une de ce réseau de blogueurs phare.

Emilie_laminutedemy

 Qu’est-ce que la maternité a changé dans ta vie professionnelle ?

Je ne peux plus partir travailler de bonne heure au travail car je dois préparer mon bébé et l’emmener chez son assistante maternelle. J’arrive au bureau un peu avant 9h. J’aime arriver tôt au travail et avoir le temps d’ouvrir mes dossiers et de m’y mettre avant que tous mes collègues n’arrivent. J’essaie également de ne pas quitter trop tard pour pouvoir profiter un peu de mon fils en soirée.

La presse féminine parle souvent du grand bouleversement qu’est l’arrivée d’un enfant dans la vie d’une femme. Y a-t-il des choses que tu n’as plus le temps de faire dans ta vie personnelle depuis l’arrivée de ton fils ?

Le shopping ! Concrètement, je n’ai plus trop le temps de faire du shopping pour moi à cause des essayages qui seraient difficiles avec mon bébé. Pour le reste, je m’organise et puis mon conjoint m’aide beaucoup.

Quel profil de maman penses-tu être ?

Une maman dynamique et connectée qui mène de front sa carrière professionnelle car cela est important pour moi de continuer à évoluer et sa vie de famille. Je poursuis également mon parcours dans la blogosphère, c’est ma bulle de sérénité.

Le retour au travail s’accompagne souvent d’angoisses et de soucis d’organisation les premières semaines. Quels conseils pratiques donnerais-tu à une maman en fin de congé maternité pour une reprise optimale ?

Je pense qu’il faut qu’elle profite à fond de son congé maternité car ce sont des moments précieux et qui passent si vite. J’ai très peu pensé à ma reprise du travail car, justement, l’angoisse revenait assez vite. Du coup, j’ai profité à fond de mon bébé et j’ai repris sereinement sans trop de stress même s’il était sûrement présent en moi.

Dans une vingtaine d’années, qu’aimerais-tu que ton fils dise de toi ?

« Je suis fière de toi maman ».


Ton plus beau voyage jusqu’ici

Mon road trip aux Etats-Unis, deux semaines de découvertes dans l’ouest américain. C’est la visite en plusieurs étapes de la Californie, du Nevada et de l’Arizona. On en a profité pour parler avec des Américains pour savoir comment ils vivent et mieux cerner leur mode de vie : c’était génial ! J’ai autant aimé visité les Grands parcs (Sequoia, Yosemite, Grand Canyon) que les centre-villes comme « San Francisco » par exemple.

Las-Vegas

Une rencontre inspirante

J’ai rencontré un professeur à l’Université qui a su me remotiver et me préparer à un oral de concours. Il m’a redonné confiance en moi et a su trouver les qualités en moi nécessaires à ma réussite. Je lui dois beaucoup !

Ton livre préféré

« Jamais sans ma fille », je l’ai lu plusieurs fois adolescente et la force de cette histoire est restée gravée à jamais dans ma mémoire. « Jamais sans ma fille » est un récit véridique et passionnant. C’est le combat d’une femme pour sa liberté, qui arrive à ne pas perdre espoir même dans les conditions les plus difficiles car elle est retenue otage par son propre mari en Iran.

Ton artiste préféré

Je n’ai pas d’artiste préféré. Cela peut sembler bizarre mais je suis tout sauf fan d’un artiste préféré. Cela n’empêche pas que j’aime aller au cinéma ou que j’adore écouter de la musique.

Une photo qui t’inspire

C’est une photo de l’île de ma maman : la Martinique, je dis souvent que c’est mon île car elle me manque beaucoup ainsi qu’une partie de ma famille qui y vit.

martinique


Merci à Emilie d’avoir accepté mon invitation. Je vous invite à la retrouver sur son blog lifestyle & famille pour découvrir ses billets d’humeur, ses conseils pratiques, ses réflexions, ses coups de coeur déco…

Elle s’y livre avec beaucoup de sincérité.


La Minute d’Emy

www.laminutedemy.com

Paroles de Blogueuses – Arrêt sur image à San Francisco, Zoë Bancel

Nouvelle jolie rencontre sur les réseaux sociaux avec Zoë du blog Few Miles Away. Une superbe galerie ensoleillée sur Instagram, des articles passionnants qui me font parcourir les Etats-Unis et ailleurs, d’agréables échanges sur Twitter: inviter Zoë dans Paroles de Blogueuses s’imposait. Elle m’a initiée à la fameuse #BattlePhoto que  je voyais passer sans en connaître les tenants et aboutissants. En tombant sur le fil d’une jolie série de photographies, j’ai demandé à Zoë qui y participait quelques précisions. Elle m’a tout expliqué et depuis j’ai rejoint la joyeuse équipe de voyageurs menée par Cédric. Ce soir, j’ai souhaité que Zoë nous emmène dans sa ville d’adoption. Nous partons donc à San Francisco qu’il me tarde de retrouver.

San Francisco

Qui a voyagé à San Francisco a sans doute eu comme moi un coup de foudre pour la ville. La perspective doit varier quelque peu lorsqu’on y habite. Quels seraient tes 3 bémols par rapport à la vie à San Francisco ?

– Le coût de la vie en général et le problème actuel des logements. Il faut savoir que San Francisco fait partie des villes les plus chères des Etats-Unis.

– La météo ! Tout le monde pense « Wahouu Californie, palmiers et plages ! » mais non. San Francisco est une ville légèrement différente des clichés que l’on peut se faire de la Californie. Gardez à l’esprit la célèbre citation de Mark Twain : « L’hiver le plus froid que j’ai passé était un été à San Francisco ».

– Beaucoup de gens ont un image idyllique de San Francisco suite à des reportages qu’ils ont vu à la télé : les belles maisons victoriennes, les coffee shops branchés, et la Tech. La réalité est légèrement plus sombre et moins belle à voir : des gens faisant la queue sur plusieurs quartiers pour un repas chaud ou un endroit où dormir,  des rues remplies d’urine et de seringues de drogue. Cette image est rarement vue par les touristes car visible uniquement dans les quartiers dit «  à éviter » sur leur guide, tel que Tenderloin. C’est malheureusement l’envers de la carte postale.

A l’inverse, cite-nous 3 petits ou grands bonheurs de la vie à San Francisco.

  • La qualité de vie et l’ouverture d’esprit des habitants de San Francisco. Il y a une douceur de vivre dans cette ville qui est vraiment agréable, les gens sont tous très ouverts et « friendly ». On ne retrouve absolument pas le côté stressant des grandes villes.
  • Pour avoir voyagé dans le pays, je peux dire sans hésiter que nous avons énormément de chance au niveau de la gastronomie. Entre les produits organics, les locavors et toutes les saveurs des différentes cultures, nous sommes bien lotis à ce niveau là.
  • Être près de tout. En moins d’une journée de route on peut se retrouver à la montagne à faire du snow, ou dans l’océan sur une planche de surf. Il y a toujours des choses à voir ou à faire.

San Francisco

Quelle est ta dernière adresse coup de cœur?

Flora Grubb Gardens, cette adresse est une petite « gem » dans une grande ville comme San Francisco, un pépiniériste ou l’on peut boire un très bon café au calme au milieu des succulents et autres plantes. C’est devenu notre sortie dominicale !

Pour ceux qui envisagent un voyage à San Francisco prochainement, quels seraient tes 5 incontournables tous horizons confondus ?

Dur de résumer cette ville complexe en seulement 5 attractions ! Voici le top 5 que je donnerais à quelqu’un qui veut un peu sortir des endroits touristiques et des sentiers battus :

  1. Bon le Golden Gate Bridge bien sur ! C’est quand même l’emblème de la ville et il serait dommage de ne pas se rendre sur le pont ou d’aller le voir de plus près.
  2. Mission district : Le quartier mexicain de San Francisco est beaucoup moins connu que d’autres quartiers de la ville tels que Chinatown ou Fisherman’s Wharf mais ça vaut vraiment le détour. Amis du street art, Mission est fait pour vous : de Clarion Alley au Women’s Building en passant par Balmy Alley, vous ne serez pas déçus.
  3. Les parcs : Bernal Heights, Corona Park, Dolores Park ou encore Grand View Park. Vous trouverez là des vues à couper le souffle, sûrement les plus belles vues de San Francisco.
  4. Haight-Ashbury, le quartier emblématique du mouvement hippie et du « Summer of Love ». J’aime l’atmosphère un peu psychédélique qui se dégage de ce quartier et c’est l’endroit idéal pour faire du shopping !
  5. Le Japanese Tea Garden au cœur du Golden Gate Park. Je vous recommande d’y aller pendant le Cherry Blossom, les arbres en fleurs sont magnifiques.

San Francisco

Notre entretien s’achève déjà, Zoë. Si on se donnait rendez-vous dans 5 ans, dans quelle ville penses-tu être installée?

Sûrement en Europe, plus proche de ma famille (dans le sud de la France ou en Espagne). Je compte rester encore un peu aux USA pour obtenir la double nationalité, et ne pas perdre ma Carte Verte. Après toutes ces années de démarches administratives on ne voudrait pas tout perdre en rentrant en France… Et qui sait, peut être revenir un jour ?


Ton plus beau voyage jusqu’ici :

J’ai eu un énorme coup de cœur pour le Mexique et notamment pour la ville de Tulum sur la Riviera Maya. J’espère pouvoir découvrir le reste du pays très prochainement.

Une rencontre inspirante

La rencontre avec la personne qui m’a permis de vivre cette aventure d’expatriation, et qui me pousse tous les jours à faire des nouvelles choses, comme par exemple créer mon propre blog : mon mari.

Ton livre préféré

Pas un livre mais sept ! J’ai littéralement dévoré la série de Armistead Maupin et ses « chroniques de San Francisco ».

Ton artiste préféré

Plutôt un groupe : AC/DC

Une photo qui t’inspire

Toutes les photos en mode « Wanderlust » avec de superbes paysages

wanderlust


Un grand merci à Zoe pour cette nouvelle dose d’inspiration! Je vous invite à savourer ses superbes photographies sur son blog et sur Instagram notamment. La veinarde s’envole pour le Brésil le 13 avril! Mon petit doigt me dit qu’elle va nous en mettre plein les yeux 😀 


Few Miles Away

fewmilesaway.com